PARTIE 2 : MON ACTIVITE ET SON ENVIRONNEMENT

Non classé

LE MARCHE DU CELIBAT

Selon l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE), il y aurait en France entre 12 et 15 millions de personnes célibataires, veufs et divorcés compris, soit près de 40% de la population active. (cf. Annexe 5). Et selon une enquête de l’IFOP, 77% d’entre eux sont en quête d’une relation.

Il est donc facile de mesurer l’énorme potentiel du business de la rencontre. Surtout depuis qu’internet est devenu un moyen facile et peu onéreux (encore que…) de trouver l’âme soeur. Côté répartition, la parité est presque de mise en France : le célibat concerne 47% des hommes contre 53% des femmes. (Cf. Annexe N°5)

Le marché du célibat et de la rencontre est donc un marché juteux et en pleine expansion, qui attire un nombre grandissant d’entrepreneurs audacieux et désireux d’en tirer profit, qui proposent différents produits destinés à satisfaire le besoin de rencontre de ces célibataires très convoités : le pouvoir d’achat de cette cible étant plus élevé que la moyenne.

Une étude européenne de Parship.fr montre que ce sont les célibataires Suisses qui ont le plus fort pouvoir d’achat (29,4% d’entre eux gagnent plus de 3000€ par mois), et la majorité de Français affichent eux un revenu mensuel autour de 1400€, au dessus de la moyenne Européenne. On peut recenser deux niches principales sur le marché du célibat – et notamment de la rencontre – qui sont, par ordre d‘importance:

– Les animations pour célibataires (soirées principalement, mais aussi voyages, activités, etc.)
– Les sites de rencontres

Il n’existe pas vraiment de concurrence directe entre les acteurs de ces niches, puisqu’ils ne proposent pas le même produit. En revanche, cette concurrence directe existe belle et bien au sein même des niches dans lesquelles les acteurs se livrent une bataille acharnée pour gagner des parts de marché.

Voici quelques chiffres-clés concernant ce marché et ses acteurs.

– Près de 15 millions de célibataires en France (Veufs, divorcés, concubins compris)
– 47% d’hommes célibataires, soit plus de 7 millions de personnes
– 35 Millions d’Euros : Chiffre d’affaires de Meetic, premier site de rencontre européen, en 2006
– 20 Millions de personnes inscrites sur Meetic
– Plus de 50 000 hommes inscrits sur les forums de conseils en séduction

Bien que mon entreprise évolue dans le même marché que les “géants” tels que Meetic, il n’y a pas vraiment de concurrence directe puisque mes services sont d’une certaine manière complémentaires, et peuvent être utilisés tout en continuant à utiliser des services tels que les sites de rencontres ou les soirées pour célibataires. Donc toute la clientèle masculine disponible pour ces acteurs, est aussi disponible pour moi !

Je ne propose pas aux hommes de leur faire rencontrer l’âme-soeur, mais plutôt de leur donner les outils qui leur garantissent de la trouver dans n’importe quelle situation. Pour reprendre un vieux proverbe de la bible :

” Donne un poisson à un homme, il mangera un jour. Apprends lui à pêcher, il mangera toute sa vie “.

Mon rôle est donc d’apprendre à ces hommes à “pêcher” (c’est bien sûr une image…).

Évidemment, certain préfèrent se faire nourrir, et ceux là resteront sur les sites de rencontres, ou bien dans les soirées pour célibataires. Mais les autres sont prêts à faire les efforts nécessaires et à faire appel aux bonnes personnes, c’est à dire moi, pour les aider dans cette démarche.

Ce sont tous ces hommes que l’on retrouve dans les forums de conseils en séduction, ce sont eux qui sont mes clients, sans compter tous les hommes qui ne connaissent pas encore le domaine du coaching en séduction et qui aimeraient en profiter. J’en rencontre tous les jours !

