V.3. Critiques

Non classé

Quelques critiques découlent naturellement de l’étude. Il est important de reconsidérer certaines observations, car le groupe de RAE au sec et en immersion ne possèdent pas un nombre suffisant (respectivement 3 et 6 patients) permettant une analyse paramétrique plus fiable statistiquement. Il aurait été intéressant d’analyser l’impact que possèdent ces séances de RAE supplémentaires sur la qualité de vie des patients.

De part les modalités de prise en charge des exercices en immersion (trois par semaine), il est difficile de prétendre que ces exercices permettent d’obtenir des gains supérieurs à des exercices exclusivement réaliser au sec.

Les séances de RAE spécifique se basaient sur trois prise en charge par semaine, (de 13h30 à 14h30, le lundi, mercredi et vendredi) mais selon l’état de fatigue de ces patient, ses éventuels rendez-vous, les séances de RAE en immersion n’étaient pas toujours planifiées le même jour ni à la même heure. Ces problèmes d’emploi du temps se retrouvent lors des tests de FMV d’entrée et de sortie. Les tests de FMV étaient dans l’ensemble réalisés le matin, mais de la même manière, leurs horaires étaient variables.

Quant aux tubes élastiques de musculation Thera-band®, ils se sont avérés faciles d’utilisation et ont bénéficié d’une bonne adhésion de la part des patients. Il est néanmoins nécessaire d’obtenir des sangles ou des poignées afin que l’élastique ne glisse pas entre les mains ou irrite la peau au niveau des mains et des pieds.

Concernant la durée de vie des élastiques Thera-band®, j’ai dû changer plusieurs fois de tubes (un tous les 2 mois) lors des séances de RAE en immersion, car ils cassaient, usés par les exercices en immersion. Je n’ai pas eu besoin de changer de tubes élastiques lors des séances de RAE au sec.

Page suivante : VI. CONCLUSION DE L’ETUDE

Retour au menu : Comparaison de deux modalités de réentraînement à l’effort au sec et en immersion chez des patients en réhabilitation respiratoire