Paragraphe 1 : Le développement d’activités alternatives et recherche de biens de substitution.

Non classé

Les communautés rurales dépendent de la production agricole et des ressources naturelles. Les prélèvements de ces ressources sans souci de renouvellement conduit à l’épuisement des ressources naturelles donc à la dégradation de l’environnement. Il est important de travailler à retrouver avec les communautés des activités alternatives et à règlementer les prélèvements dans la nature.

Le développement d’activités alternatives peut amener les communautés à initier des activités de tourisme, de protection des espèces animales ou de création de jardins de plantes rares ou médicinales.

La règlementation des prélèvements suppose la création des aires protégées, Dans cette rubrique, les Etats prendront toutes les dispositions pour éviter de créer ce que Le professeur J.J BEURER appelle « isolats de diversité » (46) qui consisterait dans le cadre de création d’aires protégées, à isoler quelques espèces. Cette approche, d’ailleurs trop facile conduirait à l’érosion génétique des espèces concernées.

Par ailleurs, dans le cadre de recherche de biens de substitution, l’énergie est l’élément primordial.

En effet, des réflexions doivent être menées d’une part, dans le sens de trouver une source alternative à l’usage de bois de chauffe qui conduit les communautés à abattre les arbres anarchiquement, d’autre part, pour faire des économies d’énergie sur l’usage du bois de chauffe. A cet égard, les foyers améliorés (47) sont indiqués et très pratiques pour les communautés pauvres qui pourraient éprouver des difficultés à se procurer un pot de gaz de butane.

46 DICE-Limoges Cours N°5 La Biodiversité
47 Au Bénin, c’est une initiative de l’USAID. Comme le nom l’indique c’est un foyer traditionnel amélioré. L’amélioration apportée réside dans la canalisation de l’énergie de façon à éviter les dispersions qui équivalent à une perte d’énergie.

Page suivante : Paragraphe 2 : L’adoption d’une politique anti - nataliste

Retour au menu : LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION DANS L’ESPACE UEMOA