VI. CONCLUSION DE L’ETUDE

Non classé

On constate que pour les TM6, les groupes de RAE ne possèdent pas d’amélioration significative concernant les paramètres pris en compte.

Concernant les tests de FMV isométrique, on observe que le groupe de RAE en immersion possède des performances équivalentes, après la période de RAE, avec le groupe sain. Ce n’est pas le cas pour le groupe de RAE au sec, où les performances attestent d’une réelle atteinte amyotrophique au niveau des MS par rapport à une population saine. Une masse corporelle faible [24,103], un âge avancé [22] et l’atteinte musculaire due à la MRC [13-28] peuvent expliquer cette différence de force pour les différents tests de FMV.

Concernant les tests de FMV sur les MS et MI, on ne constate aucune amélioration significative de la part du groupe de RAE au sec. Les améliorations du groupe de RAE en immersion sont toutes supérieures significativement à plus de 34% (sauf pour le TG). De plus, les valeurs de FMV en sortie de ce groupe, pour le MI et le triceps brachial sont supérieures à celles du groupe de RAE au sec.

Malgré un nombre de séance de RAE plus important pas rapport aux différentes publications, on n’observe pas une augmentation (en %) supérieure à celles-ci, quand on considère les améliorations observées lors de RAE spécifique au niveau des MS et MI. Toutefois le temps de rééducation est réduit par rapport aux études (seulement 4 semaines), il est pourtant démontré que plus la prise en charge est longue, plus les gains sont importants [58]. Possédant des séances de RAE matin et après midi, on peut considérer ce RAE plus intensif si l’on rapporte le nombre de séances par rapport au temps de prise en charge totale. Cette prise en charge (courte et intensive) induit surement une fatigue physique, qui peut être à l’origine de performances différentes par rapport aux études précédentes.

Le fait de créer cette nouvelle activité de RAE, en plus de la prise en charge classique, augmente encore plus l’intensité de cette prise en charge déjà bien remplie. C’est surement pour cela que nous n’observons pas forcement des gains plus importants par rapport aux études précédentes. Cependant, il serait intéressant de savoir quel impact possède ce type de prise en charge après un certain temps (par exemple 6 mois) suivant le retour au domicile du patient.
Les exercices en immersion quant à eux, possèdent un impact positif sur la sensation de dyspnée et d’effort. Les effets de l’immersion rendent les exercices plus simples à réaliser et le fait d’être dans un environnement différent (bassin de balnéothérapie) permet une motivation plus importante (bien que non cotée). Observation remarquée lors de cette étude et retrouvée dans différentes publications [37,100]. Cette étude approuve donc, avec les précédentes [37,100,101], la place de la balnéothérapie dans la réhabilitation respiratoire car les exercices en immersion sont possibles, mieux supportés et permettent un travail efficace.

Afin de montrer l’impact réel que possède un RAE en immersion, il serait bon de créer à l’avenir, deux groupes de population MRC réalisant séparément et strictement un RAE au sec et un RAE en immersion.

Page suivante : ANNEXES

Retour au menu : Comparaison de deux modalités de réentraînement à l’effort au sec et en immersion chez des patients en réhabilitation respiratoire