QUELQUES PROPOSITIONS POUR L’EPANOUISSEMENT AU PARCOURS VITA.

Non classé

Elles concernent l’ensemble des actions à mener par les pouvoirs publics, la Société civile, les particuliers et autres anonymes, dans la quotidienneté et visant à la conservation et la préservation de l’environnement en général et du PV en particulier pour en tirer les meilleurs conditions de vie. C’est aussi un ensemble d’engagements éventuels susceptibles d’orienter davantage le PV vers un rôle quelque minime de micro poumon vert dans une dynamique spatiale qui s’appuie sur un arsenal juridique plus étoffé mettant en oeuvre des moyens de défendre une politique de préservation (protection sans exploitation des ressources ) pendant une période donnée. Ces engagements doivent porter sur la valorisation du PV, de son espace naturel (paysages, lacs, forêts, végétation, etc.) qui sert de point d’appui à une politique patrimoniale à l’effet de susciter l’attribution d’une valeur effective et symbolique à l’espace Vita (qui induit une partie du reflux des activités).

Parce que la forte croissance de la population urbaine pose des problèmes pour la préservation de l’environnement, il faudrait adopter, selon que de besoin en faisant une fixation sur l’homme ,des politiques et des mesures appropriées pour régler ces problèmes; C’est la population qui anime le progrès social et créé la richesse de la société, qui développe la science et la technique et par son dur travail ,transforme sans cesse l’environnement d’où le renforcement grandissant de l’aptitude de l’Homme à améliorer et protéger son environnement.

La Société Civile, la collectivité « doualaise » doivent reconnaître leur responsabilité particulière dans la sauvegarde du patrimoine Vita constitué par la flore, la faune sauvage qui sont aujourd’hui menacées par un concours de facteurs défavorables. Ceci interpelle aussi les autorités locales d’une part et montre d’autre part que la protection et la conservation de la nature et notamment de la flore et de la faune sauvages dans l’espace Vita devrait donc tenir une place importante dans la planification pour le développement de la ville de Douala, principal foyer industriel du Cameroun et de la sous- Région CEMAC (devant les villes comme Yaoundé, Libreville, Brazzaville Malabo), Douala concentre à lui tout seul plus des trois quart des Entreprises du pays, produit plus de 60% de son PIB et en représente un peu moins de 11% de la population(107)

Egalement les pouvoirs publics doivent s’impliquer et prendre toutes les mesures possibles pour empêcher la dégradation, la destruction et la pollution du PV mettant ainsi en danger la santé de l’homme et de nuire aux ressources biologiques et la vie des autres organismes. Dans cette lutte, les uns et les autres doivent d’une part assurer leurs responsabilités et se partager équitablement les tâches, d’autre part les hommes de toutes les conditions et les Organisations les plus diverses pourraient, par les valeurs qu’ils admettent et par l’ensemble de leurs actes déterminer l’environnement de demain.

Par ailleurs, il serait essentiel de dispenser de façon générale un enseignement sur les questions d’environnements aux jeunes générations aussi bien qu’aux adultes en tenant dûment compte des moins favorisés, afin de développer les bases nécessaires pour éclairer l’opinion publique et donner aux individus, aux Organisations privées et aux collectivités le sens de leurs responsabilités en ce qui concerne la protection de l’environnement en général et du PV en particulier.

La masse populaire sportive du PV pourrait être utilisée comme un moyen d’information pour la sensibilisation du grand public, et surtout des populations riveraines des conséquences de leurs actes (travaux, constructions des habitations, activités affectant la nature sauvage du PV, rejets etc. ;) qui nuiraient à la conservation et la préservation de ce poumon vert, sanctuaire de vie sauvage.

Avec la permanence des eaux, qui favorise une végétation d’arbres aquatiques, endémiques, les lacs qui débordent, les caractéristiques du milieu et les nombreux avantages économiques, touristiques et environnementaux qui en découlent, interpellent les autorités nationales à désigner la zone du PV « zone humide » pour figure sur la liste des zones humides d’importance internationale établie en vertu de la Convention de RAMSAR pour en bénéficier les nombreux avantages.

Sur le plan International les questions internationales se rapportant à la protection et à l’amélioration de l’environnement devraient être abordées dans un esprit de coopération. Il revient alors surtout à l’Etat de veiller à ce que les Organisations gouvernementales ou non gouvernementales jouent un rôle coordonné, efficace et dynamique dans la préservation et l’amélioration de l’environnement.

Autrement dit, parce que les déficiences de l’environnement imputables à des conditions défavorables de sous–développement et à des catastrophes naturelles posent des problèmes graves, le meilleur moyen d’y remédier est d’accélérer le développement par transfert d’une aide financière et technique substantielle pour compléter l’effort national des pays en voie de développement et l’assistance fournie en tant que de besoin.

107 ESSOMBE EDIMO in Spatialité et développement économique Douala entre le hasard et la nécessité p 121.

Page suivante : REFLEXION SUR LA VALORISATION DE L’ESPACE. VITA

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.