Section II : MISE EN EVIDENCE DE LA GOUVERNANCE LOCALE ET DES AUTRES FACTEURS D’ATTRACTIVITE A DOUALA

Non classé

L’attractivité économique dont la ville de Douala fait l’objet découle sans doute des macrofacteurs (facteurs géographiques, économiques), mais aussi des facteurs socio-institutionnels relevant entre autres de la dynamique de la gouvernance locale. En effet, La gouvernance locale à Douala interpelle le processus par lequel les différents acteurs locaux (institutionnels, privés, associatifs, financiers,…) impactent de près ou de loin le développement de la ville, son attractivité et sa compétitivité. Il est question dans cette sous-section de mettre en lumière les spécificités de cette gouvernance perçu tant du côté des acteurs privés que des institutions publiques de la ville. Mais également d’illustrer les autres facteurs d’attractivité de la ville.

II.1- Cadre d’analyse empirique de la gouvernance locale à Douala

Le territoire est une organisation spécifique où se combinent les stratégies privées et les interventions publiques donnant lieu à la gouvernance locale (Courlet, 2008, op.cit). Nous remarquons, à travers les résultats de notre enquête, l’existence d’une dynamique territoriale à la fois privée et institutionnelle à Douala. La dynamique privée, assimilée à la gouvernance privée, est perçue ici à travers les relations qu’entretiennent les entreprises avec les organismes non officiels d’aide aux entreprises, les entrepreneurs locaux et les institutions informelles locales. Tandis que la gouvernance publique est perçue à travers les actions impulsées par les autorités publiques locales, mais aussi à travers les relations qu’elles entretiennent avec les entreprises.

Nous allons ainsi illustrer la gouvernance locale à Douala premièrement du point de vue de la dynamique privée, ensuite du point de vue de la dynamique publique.

II.1.1- Les entreprises de Douala et les réseaux de relations institutionnelles locales

A Douala, Les entreprises sont engagées avec d’autres partenaires dont les collectivités locales, les services déconcentrés de l’Etat et les organismes non officiels dans un jeu social local où les positions de chacun ne peuvent être expliquées seulement par la nature des relations marchandes. Il importe d’illustrer ici les liens de proximité et de coordination entre les entrepreneurs de Douala, mais aussi les relations entre les entreprises et les institutions publiques locales.

II.1.1.1- L’existence des liens de proximité et de coordination entre les entrepreneurs de Douala

D’après les résultats d’une enquête(22) portant sur les itinéraires individuels des promoteurs d’entreprises dans la ville de Douala et les mobiles qui les guident en matière d’implantation, il apparait que ceux-ci entretiennent de nombreux rapports entre eux-mêmes et avec des institutions formelles et informelles locales de promotion d’entreprises de leurs lieux d’implantation. Ainsi, près de 61% d’entreprises entretiennent des relations avec les entrepreneurs locaux, et 22% avec les organismes non officiels tels que : le Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM), le Syndicat des Industriels du Cameroun (SYNDUSTRICAM), la Fédération Nationale des associations de Petites et moyennes entreprises (FENAP)… Ces relations sont généralement d’ordre professionnels (encadrement et soutien aux entrepreneurs) ; d’affaires (partenariat) ; humains (proposition, renforcement et /ou transfert de compétences) et parfois consistent en l’accompagnement et en la défense des intérêts des entreprises. Cette situation s’inscrit en droite ligne dans l’un des principes-clés qui fonde la gouvernance sur une approche territoriale et sur le principe de subsidiarité active entre agents privés. Ces liens sont, par ailleurs, compris comme une sorte de coopération entre producteurs dans la ville, prenant des formes multiples et passant quelques fois par :

– des conventions communes portant, soit sur les pratiques de prix (Chambre de Commerce), soit sur l’absence de conduites de type « passager clandestin » dans laquelle une entreprise profiterait délibérément d’une action collective sans y avoir contribué.

– des pratiques uniformes de gestion de la force de travail (niveau de salaires, attitudes vis-à-vis des réglementations salariales, fiscales, etc.) ;

– des actions communes (associatives, syndicales, clubs, etc.), en vue de défendre les intérêts de l’ensemble des entreprises et d’arbitrer les conflits entre les producteurs Cet ensemble d’atouts issus de la coopération dénote de l’existence des liens de proximité et de coordination entre les entrepreneurs de Douala.

