Question 6 : Comment en êtes-vous arrivés à créer des liens en prison, était-ce:

Non classé

o de votre initiative ?
o des autres ?

Concernant Woody, nous ne lui avons pas posé la question proprement dite. Cependant durant l’entretien, malgré qu’il se décrive comme une personne au contact facile, il nous spécifie qu’il est rare pour lui de rencontrer des personnes avec lesquelles il peut créer des liens : « (…) c’est très, très limité (…) ». En fait, il nous explique qu’il a été limité notamment au niveau de la langue car pour lui, lorsqu’il était en prison peu de personnes parlaient français en disant : « (…) ça été une difficulté majeure je dirais. (…) ».

L’exemple que nous cite Woody par rapport au langage étaye notre corpus théorique (chapitre 4.3, page 32) où nous voyons que le langage permet de faire émerger notre foyer natal en « habillant » notre vécu. Effectivement si peu de détenus parlent le français il doit être difficile d’établir des liens si personne ne se comprend.

De plus, il spécifie qu’il ne souhaitait pas forcément créer des liens avec des détenus qui souffraient de maladies psychiques.

Ce que nous pouvons également illustrer avec cette phrase de Woody : « (…) Après il y a des énormes problèmes de violence, du racisme, y’a des insultes, la moindre petite étincelle, et pis ça explose, on sent, il y a une tension, c’est une poudrière, une vraie poudrière. Les gens sont à cran, toute la journée brimés par les gardiens soit par leur situation, soit par des juges, par des réponses négatives. (…) », c’est peut-être une crainte de relations conflictuelles supplémentaires. En effet, pour lui il y a déjà assez de violence et d’injures vécues tous les jours.

Pour en revenir à Charles, il raconte de manière générale : « (…), parfois c’est certains qui viennent vers toi, certains c’est toi qui y va, je ne sais pas comment expliquer, ça ne se programme pas, ça vient comme ça. ». Il rajoute un peu plus loin : « (…) On fait attention aux autres, à soi-même et peu à peu, il y a des liens qui se créent. (…) ».

Rappelons que Charles a fait une demande pour être seul dans une cellule comme cela il n’a pas à vivre des conflits, nous le citons : « (…) Parce que la prison de toute façon, c’est rotatif. Quand une personne arrive aujourd’hui, on sait pas s’il part demain ou s’il part dans deux ans. Avec la personne cela peut se passer bien et la personne qui arrive après ça passe mal, je préférais éviter cela. Un moment j’étais avec une personne et ça se passait très bien et quand il est parti, la personne qui est arrivée ça a pété (…). J’ai préféré être seul pour éviter ce problème. (…). ».

Selon Doe, les contacts se font d’eux-mêmes. Les liens se font dès le début. Il ne peut pas expliquer comme Charles qui va en premier vers l’autre. Il spécifie pourtant qu’il se dirige plutôt vers des personnes calmes comme lui.

Charles et Doe ne peuvent ainsi pas expliquer comment les relations se créent, il semble que nous rejoignons Husserl ou il dit : « les sensations tout comme les actes qui les appréhendent, ou les aperçoivent, sont en ce cas vécues, mais elles n’apparaissent pas objectivement ; elles ne sont pas vues, entendues, ni perçues par un sens quelconque.».

Nous y retrouvons également Straus, puisque le pathique pour lui est une communication immédiatement présente, intuitive-sensible, encore pré conceptuelle, que nous avons avec le monde. Ce qui peut expliquer, lors de leur récit, la difficulté qu’ils ont eu à communiquer certaines de leurs impressions.
C’est également pour Heidegger l’être qui ne se montre jamais tel qu’il est. L’être, un « paraître » qui se joue du Dasein.

Raphael raconte que, lors de sa première détention, ce sont les autres détenus qui sont venus spontanément vers lui car son acte avait été médiatisé. Il avait une aura de rebelle. Les liens se sont fait spontanément.

Nous rappelons que lors de la deuxième détention il n’y a pas eu de liens car il s’isolait de lui-même et selon ses dires il se définit comme « parano ». Il précise qu’il s’est isolé par peur d’un complot contre lui. Il dit : « (…) j’étais vraiment mal (…), j’allais me promener sur le toit de Champ Dollon, ouais là, j’étais vraiment pas bien ».

Avec cette question Raphael revient à nouveau sur sa deuxième détention qui semble avoir été extrêmement difficile à vivre, où il semble qu’il a tout fait pour sauvegarder son intégrité, son intériorité du rapport au monde, à la prison (chapitre 4.3, page 31).

Page suivante : Question 7 : Comment pourriez-vous décrire ces liens.

Retour au menu : Vie pénitentiaire, liens sociaux et affectivité : Comment les personnes vivent-elles leur vie affective dans un milieu carcéral fermé ?