Paragraphe 2 : La nécessité des mesures spécifiques pour l’Afrique.

Non classé

Les rédacteurs de la convention ont pris en considération les aspects expliquant la pauvreté extrême du continent pour décider des mesures exceptionnelles. Parmi ces considérations, on retient :

- la forte proportion de pays en développement, notamment de pays les moins avancés, parmi ceux qui sont gravement touchés par la sécheresse et/ou la désertification, et les conséquences particulièrement tragiques de ces phénomènes, se situent sur le continent Africain

- Les efforts déployés, les progrès enregistrés dans la lutte contre la désertification et pour l’atténuation des effets de la sécheresse, par les pays touchés en majorité pauvres ont été décevants et qu’une nouvelle approche plus efficace est nécessaire à tous les niveaux dans le cadre d’un développement durable.

- Les gouvernements nationaux jouent un rôle crucial dans la lutte contre la désertification et dans l’atténuation des effets de la sécheresse et que les progrès à cet égard dépendent de la mise en œuvre, dans les zones touchées de programmes d’action au niveau local.

- Il importe de fournir aux pays en développement touchés en particulier en Afrique des moyens efficaces notamment des ressources financières importantes y compris des fonds nouveaux et supplémentaires et un accès à la technologie faute de quoi il leur sera difficile de s’acquitter pleinement des obligations que leur impose la présente convention.

Le contexte d’élaboration et les raisons de l’annexe régionale pour l’Afrique étant présentés, il importe ensuite de connaitre le contenu de la convention.

15 Selon les termes du préambule de la convention, on a l’impression que la rédaction de l’annexe régionale pour l’Afrique constitue une sorte d’opération de sauvetage. En effet, la situation était vraiment dramatique et l’impuissance des pays touchés était manifeste…

Page suivante : Chapitre II : Le contenu de la convention

Retour au menu : LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION DANS L’ESPACE UEMOA