Comme je l’explique dans la première partie du mémoire, j’ai moi-même activement fait partie de la clientèle et du marché que je cible, et bien que je me sois en quelques sorte « retiré » de ce marché, je reste en contact permanent avec les clients potentiels que sont les hommes célibataires, ou simplement les hommes qui ne sont pas pleinement satisfait de leur vie affective.

Je connais donc parfaitement cette clientèle et je sais quelles sont ses attentes en terme de coaching et de conseils en séduction.

Il y a également un gros travail de veille concurrentiel qui est réalisé : je consulte de manière régulière les forums d’échanges ou se retrouvent des milliers d’hommes qui partagent des conseils sur la séduction et les thèmes associés, je consulte également les sites de mes concurrents pour voir les nouveautés : nouveaux produits, nouveaux supports (vidéos, podcasts, etc.), les nouveaux entrants sur le marché

CONSTRUIRE L’IMAGE DE L’ENTREPRISE

Construire mon image ainsi que celle de mon entreprise (les deux étant fondamentalement liées) s’est rapidement imposé comme une évidence et un impératif lorsque j’ai démarré mon activité. je sais que la crédibilité est une composante essentielle d’une entreprise qui fonctionne ainsi qu’un gage de qualité pour les clients, d’autant plus que je me situe dans un créneau un peu délicat : le conseil en séduction, ou coaching amoureux, est en effet une discipline récente et encore assez taboue. Sans une bonne crédibilité assurée par une image solide, cela peut rapidement être tourné en dérision par les gens, voire même en charlatanisme.

Il m’était donc nécessaire de pouvoir m’appuyer sur un support solide et sérieux pour construire, puis pérenniser mon image et ma notoriété, et pour cela la solution médiatique est celle qui s’imposait forcément comme la plus opportune. D’autant que sur le marché du coaching en séduction, la poignée de ceux qui fonctionnent le mieux est celle qui a justement bénéficié d’une exposition médiatique, avec des passages télé et parutions presse. Cela étant, je ne savais pas trop comment aborder la chose.

Mon idée de départ, où plutôt mon plan de communication médiatique de départ, était d’envoyer quelques communiqués de presse ça et là, essentiellement à la presse locale qui me paraissait être la plus accessible, afin d’avoir quelques parutions qui me feraient connaître et renforceraient (ou infirmeraient, suivant la teneur de l’article, c’est un risque à considérer) ma crédibilité. Puis, m’appuyant sur cette visibilité et crédibilité locale, contacter des supports médiatiques plus importants, tels que chaînes de télévision et/ou presse papier à grands tirages. Mais je n’ai pas eu le temps de commencer à exécuter ce plan de communication qu’une belle opportunité s’est offerte à moi.

LES CHRONIQUES SUR TLM

Photo ENJEUX ET MOYENS DE LA CREATION D’UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE 2

Lors de mon premier passage sur TLM en Décembre 2010

Au mois de Décembre 2010, j’ai eu la chance d’être invité sur le plateau de TLM (Télé Lyon Métropole, la chaîne de télévision locale Lyonnaise et premier média régional Français), pour venir parler de mon activité en direct sur le plateau de l’émission La Quotidienne, le “talk-show” quotidien de la chaîne.
C’est un des chroniqueurs de l’émission, Thomas Monchovet (alias Thomas M’Cho), que je connais depuis quelques années, qui m’a gentiment proposé de m’interviewer dans sa chronique.

Ce qui ne devait être à la base qu’un simple échange de bons procédés (une petite opportunité médiatique pour moi, du contenu pour lui et sa chronique) s’est transformé en une véritable opportunité pour mon image.

En effet, quelques jours plus tard, j’ai reçu un appel de Philippe Montanay, qui est le directeur des programme de TLM et accessoirement le présentateur de l’émission La Quotidienne dans laquelle j’étais apparu, me disant qu’il avait particulièrement apprécié mon passage et qu’il me proposait de revenir faire des chroniques plus régulièrement à l’antenne ! Offre que j’ai évidemment immédiatement accepté.

