INTRODUCTION DE LA SECONDE PARTIE

Non classé

Dans un environnement naturel, de forêt, avec ses lacs, la rivière qui le sillonne pour l’arroser à longueur de l’année, le Parcours Vita offre d’énormes potentialités économiques, touristiques, de production, de prévention et écologique, et dans une certaine mesure thérapeutiques. Ces éléments pour révéler leur plénitude fonctionnelle dans un enchevêtrement dynamique doivent agir dans une certaine interdépendance dans un espace unique qui doit être protégé et conservé. Malheureusement, parce que situé dans la zone côtière du littoral camerounais, où les densités de population s’accroissent, cette nature est fréquemment altérée pour favoriser des activités comme la pêche, l’agriculture, la chasse, et le développement urbain.

Page suivante : CHAPITRE 3 : LA NECESSITE DE LA PROTECTION DU PARCOURS VITA.

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.