Toutefois, plus de 21% des chefs d’entreprises de la ville de Douala sont membres des clubs des entrepreneurs. Ces clubs leur fournissent des informations sur le climat des affaires, les possibilités d’octroi de crédits, et des idées nouvelles sur les cessions d’entreprises. En marge des clubs, 46% et 40% des chefs d’entreprises sont respectivement membres des associations de tontines et de villages. Tout comme les clubs, ces associations contribuent aux activités des entrepreneurs. « Cette situation nous retrace le caractère privé de la gouvernance locale dans le développement des entreprises à Douala ». Les acteurs de cette gouvernance privée sont ainsi situés et classés au rang des entreprises, des associations et des clubs.

Aussi, La plupart des promoteurs d’entreprises appartiennent à des structures et réseaux comme des « tontines(23) », et le financement de leurs unités de production se nourrit largement du secteur financier informel. On observe dans le graphique ci-dessous, que la majorité des entreprises de Douala entretiennent des relations avec les institutions informelles. Ainsi, un peu moins de 43% des entreprises sont en rapport avec les tontines, 37,5 % en rapport avec des associations des ressortissants divers et 19,64% côtoient les groupements des entrepreneurs. Ceci est la preuve d’un dynamisme local entre les acteurs économiques à Douala.

Les relations entrepreneurs et tontines / associations de village, sont sources non seulement de financements des activités, mais également des informations sur la culture, la politique et le social. Ce qui nous ouvre ainsi la voie au concept d’économies externes cher à Alfred Marshall (1890). En forgeant cette notion nous disons que les économies externes à Douala se trouvent à l’intérieur des relations qui s’établissent entre les entreprises et les institutions locales. Nous les définissons ici comme les avantages que l’environnement (physique, social, culturel, politique et économique) procure aux entreprises de Douala.

Graphique 1 : entreprises et relation avec les institutions formelles et informelles à Douala

Entreprises et relation avec les institutions formelles et informelles à Douala

Sources : résultats de l’enquête auprès des entreprises, Djatcho (2012, op.cit)

Les tontines constituent par exemple, de puissants réseaux de diffusion d’informations pour les chefs d’entreprises (Gautrand, 1987; Essombe Edimo, 1990). Ce qui leur permet de nouer des relations qui peuvent être commerciales, de production, ou d’échanges d’informations sur les affaires (Courlet et Tiberghien, 1986). De même, les associations ainsi que les clubs des entrepreneurs participent au développement des entreprises à travers la diffusion des informations quant au climat des affaires.

II.1.1.2- Les relations entre les entreprises et les institutions publiques locale

Outre le fait d’entretenir des relations avec les organismes non officiels et les entrepreneurs locaux, il ressort des enquêtes de terrain que les entreprises de Douala entretiennent des relations avec les institutions publiques locales telles que : la Communauté Urbaine de Douala (CUD) soit environ 70% d’entreprises, les mairies d’arrondissement, l’Agence de Développement de Douala (A2D), la chambre de commerce, des organismes de promotion d’entreprises tels que le Fonds National de l’Emploi (FNE) et le Centre de Formalité de Création des Entreprises (CFCE), les institutions universitaires et bien d’autres. Ces relations sont caractéristiques de la dynamique institutionnelle (gouvernance publique).

Avec la CUD et les mairies d’arrondissement, les entreprises entretiennent des relations de type : professionnelles, fiscales, foncières, hygiène et salubrité et sponsoring. Toutefois, ces relations restent pour la plupart (soit 52%) d’ordre fiscal.

Tableau 4 : relations entre la CUD et les entreprises de Douala

Relations entre la CUD et les entreprises de Douala

Sources : résultats de l’enquête auprès des entreprises, Djatcho (2012, op.cit)

Pour sa part, L’Agence de Développement de Douala (A2D) crée en 2002 en partenariat avec le patronat camerounais et bien d’autres institutions24, entretien de parfaites relations avec plusieurs entreprises de la ville. Ces relations sont pour la plupart d’ordres professionnels (de soutien aux entreprises, et de facilitation dans les démarches administratives auprès des autorités locales).

Tableau 5 : relations fonctionnelles entre l’A2D et les entreprises à Douala

Relations fonctionnelles entre l’A2D et les entreprises à Douala

Sources : résultats de l’enquête auprès des entreprises, Djatcho (2012, op.cit)

A côté de cet ensemble d’institutions qui œuvre pour le développement des entreprises à Douala, il y a également la Chambre de Commerce, d’Industrie, des Mines et de l’Artisanat (CCIMA) crée en 1921 qui est un mobile facilitateur dans l’implantation des entreprises à Douala.

En plus de sa mission représentative des intérêts des milieux d’affaires privées dans les domaines du commerce, de l’industrie, des prestations de services et de l’artisanat, la CCIMA, entretient un réseau de relations avec tous les organismes intéressés par les activités du secteur privé. Les missions de la CCIMA sont d’intérêt professionnel (apporter assistance et encadrement aux chefs d’entreprises notamment les PME), de promotion industrielle, commerciale et de coopération (apporter l’information, l’appui et l’assistance aux opérateurs économiques pour la recherche de produits, de technologies ou de partenaire étrangers), et d’encadrement des entreprises à travers sa plateforme du dialogue public/privé. Il est toutefois aussi important de souligner qu’en novembre 2010, par exemple, cet organisme a permis la mise sur place d’un « jardin d’entreprises » à Bonabérie (route nationale n° 3).

Aussi, le dans le souci de faciliter la création des entreprises à Douala, le gouvernement a mis en place Les Centres de Formalités et de Créations des Entreprises (CFCE). Ce sont des structures qui ont pour mission essentielle d’assurer les formalités de création d’entreprises. Le gouvernement camerounais en mettant en place les CFCE a voulu palier les nombreuses difficultés auxquelles sont confrontés les opérateurs économiques tant nationaux qu’étrangers dans leurs démarches de création d’entreprises au Cameroun. Il n’est de secret pour personne aujourd’hui que, ceux qui entamaient ces démarches devaient se préparer à affronter un chemin long et truffé d’embuches, du fait de la négligence et même du clientélisme de certains agents de l’Etat. Ceci était de nature à freiner l’élan des opérateurs économiques de tous bords désireux d’investir dans notre pays.

En 2008, on estimait à 34 jours le temps nécessaire à un promoteur pour créer son entreprise au Cameroun alors que dans certains pays d’Afrique, le processus pouvait être bouclé en trois ou quatre jours seulement. Cette disparité seule suffit à réduire la compétitivité du pays par rapport à d’autres en ce qui concerne l’attrait qu’il exerce sur les investisseurs. Les CFCE ont donc été crées pour ramener les délais de création des entreprises à 72 heures, pour l’accompagnement technique et managérial des entreprises à travers les Centres de gestion Agrées et leur financement dans le cadre d’un programme d’appui appelé PACD/PME. Mais aussi pour réduire les coûts de création d’entreprises en limitant les déplacements des usagers et surtout en rendant publics les tarifs pratiqués pour la délivrance des documents tout au moins ceux qui ne sont pas gratuits.

Le caractère public de la gouvernance locale ainsi mis en évidence, est perçu à travers les liens de proximité et de coopération entre entreprises et organismes officiels / institutions publiques locales. Contrairement aux prescriptions inhérentes à la théorie néoclassique de base où l’agent économique agit hors de l’enjeu social effectif, à Douala de nos jours, on ne peut exclure les comportements individuels et sociaux de toutes actions économiques. Les acteurs agissent dans un contexte social, familial, communautaire, variant dans le temps et dans l’espace. Les relations marchandes à Douala ne sont donc pas les seuls repères qui guident l’action économique mais aussi les relations sociales dont on ne pourrait s’en passé dans l’application des principes de la gouvernance. En revanche, ces analyses viennent ainsi confirmer notre hypothèse selon laquelle, la gouvernance locale fait intervenir un ensemble complexe d’institutions et d’acteurs n’appartenant pas tous à la sphère publique et qui influence l’organisation et la gestion du territoire. Les acteurs de la gouvernance à Douala échangent des ressources diverses et sont interdépendants. Des responsabilités qui incombaient auparavant à l’Etat sont aujourd’hui partagées. On relève une participation accrue du secteur privé et associatif à la fourniture des biens et services publics et aux décisions stratégiques.