J’ai donc démarré mes chroniques peu de temps après, au mois de Janvier 2011, avec une périodicité variable en fonction de mes disponibilités, généralement de 2 à 4 fois par mois (hebdomadaire ou bi-hebdomadaire). Il a été convenu dès le départ que ces chroniques se feraient à titre bénévole, et qu’elles étaient à envisager encore une fois comme un échange de bons procédés : je fourni du contenu à la chaîne pour l’émission, et je bénéficie en retour des avantages que me donnent cette exposition médiatique, aussi petite (parce que seulement locale) soit-elle.

La saison 2010-2011 de l’émission s’est terminée eu mois de Juillet, et j’ai été rappelé pour continuer mes chroniques pour la saison 2011-2012. Mon statut étant plus “officiel” cette année, j’ai également droit à une rémunération (ou plutôt un “dédommagement”, étant donné leur montant !)

Mais au delà de l’aspect financier, mes chroniques sur TLM ont une utilité et une rentabilité toute autre. Bien qu’elles ne me permettent pas d’avoir plus de clients directement (l’audience de la chaîne n’est non seulement pas suffisante, mais ne situe absolument pas non plus dans ma cible très spécifique !), mes interventions sur la chaîne locale Lyonnaise me donnent une crédibilité extrêmement appréciable !

Le simple fait de “passer à la télé”, et régulièrement qui plus est, me confère une autorité et une image solide auprès du grand publique et des professionnels. Même si ce n’est que la télévision locale, dans l’esprit des gens, cela reste malgré tout un gageur de qualité. Je ne suis plus simple “coach en séduction”, je suis également “chroniqueur à la télé”, et cela fait une grande différence.

Grâce à ce “titre”, les gens prennent mon activité beaucoup plus au sérieux, ma crédibilité est renforcée et cela m’ouvre les portes d’autres médias : quelques parutions presse, dont une dans le Mag2Lyon (Cf. Annexe N°3), et prochainement un passage sur France 5 en direct dans l’émission “Allô Docteur”, ou je parlerai de mon parcours, et de mon évolution de bègue à coach en séduction, et chroniqueur TV. On m’a aussi proposé des chroniques sur Radio Scoop, mais cela ne reste encore qu’un projet.

En mettant également les vidéos de mes chroniques en ligne sur mon site, j’ai constaté une amélioration du trafic qualifié qui le visite tous les jours : les gens restent plus longtemps sur mon site, participent davantage et le taux d’inscription à ma newsletter à augmenté, me permettant ainsi de me constituer un fichier de prospects qualifié relativement important (800 personnes à l’heure actuelle), que je peux monétiser grâce à la vente de produits numériques, ou de mes prestations de coaching.

IMPORTANCE DE LA VISIBILITE SUR INTERNET

Etre visible dans les médias apporte certes un gain de crédibilité indéniable, mais cela n’apporte que peu de clients. C’est un constat qu’ont fait mes concurrents ayant bénéficiés d’une forte exposition médiatique, et que j’ai remarqué moi aussi.

C’est pour cela qu’il est également indispensable de travailler ma visibilité sur un canal qui lui m’apporte plus de clients : internet.

le travail de référencement de mon site est probablement ce qui me prend le plus de temps pour l’instant, mais c’est un mal nécessaire et indispensable.

Je sais par expérience que le public intéressé par mes services se tournera en premier lieu vers internet pour trouver des solutions à ses problèmes affectifs. Comme je l’expliquai précédemment, l’activité de coaching en séduction reste encore relativement taboue même si on en parle de plus en plus, car elle touche une corde sensible de l’intimité des gens. Et plutôt que d’en parler à leurs proches, ces personnes là préfèreront l’anonymat que procure internet pour chercher des solutions à leurs problèmes.

C’est pourquoi il est primordial pour moi que mon site – qui est l’unique vitrine de mon activité ! – soit facilement trouvable par les personnes qui s’intéressent au coaching en séduction. En plus d’être bien positionné sur des mots-clés spécifiques, il se doit d’être attractif et bien conçu pour favoriser un maximum la fidélisation des internautes afin de pouvoir au final le transformer en client. C’est pourquoi je mets tant d’énergie à proposer du contenu de qualité (articles et vidéos), renouvelé régulièrement, pour fidéliser le lecteur, et l’inciter à acheter mes produits numériques ou prendre un coaching.
Je publie également du contenu gratuit permettant « d’appâter » le client potentiel, et de lui donner une idée de la qualité des autres prestations payantes pour l’inciter à acheter.

Ce contenu gratuit doit donc être de qualité, sans pour autant me demander trop d’investissement évidemment, mais il doit être suffisamment bien fait pour donner envie aux clients d’en savoir plus sur mon activité et les amener à acheter mes services.

Ce sont des stratégies de webmarketing et de référencement qui sont mise en place, mais que je n’aborderai pas en détail ici car c’est un processus technique complexe et surtout très long à expliquer, dont l’explication n’a que très peu d’intérêt à figurer dans ce mémoire.

Photo ENJEUX ET MOYENS DE LA CREATION D’UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE 3

La page d’accueil de mon site tel qu’il est aujourd’hui

Cependant, il faut savoir qu’il s’agit en quelques sortes du “nerf de la guerre” du marché, c’est véritablement le coeur de la stratégie de communication et d’acquisition de clients dans le marché dans lequel je me trouve, puisque 95% des clients proviennent d’internet. C’est un fait établi dans ce marché, et c’est ce que je constate au quotidien.

Il est en revanche permis de penser que l’évolution du marché et la démocratisation de l’activité de coaching en séduction vont permettre de passer d’un statut “communautaire” à un statut plus “grand public” dans les années à venir, c’est en tout cas ce que semblent indiquer les tendances depuis quelques années.

Tout comme Meetic et les sites de rencontres étaient encore très tabous il y a 10 ans de ça, ils sont aujourd’hui complètement rentrés dans nos moeurs et sont totalement acceptés. Il est à prévoir que le conseil amoureux suivra la même tendance dans les années à venir. Le marché verra de plus en plus d’acteurs voir le jour, les clients seront beaucoup plus importants et l’offre se développera. D’où l’importance pour moi de me construire une image grand publique solide dès aujourd’hui, pour être bien implanté au moment de l’accroissement de l’offre. D’autant plus que je suis encore le seul sur le marché Lyonnais, mais je risque de ne pas le rester longtemps !

MES PRESTATIONS

Lorsque j’ai lancé mon activité il y a un peu plus d’un an, je proposais 4 types de prestations “physiques” différentes (ateliers par groupe, coaching théorique, coaching pratique, combinaison coaching théorique + pratique). Cette première année d’exercice m’a permis de me rendre compte que seulement 2 prestations étaient majoritairement choisies par les clients, et j’ai ainsi réadapté mon offre pour ne proposer que 2 types de prestations physiques.

En effet, j’ai appris à mes dépend un phénomène psychologique bien connu en marketing, qui veut que trop de choix nuise à l’intention d’achat des clients potentiel. J’ai donc réajusté mon offre et à l’heure actuelle, je propose à mes clients seulement deux types de prestations physiques (à l’inverse des prestations numériques que sont par exemple les vidéos à la demande, podcasts ou les livres numériques). Ces deux types de prestations sont :

– les ateliers, qui sont des séances de coaching par groupes de 5 personnes maximum
– les séances de coaching personnalisées appelées “One to One”.

DETAILS ET DEROULEMENT DES PRESTATIONS

Les ateliers basics : Ces atelier, d’une durée allant de 2h30 à 3h, couvrent l’ensemble des concepts et principes de base qu’il faut connaître pour s’améliorer de manière significative et durable (sous réserve de mettre en application les conseils dispensés, évidemment) : outils de communication, mise en valeur personnelle, dynamiques sociales, les théories de la séduction.

Je les organise par groupes de maximum 5 personnes pour permettre une interactivité et une émulation entre les participants. Les séances ont lieu dans un restaurant dont les gérants sont des amis et qui me mettent une salle à disposition gratuitement, où à peu de frais.

Après cette prestation, tous les participants bénéficient tous d’un suivi par email et/ou téléphone pendant un mois. (souvent plus dans la pratique).
A ce jour, je n’en ai organisé que trois, faute d’avoir un nombre d’inscrits suffisant. J’espère pouvoir en faire plus à l’avenir car c’est une prestation très intéressante pour moi.

Les coachings personnalisés “One to One” : C’est la prestation la plus prisée et la plus choisie par les clients. Il s’agit d’un coaching qui allie à la fois les conseils “théoriques” et la mise en application pratique de ceux-ci. Dans un premier temps, le client m’expose sa problématique lors d’un premier entretien. Il me pose ses questions et ses attentes, et il reçoit en retour mes réponses, et mes conseils adaptés et personnalisés à son cas. La partie “théorique” des coachings One to One varie généralement de 3h à 5h suivant les personnes.

Vient ensuite la partie pratique du coaching, dans laquelle j’emmène le client “sur le terrain” pour qu’il mette en application, en situation réelle, les conseils que je lui ai dispensé. Nous allons donc dans des lieux publics de passage (rue, centre commerciaux) ou des lieux habituels de rencontres (bars, pubs) pour aller aborder de manière naturelle, spontanée et courtoises des inconnues.

La pratique permet de se rendre compte plus précisément des mécanismes qui entrent en jeu lors des rencontres. C’est aussi un moyen pour renforcer la confiance en soi, car le participant se rend compte de lui-même qu’en mettant en application quelques conseils, il peut obtenir des résultats extrêmement positifs et encourageants !

Une fois les prestations terminées, les participants bénéficient toujours d’un suivi personnalisé sur trois mois, afin d’inscrire la démarche de coaching sur le long terme. Pour les personnes résidants sur Lyon, j’organise un entretien d’une heure tous les mois, pour faire le point et revenir sur certains aspects si nécessaire. Pour ceux habitants hors de Lyon, c’est par téléphone ou par visioconférence (Skype) que cela se passe. Pour tous, il y a également l’échange par emails, par lesquels ils peuvent me poser leurs questions.

Pour les participants qui souhaitent continuer, ils ont la possibilité de reprendre des séances individuelles, en coaching théorique ou pratique, avec un tarif préférentiel.

LE DEBUT DE LA FIDELISATION

Trouver de nouveaux clients demande beaucoup plus d’effort et coûte bien plus cher que d’amener des clients déjà satisfaits à acheter de nouveau un ou des produits, c’est un principe de marketing très connu.

De plus, le marché et le créneau dans lequel je me trouve n’abondent pas encore en clients convertis (même si les clients potentiels sont nombreux !), puisque ce n’est pas un secteur ni une activité encore très “grand public”, j’ai donc une clientèle limité. Parallèlement à ça, seulement 5h ou 10h de coaching ne suffisent pas à transformer radicalement une personne qui souhaite se reprendre en main ainsi sa vie affective, il s’agit plutôt du temps nécessaire à “l’impulsion” qu’il leur faut pour effectuer les changements. Souvent, les personnes qui prennent un coaching personnalisé ressentent le besoin de poursuivre l’accompagnement au-delà de la prestation initiale. C’est un peu comme le fait que 5 séances de suivi par un psychothérapeute ne suffisent pas, il faut un accompagnement sur le plus long terme.

j’ai la satisfaction de constater que depuis quelques temps, une partie importante de mes prestations sont commandées par des personnes ayant déjà eu recours à mes services. Ainsi, sur les 4 coachings programmés dans les mois de Septembre et d’Octobre, trois d’entre eux sont d’anciens participants qui souhaitent approfondir ce qu’ils ont appris grâce à mes services, ou bien simplement profiter du “coup de boost” que leur donne quelques heures de coaching avec moi.

Non seulement cela est intéressant d’un point de vue commercial, mais c’est également très satisfaisant de savoir que ces personnes me font confiance et que j’ai un véritable impact sur la qualité de leur vie. Je vois d’ailleurs cet impact au travers des témoignages et des messages que je reçois de mes participants ! (Cf. Annexe 4)

PROFILE TYPE DES CLIENTS

Les personnes qui font appel à mes services sont des Hommes (je n’ai pas encore étendu mes services aux femmes, mais c’est en projet, et j’aborde ce point plus tard dans ce mémoire), âgés de 23 à 40 ans, de tous horizons socioprofessionnels.

Tous ont pour point commun leur difficulté à avoir une vie affective épanouie, mais pour des raisons différentes. Certains, les plus âgés généralement, sont restés mariés ou ont vécu avec une femme pendant de nombreuses années, puis se retrouvent seuls et quelques peu déboussolés après la séparation. Ils ont du mal à se “remettre dans le bain” en étant à nouveau sur le marché du célibat.

Les plus jeunes, 23-30 ans généralement, ont souvent un parcours assez similaire, qui ressemble au mien : ils ont fait des études techniques (informatique, électronique, mécanique, etc.) et ont évolués dans un environnement quasi-exclusivement masculin pendant de nombreuses années, depuis le lycée à leur école d’ingénieur ou BTS/DUT. Ainsi, de leur 15 ans à leur 20-22ans, ils ont passé leur adolescence et le début de leur vie d’adulte entourés majoritairement d’hommes, à un âge où normalement on expérimente les premiers flirts et les premières relations.

Privés de contact féminin, ils n’ont pas appris à communiquer avec les femmes, à jouer le jeu de la séduction, à se mettre en valeur pour séduire. Et lorsqu’ils commencent leur vie professionnel, souvent dans un milieu très masculin en rapport avec leurs études, ils se sentent complètement désemparés. Ils n’ont plus les opportunités qu’offrent le milieu étudiant pour faire des rencontres (soirées, activités, campus, cours) et ne savent absolument pas comment faire pour faire des rencontres, et surtout pour transformer ces rencontres en histoires.

Ce qui est le plus frappant, c’est que la majorité de ces hommes sont des personnes relativement intelligentes, qui pour la plupart ont une brillante carrière, ont fait de bonnes études, ont reçu une bonne éducation, ont des amis, des activités, des passions. Mais c’est justement cette intelligence qui les empêche d’avoir le succès qu’ils espèrent avec les femmes, car ils rationnalisent la séduction en mettant de côté tout l’aspect émotionnel et en considérant une relation sentimentale épanouie comme la suite logique d’un parcours sans fautes : réussite scolaire, réussite académique, réussite professionnelle, réussite sociale, réussite sentimentale.

Pour eux, le fait de trouver une partenaire de choix fait partie du “package” de la réussite. Malheureusement, il se trouve que la séduction n’est pas une discipline majoritairement intellectuelle, et quand bien même l’intelligence (notamment l’intelligence sociale et l’intelligence émotionnelle) est une qualité à avoir, il y a une multitude d’autres ficelles à tirer pour séduire, qui font plus partie du domaine de l’émotionnel que du rationnel.

Ce sont des personnes qui ont énormément de croyances limitantes à propos d’eux mêmes, mais également à propos des femmes, de la séduction et des relations en général. Ils ont souvent beaucoup de qualités, mais sont dans l’incapacité de les mettre en avant de part une communication inefficace, due à leur incompréhension des mécanismes de séduction.

Page suivante : PARTIE 3 : DEVELOPPEMENT DE L'ACTIVITE

Retour au menu : ENJEUX ET MOYENS DE LA CREATION D’UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE