RESUME

Non classé

Longtemps considérer comme une affaire des Pays développés, l’environnement s’impose aujourd’hui à nous comme un élément, une composante de la vie, d’où la nécessité de sa protection et de sa conservation. Cette prise de conscience a suscité l’urgence de la communauté internationale qui s’est mobilisée l’année dernière au dernier sommet de Copenhague face aux multiples catastrophes et le réchauffement climatique, pour conjuguer des efforts en vue de parer à cette menace planétaire. Bien que les résultats restent mitigés. Sur le plan national, le Cameroun s’est engagé dans ce combat avec des instruments assez forts en menant des actions incitatives pour protéger et conserver la biodiversité dont le fait clinquant reste la lutte contre la désertification, la pollution et autres menaces sur l’environnement. Loin de concerner seules les pouvoirs publics, parce que nous sommes tous victimes, le danger reste imminent et précis.

Il requiert l’engagement de la population, de la Société civile et des médias. En même temps, l’environnement est un bien économique, non pas un bien marchand, mais un bien qui peut procurer du bien-être et d’énormes richesses pour le développement local. Le gouvernement camerounais l’a compris avec la création du PV de Douala. Bien que jusqu’à nos jours il n’a offert qu’une infirme partie de ses atouts à la population (surtout les sportifs), la ville tout entière ignore les capacités économiques, environnementales et sociales qu’il regorge.

L’objectif de ce travail a été d’éclairer la politique en vue de l’aider dans la prise de décisions dans le domaine de la création des espaces naturels protégés comme celui du PV de Douala. Nous avons tout au long de ce travail montré que, un Parcours Vita à l’instar de celui de Douala s’inscrit dans le registre des biens économiques non marchands pouvant procurer du bien-être et d’énormes richesses pour le développement local. Enfin, nous sommes parvenu au fait que le Parcours Vita de Douala ne peut favoriser cette logique de développement que si elle est protégée et conservée pour être valorisée avec ses lacs, la rivière Nkondi qui imprime ses pulsations sur l’espace Vita, la forêt et le circuit de sport. Cette nature sauvage peut se « vendre » à partir de la dynamique multifonctionnelle qui en découle, en même temps qu’elle est un élément d’attractivité pour la Cité et de promotion à la protection de l’environnement.

Page suivante : ABSTRACT

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.