Dans cette optique, le développement des entreprises à Douala ou encore l’attractivité de la ville apparaît d’une part comme le résultat d’un dialogue permanent des entrepreneurs avec le territoire et de l’institutionnalisation du partenariat publique-privé. Toutefois, cela est aussi la conséquence d’une action volontariste et dynamique des collectivités locales (C.L.) dans un rôle d’animation de l’environnement des entreprises, et dont-il importe d’illustrer dans le paragraphe suivant.

II.1.2- La démarche de la communauté urbaine de Douala (CUD) dans l’animation économique et l’amélioration de la « gouvernance urbaine »

Tirant les leçons à la fois des politiques industrielles, jadis, conduites en termes de “grandes entreprises” à Douala et de l’échec de celles de promotion des Petites et Moyennes Entreprises (PME) menées dans les années 1970 (problème de localisation), mais aussi des conséquences de l’ajustement structurel des années 1990 et soucieuse de reconstruire la compétitivité et l’attractivité de la ville, l’Exécutif Communautaire a entrepris une démarche qui le positionne désormais comme un maillon essentiel du développement de la ville de Douala. Cette dernière s’y emploie, notamment, par la mobilisation (comme beaucoup d’autres Collectivité Locales) d’institutions de plus en plus expérimentées dans la pratique du développement local et l’adoption d’un ensemble d’actions visant l’amélioration de la “gouvernance” urbaine. Ainsi, face à la concurrence que la ville de Douala commençait à subir, notamment sur la côte ouest africaine, La CUD a entrepris une démarche volontariste de redressement de son attractivité. De façon générale et hormis l’adoption d’une stratégie de développement de Douala (plan directeur d’urbanisme de Douala à l’horizon 2025), la construction de l’attractivité de la ville s’appuiera d’abord sur la recherche de l’amélioration de l’environnement des entreprises (à travers une intense activité de réhabilitation / rénovation des infrastructures publiques locales) et ensuite, la mise en place des structures d’animation du milieu économique local (Essombe Edimo, 2005).

II.1.2.1- La réhabilitation des infrastructures

La réhabilitation et la modernisation des infrastructures dédiées à l’environnement des entreprises seront menées à travers des réalisations précises. Parmi celle-ci, l’on note :

– Le désenclavement des zones industrielles de la ville : par la rénovation et le doublement des voies des axes routiers qui mènent à ces aires de production.

– La réfection de la voirie entre 2001 et 2004. Ceci aura concerné (pour les chaussées et les drains) une quinzaine de grandes artères réparties sur les cinq arrondissements de Douala.

– La rénovation de divers autres axes routiers secondaires dans différents arrondissements de la ville, afin de faciliter la circulation des hommes et des marchandises. De plus il est prévu, pour 2014, la construction d’un second pont sur le Wouri : ce dernier devra, notamment, faciliter davantage le contournement de la ville par route, l’écoulement des produits fabriqués dans la zone industrielle ouest, tout comme il devra amplifier les échanges entre la ville et les différentes parties sud-ouest et ouest du pays.

– La réalisation d’un réseau de câbles à fibres optiques irriguant toute la ville d’une infrastructure de communication à haut débit, ce qui permet de mettre à la disposition des entreprises des outils performants de communication, tout en facilitant leur organisation et la vitesse de leurs transactions.

Toutefois, l’amélioration de l’environnement des entreprises ne concernera pas seulement la rénovation des infrastructures. Celle-ci s’est accompagnée également de la volonté de développer une politique de l’immobilier d’entreprise et, surtout de la promotion des projets de « parcs d’entreprises » pour la ville de Douala. Il en est ainsi de l’aménagement, dans le cadre des 1 000 hectares de terrain de la zone dite de “Sawa Beach”, d’un parc d’entreprises de haut niveau technologique. Située en contrebas du centre administratif actuel et au sud du port, cette zone s’étale sur 12 km et devra permettre aux entreprises d’écouler plus facilement leurs productions, soit par le canal du port, soit par la voie aérienne, compte tenu de la proximité de l’aéroport de la ville (Essombe Edimo, 2005, op.cit).

