Interrogation d’une banque de données bibliographiques

Non classé

La démocratie, ce n’est pas la loi de la majorité,
mais la protection de la minorité.

Albert Camus

La Banque de Données en Santé Publique (BDSP)

La Banque de Données en Santé Publique (BDSP), a été créée en 1993 à l’initiative de la Direction
Générale de la Santé (DGS) et constitue une source d’informations en ligne dans le domaine de la santé
publique à destination des professionnels des secteurs sanitaire, social et médico-social. La BDSP est en
fait un réseau de coopération d’une soixantaine d’organismes (FNG, CRISP, HP-HP IFSI, CNAMTS,
HAS, INVs…) qui alimentent quotidiennement cette base de référence nationale. La coordination, les
développements informatiques et l’administration du site sont assurés à l’Ecole des Hautes Etudes en
Santé Publique (EHSP).

Le site de la BDSP est en accès libre* et dispose d’une interface de maniement aisé et intuitif.
L’interrogation par concepts se fait par défaut sur les champs Titre, Texte, Mots clés et Auteurs grâce
aux opérateurs booléens aussi bien français (ET, OU, SAUF) qu’anglais (AND, OR, NOT) mais aussi
avec les signes de troncature ( ? pour remplacer un caractère, * pour une chaine de caractères…)
Le site propose une base documentaire dont certains documents en texte intégral, des bibliographies, un
annuaire critique des sites, une base de colloques, un thésaurus, un glossaire multilingue ainsi qu’une
base d’offres d’emplois.

Les documents disponibles (ouvrages, revues, thèses et mémoires…) couvrent la période de 1983 à nos
jours, sont en français ou en anglais mais un résumé est toujours disponible.

La consultation de la base s’est faite, durant la première quinzaine de juillet 2011.

Interrogation de la base

Le thésaurus comprend 12825 termes, regroupés en 7 144 descripteurs ou mots-clés. Le domaine
établissement social comprend un sous-domaine « EHPAD » qui est aussi le mot-clé (associé à 697
notices), et un sous domaine « Maison de retraite » qui constitue un mot-clé renvoyant à 2869 notices. Il
sera donc nécessaire d’utiliser les deux descripteurs pour interroger la base. Le descripteur « Personne
âgée » (33 543 notices) est associé à des termes qui s’avèrent peu contributifs pour la recherche en
cours: accès équipement collectif, âgisme, alarme médicosociale, autonomie, centre jour, CLEIRPA,
dépendance, logement adapté, politique vieillesse, réseau ville handicap.

L’index a permis de mettre en évidence que la racine « communaut* » renvoi à pas moins de 22 mots
clés associés dans des domaines très différents dont : santé communautaire, appartement
communautaire, communauté européenne, communauté religieuse, communauté d’établissements… On
est donc ici dans des domaines qui peuvent être sujet à quiproquo. Par exemple, le concept de médecine
communautaire conçoit le soignant-le sujet et sa communauté qui peut être la population d’une
institution, d’une ville ou un groupe culturel…, n’est pas une notion tout à fait étrangère au sujet étudié.
Certains y voient d’ailleurs un risque de dérive communautariste ou de stigmatisation d’une population,
bien que le terme anglais face plus référence à une médecine de proximité.

Autre point intéressant, le site permet de consulter le « nuage de tags » qui correspond à la liste des mots
clés trouvés dans les références et qui apparaissent dans une taille de caractères proportionnelles au
nombre d’occurrences. Comme le montre le tableau récapitulatif des requêtes et de leurs résultats qui
figure en annexes 3 et 4, l’expression « Maison de retraite » s’avère plus fructueuse. En effet, le terme
EHPAD n’est apparu qu’en 1998 et ne permets donc aucune référence avant cette année là. Mais il est à
noter qu’un glissement sémantique tend aujourd’hui à utiliser le terme maison de retraite, dans le
langage courant pour y inclure des établissements de type foyers logements.

Les descripteurs retenus sont donc les mots clés du thésaurus (personne âgée, EHPAD, Maison retraite,
migrant, femme, laïcité, religion, islam, judaïsme, personne handicapée, homosexualité) complétés de
termes ou expressions recherchées sur tous les champs pour optimiser la recherche compte-tenu du peu
de littérature spécifique (communautarisme, confession*, congrég*, casher*, kasher*, cacherout)
L’interrogation s’est donc faite en associant successivement les mots clés EHPAD, Maison retraite et
Personne âgée à chacun des autres descripteurs.

Les résultats sont obtenus en quelques millisecondes, même si le comptage ne donne dans un premier
temps qu’un nombre approximatif des références pour réduire le délai de réponses.
Le premier constat a été que la littérature est relativement restreinte sur le seul aspect institutionnel, sauf
en ce qui concerne les termes femmes (70) et handicap (94)

Certains sujets ont la faveur des publications : les femmes (1893), le handicap et les personnes
handicapées vieillissantes (1187 références pour handicap*), la religion (266)

Toutefois ces résultats doivent être tempérés :

· Le terme handicap est fréquemment utilisé pour désigner la perte d’autonomie de la personne
âgée, et non un statut social acquis avant l’âge de 60 ans. Mais il est intéressant de noter que
seul le handicap mental apparaît comme type de handicap dans le nuage de tags, ce qui confirme
bien que c’est pour les personnes présentant ce type de handicap qu’il existe une véritable
problématique spécifique.
· Pour les femmes, le nuage de tags renvoi en établissement à une vision pour le moins restrictive
et négative sure la vie d’une femme âgée : Alzheimer, alcoolisme, incontinence urinaire et
statistiques.
· La proportion de texte en français varie largement, et renseigne sur les préoccupations
hexagonales, avec par ordre décroissant : communautarisme (100%), Laïcité (100 %), Personne
Handicapée (94%), Islam (83 %), Migrants (81%), homosexualité (59%), Religion (57 %),
judaïsme (53%) et… Femme pour seulement 47 %.
· Les termes « casher », « kasher » « cacherout », saisis seuls, ne ramènent aucune référence, et 3
références non pertinentes pour « halal » dont 2 en anglais. Les nuages de tags sont aussi
surprenants puisqu’il semble que cet aspect chez la personne âgée soit essentiellement du
domaine de la psychopathologie :

o pour religion et personne âgée : fugue, refus de soins, hospitalisation d’office,
réglementation antitabac, maltraitance,

o pour judaïsme : génocide, survie, traumatisme, victime, psychopathologie, guerre
La recherche documentaire a permis en elle-même de faire émerger un aspect qui n’avait pas été
envisagé dans le travail préliminaire sur l’utilisation d’internet au service de la communauté ou du
communautarisme 22

En conclusion, les publications sont peu nombreuses sur un sujet qui semble d’un domaine tabou en
France beaucoup plus que dans les pays anglo-saxons, notamment par rapport aux questions relatives
aux pratiques et convictions religieuses.

Tous les documents qui semblaient pertinents ont pu être récupérés (39) : par téléchargement en texte
intégral (9), par le prêt du centre de documentation du Conseil général de Seine-Saint-Denis (5), par
consultation à la Fondation Nationale de Gérontologie (16), téléchargement ou commande de l’article
sur le site des revues (4), ou sur les sites d’achats en ligne (Amazon.fr et Priceminister.com) pour les
ouvrages neufs (1) ou d’occasion (5). Au total, trois documents ne se sont pas avérés contributifs.

* http://www.bdsp.ehesp.fr/

Page suivante : Résumé et analyse d’un article

Retour au menu : Peut-on respecter l’identité communautaire de tous les résidents d’EHPAD sans dérive communautariste ?