Partie 1 : Connaissance et reconnaissance de la Région

Non classé

Introduction partielle

Avec l’acte 2 de la décentralisation, les premières élections régionales suscitant un débat national et des engagements de campagne qui ont “proximisé” les politiques régionales, le constat fait auparavant d’une institution sans usagers n’est plus tenable. Ce mouvement s’est largement accentué depuis les dernières élections. Les conseils régionaux animent de plus en plus de dispositifs directs qui les mettent en contact avec un public qui ne les connaît pas ou les connaît peu.

Mais quelle appropriation les Régions ont-elles suscité depuis leur création ? Qu’estce que le public retient de leur action ? Pour répondre à ces questions et examiner notre hypothèse, nous allons être conduit à examiner les questions d’attribution de l’action régionale à la région et d’identification de la région. Ces points paraissent être les deux clés de la problématique de communication que nous recherchons. Ils pointent vers une autre question, dont nous verrons qu’elle est centrale depuis la création des Régions, celle de l’identité.

Nous allons donc chercher dans cette partie à dégager une problématique de communication pour les Régions. Nous supposons qu’elles souffrent d’un défaut d’attribution.

La première hypothèse que nous allons essayer de démontrer dans cette partie, c’est qu’elles sont connues, du moins sait-on qu’elles existent. On reconnaît leur rôle essentiel mais sans savoir en quoi il consiste.

Il nous faut donc examiner en premier lieu d’un peu plus près cette méconnaissance pour voir à quel niveau elle se situe exactement. Ensuite, pour compléter l’examen, il faudra regarder dans quelle mesure elles sont, au contraire, reconnues. C’est ce que nous livrera principalement un regard sur leur évolution depuis 2004 jusqu’à aujourd’hui.

Page suivante : A - Une institution nouvelle

Retour au menu : Les Régions en quête de proximité : Stratégies d’identification : Le cas spécifique du Limousin