Enfin, s’il ne peut être fait un inventaire exhaustif de toutes les actions entreprises par la CUD, on peut néanmoins aussi retenir dans le voisinage de l’amélioration des conditions du développement des entreprises à Douala, d’autres réalisations en matière d’assainissement, d’habitat social, de mise en chantier des études de réalisation de divers autres logements, de Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC).

Carte 1 : quelques axes routiers réfectionnés à Douala depuis 2001 et nouvelles zones d’activités implantées

Quelques axes routiers réfectionnés à Douala depuis 2001 et nouvelles zones

Légende :

Légende

Sources : Essombe Edimo (2005, op.cit)

II.1.2.2- La création des structures d’animation de l’économie locale

À Douala, l’Exécutif Communautaire semble, de plus en plus, se donner les moyens d’être le coordinateur des synergies de tous les acteurs du développement de la ville. Parallèlement à ses actions de réhabilitation et de rénovation des infrastructures publiques, afin de redynamiser l’environnement des entreprises, la CUD va également procéder à la réalisation d’actions complémentaires. Celles-ci concernent pour l’essentiel, la réorganisation de ses services et la mise
en place des structures dédiées à l’animation du tissu économique local.

II.1.2.2.1- De la réorganisation interne de la CUD

L’organisation spécifique des services internes de la CUD abouti à la mise en place d’une Direction des Affaires Economiques et Financières (DEFI), dont la priorité est désormais de mobiliser dans tous les secteurs, les opérateurs qui peuvent faciliter le développement des industries et l’économie locale. Ce service symbolise, pour la CUD, le passage d’une logique de gestion purement comptable à celle d’une approche plus centrée sur le développement industrielle de la ville. Dans cette lancée, il articule les actions municipales dans le domaine économique et mène des actions diverses de coordination et de réalisation des projets spécifiques touchant au domaine économique.

Toujours dans le souci de construire l’attractivité de la ville, la CUD a également procéder à la mise en place des structures d’animation et de promotion économique locale que sont l’A2D et l’Observatoire Economique Urbain. L’idée sous-jacente est celle de la revitalisation et de l’amélioration de l’environnement des entreprises, surtout que l’objectif de promotion de l’entreprise sans celle de son environnement est inefficace (Pecqueur, 1992).

II.1.2.2.2- La promotion de l’Agence de Développement de Douala (A2D)

Dans son objectif de promouvoir l’animation de l’économie de Douala, la CUD a participé à la mise en place de l’A2D. Cette institution crée en 2002 en partenariat avec le patronat camerounais et bien d’autres institutions a pour missions de :

. Accompagner les entreprises dans leur processus d’implantation et promouvoir les relations territoires / entreprises.
. Contribuer à la définition et à la promotion des services concourants, directement ou indirectement, au soutien des entreprises ;
. Aider à la maitrise du foncier et de l’implantation des entreprises à Douala, en particulier, par une organisation et une stratégie de promotion, de prospection et d’accueil des activités afin de participer au renforcement du tissu industriel local ;
. Encourager et accompagner des actions territoriales de développement relevant des priorités de la ville et concernant la création d’emplois ;
. Promouvoir le développement économique, social, culturel et touristique de Douala ;
. Animer la réflexion et la concertation des acteurs de développement ;
. Faire de Douala un pôle de croissance économique et compétitif.

Toutefois, l’A2d n’a pas de spécificités complètes dans la logique inhérente aux processus de développement local. Elle est appelée à jouer un rôle complémentaire avec l’observatoire économique urbain local.

II.1.2.2.3- L’observatoire économique urbain de Douala

Afin de consolider son action d’acteur de développement de la ville, la CUD s’est alors engagée à construire et à recourir à des indicateurs capables d’identifier les clés de réussite, ainsi que les forces et faiblesses des phénomènes socioéconomiques de la ville et, surtout, à se donner les moyens de pouvoir analyser désormais leurs évolutions. Il s’agissait donc de promouvoir un outil de mesure, capable de permettre une meilleure connaissance de l’espace économique et social de la ville de Douala. Dans cette optique, les missions assignées à l’observatoire concernent :

– La collecte et le traitement de toutes données relatives à l’activité économique de la ville ;
– La gestion de la base de données sur l’économie locale, ainsi que celle d’un centre informatique économique de la ville ;
– L’évaluation des politiques sectorielles initiés par l’Exécutif Municipal ;
– La réalisation de toute étude de nature à éclairer ce dernier sur la situation économique et sociale de la ville ;
– La participation aux actions de promotion de la ville, en rapport avec les administrations et les opérateurs concernés (à l’instar de l’A2D).

De même, l’Observatoire assure un rôle en matière de prospective, de veille et d’alerte. Tout comme il permet à l’Exécutif Municipal de mieux décliner, sur le plan local, les politiques économiques et nationales.

Comme illustrer dans les analyses précédentes, la construction de l’attractivité de la ville de Douala par la CUD s’appuiera d’une part sur la recherche de l’amélioration de l’environnement des entreprises à travers une réhabilitation/rénovation des infrastructures, sur la mise en place progressive des structures d’animation du milieu économique local, mais aussi sur l’intensification du partenariat public-privé. Cette dynamique de gouvernance économique locale aura entre autre, permis à la ville de Douala d’accroitre considérablement son parc d’entreprises au cours des dix dernières années, comme le montre le graphique ci-dessus.

Graphique 2 : évolution des créations d’entreprises à Douala de 1994 à 2009

Evolution des créations d’entreprises à Douala de 1994 à 2009

Sources : construction de l’auteur à partir des données du RGE (2009).

De façon générale, au vue des analyses précédentes, nous notons que la gouvernance locale à Douala est bien effective. C’est le fait des acteurs institutionnels (publiques) et des acteurs privées (entreprises, associations, clubs, société civile…) intervenant plus spécifiquement dans le processus de prolifération des entreprises dans la ville. Toutefois, il ya lieu de préciser que l’attractivité de la ville de Douala est surtout liée aux facteurs socioéconomiques dont il convient d’illustrer dans le paragraphe suivant.

II.2- Les déterminants d’ordre socioéconomiques de l’attractivité des entreprises à Douala

Outre Le caractère social de la ville pour les affaires qui lui confère une forte concentration des clubs et collaborateurs des entrepreneurs dans tous les domaines, ainsi qu’une forte proportion des associations, il convient en effet de préciser ici les autres atouts majeurs dont dispose la ville de Douala et qui contribuent objectivement à la construction de son attractivité. L’on peut a ce titre citer : la position géographique et ouverte à l’international de la ville ; ses installations portuaires et aéroportuaires ; l’existence d’une population jeune, dynamique et qualifiée ; un important marché de consommation ; et les spécificités structurelles de la concentration « doualaise ».

II.2.1- Douala : Une ville à localisation enviable et ouverte à l’international

En effet, Douala bénéficie d’une position stratégique (le Golfe de Guinée)qui lui confère le statut de porte d’entrer et de sortie du Cameroun. Par temps de globalisation, cette situation lui confère également un statut de « ville de transit » de la sous-région CEMAC. Yaoundé (capitale politique du pays) est à 25 minutes en avion ou à 3 heures par la route, Libreville (Gabon) se trouve à 45 minutes de vol, sans compter la proximité soit par route, soit par avion des autres pays comme le Tchad, le Congo ou la Guinée équatoriale. Aussi, son aéroport permet de relier les principales villes Européennes (notamment Paris, Bruxelles et Istanbul), à moins de 6 heures de vol. Tout comme son port (infrastructure-clé) permet des transits maritimes à la fois dans le Golfe de Guinée et le reste du monde, et ses équipements en moyens de communication (dont l’internet à haut débit) avec des câbles à fibres optiques qui irriguent la ville.

Quant aux infrastructures routières, le réseau routier de la ville est constitué, en dehors de la zone urbaine proprement dite, de deux principaux axes routiers :

– L’axe de l’Est qui commence par « l’axe lourd », jusqu’à Yaoundé, puis se poursuit (via Bertoua et Garoua Boulaï) vers le réseau du Nord Cameroun et les pays voisins.

– L’axe Ouest qui assez chargé de trafic, dessert les grandes villes de l’ouest, du sud-ouest et du nord-ouest (la route nationale N°5).

Ces deux axes sont quelques fois pénalisés en matière de temps et de coût par les difficultés existant dans l’agglomération de Douala (encombrement de l’axe lourd jusqu’à la Dibamba, goulot d’étranglement du pont sur le Wouri, et encombrement de la route Bonabéri /Bekoko).

Pour ce qui est du transport ferroviaire, deux lignes de chemin de fer desservent l’arrièrepays de Douala. La principale relie Douala à Yaoundé (Transcam I) puis à Ngaoundéré (Transcam II). Entre Douala et Yaoundé la voie a fait l’objet d’une importante modernisation à la fin des années 70. Entre Yaoundé et Ngaoundéré la faiblesse du réseau routier et son tracé peu direct donnent une importance capitale au chemin de fer. D’autant que la réhabilitation des infrastructures a permis de sécuriser la voie et de rétablir une vitesse commerciale normale dans ce contexte.

II.2.2- La présence d’une population jeune, dynamique et qualifiée

La population de la ville est couramment estimée à plus de 2,4 millions d’habitant. Dans l’ensemble, c’est une population assez jeune et sur laquelle s’exerce plus particulièrement l’effet polarisateur : l’âge moyen à Douala est de 24,3 ans (INS, 2003). Le taux d’activité est ici le plus élevé du pays (59,5%, contre 52,1% dans les autres centres urbains du Cameroun). En outre, il s’agit d’une population cosmopolite et multiculturelle, où l’on y retrouve aussi bien des nationaux, que des Européens, Asiatiques, Américains ou des autres pays d’Afrique.

Graphique 3 : Distribution (en%) des ménages à Douala selon l’âge et le sexe du chef de ménage

Distribution des ménages à Douala selon l'âge et le sexe du chef de ménage

Sources : construit par l’auteur à partir des données d’ECAM3 / INS, 2007

Partant du niveau de scolarisation de la population de Douala pour nous situer dans la compréhension du dynamisme territorial et entrepreneurial dans la ville, nous relevons avec ECAM3(25) (2007 op.cit.) que l’alphabétisation des personnes âgées de 15 ans ou plus est en progression de 1,5 point depuis 2001 et se situe autour de 95,4% à Douala en 2007. Le niveau d’instruction des chefs de ménage (tableau 6) varie nettement en fonction des revenus (naturellement plus élevés pour les classes aisées).Toutefois les non scolarisés sont rares même dans les classes les plus pauvres (5 à 8%).

Tableau 6 : Niveau d’instruction des chefs de ménage selon le quintile de dépense du niveau de vie à Douala

Niveau d’instruction des chefs de ménage selon le quintile de dépense du niveau de vie à Douala

Source : ECAM3 / INS, 2007

Par ailleurs, La dépense moyenne d’éducation par élève est de 108.149 FCFA/an, soit 52 851 FCFA dans les ménages pauvres et 111.720 FCFA chez les non pauvres. La distance qui sépare le logement du ménage de l’infrastructure publique d’éducation la plus proche, est de 1,3 km pour le primaire et de 1,9 km pour un établissement secondaire (ECAM3, 2007 op.cit.).

II.2.3- Les spécificités structurelles de la concentration « Doualaise »

Ces spécificités se situent en effet au niveau de la concentration de la production dont la ville est le théâtre, tant du point de vue national que sur le plan sous-régional CEMAC(26), ou encore du mouvement assez net du processus historique de concentration des hommes (premier centre de concentration urbaine du pays) et des activités dans la ville (« métropolisation »). A ce titre, il ya lieu de préciser qu’en 2005, la ville de Douala fournissait un peu plus de 60% du Produit Intérieur Brut (PIB) national et environ 27,4% du PIB de la CEMAC. Son PIB (3092 milliards de FCFA) à cette même période était en effet supérieur à celui de la RCA, du Tchad et de la Guinée Equatoriale réunis (BEAC, 2005). Son PIB par habitant (soit environ 1400000FCFA/an) demeure deux à trois fois supérieur à la moyenne des villes de la côte ouest africaine (Essombe Edimo, 2007 b).

Aussi, la ville de Douala se caractérise par un important degré d’influence décisionnelle en matière économique : localisation de sièges sociaux de la plupart des entreprises nationales et multinationales. Dans l’ensemble du PIB national, le secteur des entreprises de la ville de Douala génèrent 46,3% de la richesse créée par les entreprises camerounaises. Le secteur des ménages, qui regroupent les entrepreneurs individuels et les entreprises informelles, ont un Produit Local Brut (PLB) estimé à 26,8% du PIB national.

Enfin, La ville de Douala connaît une forte croissance démographique. Le taux annuel moyen de croissance démographique a été estimé à 5% sur les 30 dernières années. Ce qui est largement au-dessus du taux national estimé à 2,8%. D’après les prévisions de l’INS, La population de Douala pourra tripler à l’horizon 2035.

CONCLUSION DU DEUXIEME CHAPITRE

En guise de conclusion, il y a lieu de rappeler que l’objectif de ce chapitre a été d’établir le lien entre la dynamique de la gouvernance locale et l’attractivité des entreprises à Douala. Aussi, il a été question d’illustrer certains facteurs qui influencent le niveau d’attractivité de la ville. Après avoir passé en revue le cadre théorique de la gouvernance locale, nous avons montré que l’attractivité de la ville de Douala est la résultante d’une part d’un ensemble de facteurs d’ordres socioéconomiques présent sur le territoire, mais également la résultante de ce que nous qualifions de construit socioéconomique de la ville et de coordination des acteurs : la gouvernance locale.

En effet, la ville de Douala est engagée dans une démarche de développement sous l’impulsion des collectivités publiques et privées locales. Cette situation prouve à l’évidence la coordination et la coopération qui existe entre les acteurs publics et privés (« partenariat publicprivé ») dans le processus non seulement de développement des entreprises mais aussi d’amélioration de l’environnement des affaires à Douala. La force de cette coordination traduit une gouvernance locale bien avancée dans la ville. Les relations sociales, économiques et humaines tissées entre les acteurs à Douala, constituent des réseaux(27) dans lesquels circulent de l’information et le savoir-faire. L’intensité et l’imbrication de ces réseaux déterminent la cohérence du tissu économique de Douala et sa capacité d’adaptation dans la dynamique de la mondialisation. Même si les différentes synergies et coopérations développées entre les différents acteurs ont permis à la ville d’augmenter son parc d’entreprises et de pérenniser les entreprises antérieurement implantées, il n’en demeure pas moins que beaucoup reste à faire pour la ville de Douala en matière de construction de son attractivité compte tenu de son fort potentiel économique et de la concurrence des territoires voisins.

22 D. Djatcho, 2012, gouvernance territoriale et développement industriel à Douala, thèse de Doctorat, université de Yaoundé 2.
23 Certaines tontines soutiennent des initiatives de création ou de promotions d’entreprises à Douala, même si elles soufrent pour la plupart d’une absence de cadre juridique. Par ailleurs Les membres des associations de tontines à Douala sont en majorité des créateurs ou gérants d’entreprises.
24 Le Groupement Inter-patronal du Cameroun (GICAM), basé à Douala, constitue le patronat camerounais. En concert avec la CUD, d’autres partenaires à l’instar du Port Autonome de Douala (PAD), la Fédération Nationale des Associations des PME (FENAP), la Chambre des Commerce d’Industrie, des Mines et de l’Artisanat du Cameroun (CCIMA), ainsi que certaines associations de la société civile de Douala ont travaillé à la mise en place de l’A2D.
25 Il s’agit de la troisième enquête camerounaise auprè Statistique (INS).
26 Communauté Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale. Celle-ci regroupe le Cameroun, le Congo Brazzaville, le Tchad, le Gabon, la Guinée Equatoriale, et la République Centrafricaine.
27 Le réseau de relations entre acteurs naît généralement lors des rencontres professionnelles ou familiales et peut être fait d’us et coutumes informels ou bien institutionnalisés par des organisations de type consulaire, syndical ou patronal (ESSOMBE EDIMO, 2005). Ainsi par le biais de réseaux multiples de communication, les territoires (arrondissements) de Douala produisent une solidarité entre les acteurs locaux.

Page suivante : CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE

Retour au menu : GOUVERNANCE LOCALE ET ATTRACTIVITE TERRITORIALE DES ENTREPRISES : CAS DE LA VILLE DE DOUALA