III.6. Les Nouvelles Théories du Commerce International (NTCI)

Non classé

D’après la théorie traditionnelle du commerce international, les IDE sont déterminés par les écarts de dotations factorielles. Or, les développements récents de la NTCI expliquent le développement d’investissements de type horizontal entre des pays dont les niveaux de revenu par habitant sont proches. En conséquence, les investissements directs sont d’autant plus importants que les écarts de PIB par tête sont faibles. De surcroît, selon la nouvelle théorie, les IDE s’orientent vers les pays à préférences similaires. C’est le cas des échanges entre la France et l’Allemagne dans le domaine de l’automobile.

La théorie éclectique de Dunning (1977) constitue une première approche globale des facteurs explicatifs de l’investissement direct dans laquelle apparaissent des éléments comme la concurrence imparfaite, les avantages comparatifs ou l’internalisation des coûts de transaction. Mais, ce cadre s’avère aujourd’hui insuffisant pour expliquer la majeure partie des IDE. Toutefois, il constitue le point de départ des nouveaux éléments théoriques apportés par les modèles d’investissement stratégique et la NTCI. La NTCI enrichie de l’analyse de la firme multinationale est venue pallier les insuffisances de la théorie traditionnelle en intégrant des éléments comme la concurrence imparfaite, la différenciation des produits et les économies d’échelle, (Brainard, 1993, Markusen, 1995). Elle met en avant un arbitrage des FMNs entre proximité et concentration. Les modèles théoriques de la NTCI suggèrent que dans l’arbitrage entre exportations et IDE, les exportations soumises à des coûts de transport s’effectuent entre des pays proches tandis que les investissements se localisent dans des pays plus éloignés. Toutefois, l’investissement direct est soumis à des coûts irrécupérables importants (coûts d’implantation, d’information) croissants avec la distance. De même, les facteurs historiques et culturels ou encore les préférences des consommateurs impliquent que les investisseurs privilégient les pays proches géographiquement, (Dupuch et Milan, 2005).

Page suivante : III.7. L’approche spatiale des IDE : Economie Géographique

Retour au menu : LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS DANS L’ESPACE UEMOA : DETERMINANTS ET ANALYSE D’IMPACTS