Introduction

Non classé

Howard Gardner espère que les intelligences multiples (prouvées en neurosciences) seront un jour reconnues par la communauté éducative et intégrées dans la formation des enseignants. Il aspire à une école qui formerait les individus à un avenir propre à leur combinaison d’intelligence et leurs aspirations personnelles, afin de construire une société plus diversifiée et sans cesse renouvelée. Il milite pour des apprentissages individualisés en opposition à une école uniformisée.

Ce mémoire a pour ambition de présenter la théorie des intelligences multiples d’Howard Gardner et les applications pédagogiques qui y sont liées. L’idée de ce thème m’est venue en pensant à mon expérience professionnelle. Qui n’a pas souffert d’une mauvaise ambiance professionnelle en se demandant comment une personne étant arrivée à ce niveau de responsabilité pouvait s’avérer si incompétente humainement ? A cette question, j’ai repensé à mes études et aux personnes qui par des stratégies relationnelles avaient pu réussir de la même façon que d’autres ayant travaillées beaucoup plus. Cette constatation n’a bien entendu rien de scientifique mais elle a orienté mon travail. C’est à travers des lectures à caractère psychologique que j’ai découvert l’existence de la théorie des IM et que j’ai pu mesurer l’ampleur de sa diffusion à travers le monde depuis 29 ans.

J’ai alors souhaité en faire l’objet de mon mémoire, tant ce sujet sera un des axes de ma carrière d’enseignante : considérer chaque élève individuellement et tenter de proposer une pédagogie suffisamment diversifiée pour que tous les talents s’expriment. Ce mémoire interroge à travers une investigation de terrain, les élèves sur la mesure de leur considération individuelle par l’école à travers le prisme de ce panel d’intelligences. Il vise à savoir s’ils se sentent reconnues et par quelle pédagogie ils sont le plus susceptibles de s’épanouir. Cette recherche me permettra de mieux adapter mes futures pratiques professionnelles. Cela revient en fait à leur donner la parole, sur des questions en lien avec une vision anticonformiste de l’école dans laquelle l’étendue découverte à ce jour des intelligences de l’être humain trouverait une reconnaissance scolaire au même titre que l’intelligence logico-mathématique et verbale par exemple.

L’objet d’analyse est la thèse d’Howard Gardner, « Frames Of Mind », de 1983, dans laquelle il présente ses recherches en matière d’intelligences et ses intentions pédagogiques. Dans mon TER (travail encadré de recherche), j’avais fait un focus particulier sur l’intelligence émotionnelle. Celle-ci comprend les aptitudes relationnelles : d’empathie, de compassion, d’honnêteté, de pro-activité, de maîtrise de soi et de ses rapports aux autres. J’ai interrogé son explicite enseignement et évaluation à l’école, et constaté que certaines filières permettent des réussites brillantes à des personnes « incompétentes » relationnellement au sens de Gardner.

La problématique de la prise en compte des intelligences multiples à l’école présente selon l’avis que je me suis forgé à ce jour de mes lectures deux enjeux majeurs. Ces enjeux sont le décrochage scolaire et son lot d’incidents (absences, retard, violence, manque de travail…) et la possible prise en charge d’élève dyslexique ou en grande difficulté scolaire, par la valorisation égalitaire de capacités variés et différentes. Ceci consiste une part de l’objet du travail du Dr ZEKRI-HURSTEL repris dans son ouvrage « l’alphabet des 5 sens ». Cette analyse d’une mise au coeur du dispositif de l’acteur n’est pas sans rappeler le triangle pédagogique de Jean Houssaye, (savoir, enseignant, apprenant). La théorie des IM irait au-delà en mettant le savoir au centre d’un triangle : apprenant, enseignant, société qui choisiraient conjointement et au plus près des besoins et possibilités de l’apprenant l’objet du savoir d’une part raisonnée, mais le vecteur du savoir totalement repensé.

L’enjeu étant au-delà de l’apprenant, un modèle de société, l’observation d’un système de formation avec ou sans la théorie des IM peut s’observer à deux moments clés. Avant et pendant la formation et à la sortie du temps de formation :

Schéma 1 : « Processus de formation sans la prise en compte des IM » :

Processus de formation sans la prise en compte des IM

Gaëlle Puy MEF 2 IUFM Montpellier Juin 2012

Premièrement, lors de l’élaboration des programmes, le manque de concertation avec les individus apprenants est source de démotivation et de violence scolaire. Après l’obtention des diplômes, l’uniformité des compétences des individus limite le renouvellement des sociétés et sclérose les innovations.

Schéma 2 : « Processus de formation prenant en compte des IM » :

Processus de formation prenant en compte des IM

Gaëlle Puy MEF 2 IUFM Montpellier Juin 2012

Deuxièmement, des programmes de formation réalisés en concertation d’acteurs plus étendus et notamment à caractère sociaux ou au-delà des acteurs à caractère plus économiques ou « financiarisés », permettraient des formations plus égalitaires aux sociétés fortes et bénéficiaires de travail. Au delà de la paupérisation financière, la fracture sociale peut être également le reflet d’une paupérisation intellectuelle : des formations inadaptées à des acteurs et des emplois inadaptés aux besoins de ces derniers. La théorie des IM propose de remettre l’individu au coeur du système.

Howard Gardner plaide en faveur d’une école ou pourrait s’exprimer tout un spectre d’intelligences qu’il faudrait considérer à part égale pour une prévention des échecs scolaires et une société équilibrée.

En 1983, en livrant sa théorie, il anticipe en conclusion de son ouvrage, des applications possibles qu’il imagine réalisées en 2013. A l’aube de cette année, nous constatons que ses projections et les applications concrètes de son oeuvre sont toujours aujourd’hui à la marge.

Le présent mémoire est à caractère professionnel, il est structuré en trois parties. Après cette partie introductive nous développerons la partie théorique. Elle passe en revue la littérature et les notions clés se rattachant au thème en question et annonce la problématique. La troisième partie présente une analyse pratique en opérationnalisant la problématique et en déduisant les résultats. Ces derniers sont issus d’un questionnaire diffusé à un échantillon d’élèves du secondaire, et donne la parole dans un cadre précis sur des questions en liaison avec la théorie des IM et le vécu scolaire des élèves. Enfin, la partie conclusive revient sur la théorie par les applications pédagogiques liées et propose une conclusion générale.

Page suivante : I) La théorie des intelligences multiples, pour tenter de poser des mots sur une négation scolaire et sociale responsable de nombreux maux

Retour au menu : « La théorie des intelligences multiples d’Howard Gardner » : Un nouveau regard sur la manière d’apprendre.