Section1- Formulation linéaire du modèle

Non classé

Il s’agit de comprendre l’impact de la réglementation COOKE sur la
prise de risque des banques. Pour cela, nous établissons une équation de la
variation du niveau de risque :

ΔRISK t = Δd RISK t + ε t (1)

Dans ce modèle, les changements observés du niveau de risque sont
composés de deux facteurs: un ajustement discrétionnaire et une variation
causée par des facteurs exogènes à la banque.

ΔRISK t représente la variation observée du niveau de risque pour la

banque à l’instant t.

Δd RISK t représente les ajustements discrétionnaires du risque.

ε t est un facteur exogène à la banque.

En supposant que les banques sont incapables d’ajuster leur niveau de
risque instantanément, les changements discrétionnaires de risque sont
formulés conformément à un ajustement adaptatif. En effet, de tels
changements sont supposés proportionnels à la différence entre le niveau
désiré du risque et son niveau à l’instant t-1, soit :

Δd RISK t = (1- β) (RISK *t – RISK t-1) (2),

avec RISK *t représentant le niveau désiré du risque, et 0 < β < 1.
En distribuant l’équation (2) dans l’équation (1), on obtient :

ΔRISK t = (1- β) (RISK *t – RISK t-1) + ε t

Donc les variations du risque à l’instant t sont fonctions de la valeur
objectif du risque (RISK*t), de sa valeur à l’instant t-1 (RISKt-1) et d’un facteur
exogène (ε t).

La valeur objectif ou encore le niveau désiré du risque (RISK*t) n’est pas
observable mais est supposé dépendre de certaines variables observables.
Ainsi, nous pouvons admettre que le niveau de risque RISK*t de long terme
est influencé par les variables suivantes :

· La liquidité de la banque à l’instant t (LIQUIDt) ;

· Les crédits accordés aux P.M.E (PME t).

Les variables TAILLEt ; CAPt ; PROVt ; REGt ; sont retirées du modèle à
des fins d’estimation pour éviter les risques de multicolinéarité, d’une part,
et à cause du manque de données disponibles, d’autre part.

La variable RISK*t est incluse dans la partie droite de l’équation afin d’étudier
les relations entre les changements de la variable réglementaire et le niveau
de risque désiré par la banque, ce qui donne :

RISK *t = a0 + a1 LIQUIDt + a2 PMEDt

En remplaçant les équations (4) dans l’équation (3), on obtient l’équation
suivante:

ΔRISK t = (1– β) (a0 + a1 LIQUIDt + a2 PMEDt) + (1– β) RISK t-1 ;
ΔRISK t = (1– β) *a0 + (1– β) *a1 LIQUIDt + (1– β) *a2 PMEDt + (1– β) RISK t-1.

ΔRISK t = (1– β) (a0 + a1 LIQUIDt + a2 PMEDt) + (1– β) RISK t-1 ;ZRISK t = (1– β) *a0 + (1– β) *a1 LIQUIDt + (1– β) *a2 PMEDt + (1– β) RISK t-1.

L’équation du modèle vectoriel à correction d’erreur proposé à des fins
d’estimation s’écrit donc:

ΔRISK t = c0 + c1 LIQUIDt + c2 PMEDt + c3 RISK t-1 + ε t (5)

Tel que c0 = (1– β) *a0 ; c1 = (1– β) *a1 ; c2 = (1– β) *a2 ;

Avec c3 = 1– β, le coefficient à correction d’erreur ;
c1; c2 et c3 sont des coefficients des variables LIQUIDt, PMEDt et RISK t-1.

Page suivante : Section 2- Les signes attendus des coefficients

Retour au menu : COMPORTEMENT FACE AUX RISQUES ET DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVE