Paragraphe 2 : La redynamisation du mécanisme financier

Non classé

L’option » responsabilisation des Etats Africains » face au fléau de la désertification prônée par la convention en ne créant pas de fonds spécial pour sa mise en œuvre est une bonne initiative. Mais elle doit s’accompagner d’une justice qui doit être faite aux africains dans le cadre du commerce international. (33)

Par ailleurs, les pays développés peuvent honorer leur engagement du 0,7% de leur PNB à mettre au service de la coopération internationale (34). Car l’aide publique au développement n’a pas atteint ses objectifs et s’avère actuellement un outil à réinventer.

Ce qui paraît efficace est que face à l’échec du mécanisme global mis en place par la convention, qu’un fonds spécial soit crée pour la lutte contre la désertification.

Dans le cadre du réaménagement du mécanisme financier, un fonds de facilitation a été crée. Il lui est assigné une mission claire qui transparaît dans les considérations suivantes :

- Définir et préciser l’objectif général du fonds de facilitation
- Donner les attributions, fonctions du fonds. Ces fonctions peuvent être analysées à deux niveaux.

Au niveau national, le fonds pourrait avoir pour rôle d’accompagner les pays et les Organisations intergouvernementales dans leurs efforts de conciliation entre les besoins et les moyens disponibles, donc de planification. Ces appuis pourraient prendre plusieurs formes : formation, financement d’appui technique, organisation de forum et d’ateliers.

Au plan régional, le fonds devra faciliter le développement d’un portefeuille de projets transfrontaliers, et procéder à une planification à long terme des programmes qui auront été validés par les différents acteurs concernés et le cas échéant, les faire adopter et les intégrer dans les objectifs et les programmes du NEPAD (35).

- Le Fonds devra en outre faciliter l’accès aux ressources à tous les détenteurs d’enjeux dans la mise en œuvre de la convention

- Le Fonds devra tenir compte des dispositifs institutionnels ou informels de concertation et de coopération entre les partenaires régionaux et éventuellement entre ceux-ci et les partenaires au développement.

La création du fonds de facilitations peut être renforcée par les dispositions suivantes :

- Valoriser les prélèvements communautaires
- Etre plus agressif dans la recherche du financement
- Développement de l’information et du plaidoyer
- Inventaire des sources de financement existantes pour la gestion des ressources naturelles.
- Renforcement des capacités en termes de fund raising
- Renforcement des capacités des points focaux sur les procédures d’allocation budgétaire

33 Le commerce international est défavorable aux pays Africains, les systèmes de compensation mis sur pied à leur égard n’ont rien arrangé.
34 La diplomatie non gouvernementale, Henri ROUILLE D’ORFEUIL, Enjeux Planète, 2006 p.93
35 Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, son but est d’encourager et de canaliser les investissements directs étrangers pour résoudre les problèmes de développement du continent, CARI, Edition Août 2003, p.45

Page suivante : Section 2 : La participation des acteurs et le fonctionnement des organes de la mise en œuvre du PASR-AO

Retour au menu : LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION DANS L’ESPACE UEMOA