Résultats

Non classé

I-DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES:

A-LA FRÉQUENCE ET L’INCIDENCE:

Durant les années 2007, 2008, 2009, 2010, nous avons colligé 111483 cas de piqures et d’envenimation scorpionique en provenance de 16 régions du royaume.

En 2007: 27395 cas ont été déclarés au CAPM, avec une incidence annuelle de 0,86 ‰

En 2008: 25788 cas ont été déclarés au CAPM, avec une incidence annuelle de 0,80 ‰

En 2009: 29923 cas ont été déclarés au CAPM, avec une incidence annuelle de 0,94‰

En 2010: 28377 cas ont été déclarés au CAPM, avec une incidence annuelle de 0,88 ‰

L’incidence nationale moyenne variait entre 0,001‰ et 2,41‰ avec une incidence moyenne de 0,87‰.

Figure 12 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 12 : Répartition des piqures de scorpions en fonction des années

Figure 13 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 13 : Evolution des piqures de scorpions en fonction des années

1- La fréquence des piqures scorpioniques dans les 16 régions du Royaume

Figure 14 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 14 : La fréquence des piqures des scorpions dans les 16 régions du royaume durant la période 2007-2010

D’après ces résultats on note 5 régions d’endémicité élevée des piqures scorpioniques qui sont respectivement :

– Marrakech-Tanssift-Al houz.
– Souss-Massa-Daraa.
– Chaouia-Ouardigha.
– Tadla-Azilal.
– Doukkala-Abda.

Ces régions ont connu 85831 cas de piqure soit 76,99% du total des cas enregistrés à l’échelle nationale.

La comparaison du nombre annuel moyen de cas de piqures entre les 5 régions a révélé un maximum de piqures dans la région de Marrakech-Tanssift-Al haouz avec une moyenne annuelle de 7360 cas différant significativement de celles des autres régions.

2- Les provinces les plus touchées par les PES :

a-Provinces de la région marrakech -tanssift-al haouz

Figure 15 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 15 : Les provinces les plus touchées de la région Marrakech-Tanssif-Alhaouz

b- Provinces de la région de Souss-Massa-Deraa

Figure 16 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 16 : Les provinces les plus touchées de la région Souss-Massa-Draa

c- Provinces de la région de Chaouia-Ouardigha

Figure 17 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 17 : Les provinces les plus touchées de la région de Chaouia-Ouardigha

d- Provinces de la région de Doukkala-Abda

Figure 18 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 18 : Les provinces les plus touchées de la région de Doukkalaabda

e- Provinces de la région de Tadla-Azilal

Figure 19 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 19 : Les provinces les plus touchées de la région de Tadla-Azilal

D’après ces résultats, on note 10 provinces au Maroc qui enregistrent une endémicité élevée des PES qui sont respectivement : Settat, Taroudant, Beni mellal, El kella des Sraghna, Al haouz, Chichaoua, Essaouira, Marrakech, Tiznit, Chtouka-ait baha.

Figure 20 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 20 : Les provinces d’endémicité elevée des PES

B- AGE :

Tableau II : Répartition selon la tranche d’âge

Tableau 2 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Toutes les tranches d’âge sont touchées par cette affection avec une prédominance chez les adultes plus de 15 ans (73.85%).

Figure 21 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 21 : Répartition selon l’âge

C-SEXE :

Les piqures scorpioniques touchent autant d’hommes que de femmes avec légère prédominance féminine, avec 57004 femmes (51,13%) contre 54479 hommes (48,87%), le sexe ratio est de 0,96%.

Figure 22 : Répartition selon le sexe

D- SAISON :

Nous avions noté un pic de fréquence de piqure entre les mois de juillet et août, soit : 45,40% de l’ensemble des piqures.
Figure 23 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 23 : Répartition selon la saison

II- DONNÉES CLINIQUES :

A- RÉPARTITION SELON LA GRAVITÉ (STADE) :
CLASSIFICATION D’ABROUG :

La majorité des patients piqués sont de classe I avec 101880 cas, soit un taux de (91,39%), seules les classes III sont hospitalisées en réanimation avec 1303, soit un taux de (1,17%), les classes II sont hospitalisées à côté de la réanimation avec 8300 cas, soit un taux de (7,44%).

Tableau III : Répartition des cas selon la gravité

Tableau 3 Les envenimations scorpioniques au Maroc
Figure 24 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 24 : Répartition selon la gravité

B- LA RÉFÉRENCE :

1- patient non référé : venu directement vers la formation sanitaire : R0 R0=100701 soit un taux de 90,32%.

2- patients référés par une autre formation sanitaire : (R1+R2) R1+R2=10782

3- taux de référence : R1+R2/ nombre de cas=9,67%

Figure 25 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 25 : Répartition selon la référence

C-RÉPARTITION SELON L’ENVENIMATION :

La majorité des patients de notre série d’étude sont piqués sans être envenimés, avec 101882 cas, soit un taux de (91,39%).

Les patients envenimés sont de 9601 cas, soit un taux de 8,61%=taux d’envenimation.

Figure 26 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 26 : Répartition selon l’envenimation

D-HOSPITALISATION :

Seuls 5474 cas ont été hospitalisés, avec un taux d’hospitalisation de 4,91%.

Alors que 106009 cas, n’ont pas nécessité d’hospitalisation, ce qui représente 95,09% de l’ensemble des patients piqués.

Figure 26 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 27 : Répartition selon l’hospitalisation

III-DONNÉES THÉRAPEUTIQUES :

Dans notre série d’étude 58462 cas n’ont pas nécessité de traitement, T0=52,44%, contre 16254 cas qui ont bénéficié d’un traitement spécifique, T1=14,58.alors que 36767 cas ont bénéficié d’un traitement par mesure de précaution, car ils ont eu recours à la médecine traditionnelle (scarification, sussion, etc), T2 = 32,98, donc on peut les inclure avec les patients qui n’ont pas nécessité un traitement spécifique. Donc T1=85,42% et T2=14,58%.

Figure 28 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 28 : Répartition selon le traitement

IV-MORTALITÉ :

A- TAUX DE LÉTALITÉ GÉNÉRAL :

Dans notre série d’étude, on a noté 262 décès durant les 4 années d’étude soit un taux de létalité général de 0,23%.

Figure 29 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 29 : Répartition des patients selon leurs évolution

1- Répartition de la mortalité dans les 16 régions du Maroc :

Figure 30 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 30 : Répartition de la mortalité dans les 16 régions du Maroc

Les 5 régions qui représentent une mortalité élevée sont respectivement :

– Marrakech-Tanssift-Al haouz.
– Doukkala-Abda.
– Chaouia-Ouardigha.
– Tadla-Azilal.
– Souss-Massa-Draa.

· La mortalité spécifique dans les 16 régions du Maroc :

Figure 31 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 31 : La mortalité spécifique dans les 16 régions du Maroc

La mortalité moyenne due aux piqures de scorpions dans les 16 régions du Maroc variait entre 0‰ et 0,008‰, avec une mortalité moyenne nationale de 0,0019‰ ou 0,19 par 100000 habitants, la mortalité maximale a été enregistrée dans la région de Marrakech-Tanssift-Al haouz avec une valeur de 0,008‰ ou 0,8/100000 habitants, significativement élevée à celles des autres régions.

2- Répartition de la mortalité par provinces :

Figure 32 Les envenimations scorpioniques au Maroc

Figure 32 : Répartition de la mortalité par provinces

D’après ces résultats, les provinces qui enregistrent une mortalité élevée sont respectivement :

– Marrakech,
– El kelaa des sraghna,
– Safi,
– Béni mellal,
– Settat
– El Jadida.

B-TAUX DE LÉTALITÉ CHEZ LES ENFANTS MOINS DE 15 ANS :

Parmi les 29155 enfants piqués durant les 4 années d’études, on a noté 243 décès, ce qui correspond à un taux de létalité de 0,83%.

C-TAUX DE LÉTALITÉ PAR ENVENIMATION :

Le nombre de patients envenimés est de 9603 cas.
Le taux de létalité spécifique par envenimation est de 2,73%.

Page suivante : Discussion

Retour au menu : Les envenimations scorpioniques au Maroc