II.3.3.a. Sujets sains

Non classé

Lors d’exercices de marche en immersion, la FC est plus importante en immersion comparée au sec [94,95], tout comme la consommation d’oxygène. Ces valeurs sont plus importantes lorsque l’immersion est au niveau ombilical comparé à une immersion au niveau de l’appendice xiphoïde [96].

Lors d’effort ou d’entraînement sur ergocycles à jambes, les réponses physiologiques (VO2 et FC) sont plus importantes en immersion [97] mais les gains au niveau cardio-respiratoire sont équivalents [98]. A même VO2, lors d’un test sur ergocycle il n’y a pas d’effet sur le système cardiovasculaire, cependant si l’intensité est la même en immersion par rapport au sec, on observe une augmentation de la FC. Ce sont des exercices sur ergocycles à jambes, à même température), de la fréquence respiratoire (FR) et de la concentration en lactate significativement supérieure pour les sujets en immersion [87]. Effet contesté lors d’exercices de course au sec et en immersion, où en immersion la VO2, la FC, le lactate sanguin, et la ventilation sont diminués [99]. Les exercices en immersion comparés à ceux réalisés au sec ne semblent pas augmenter la perception subjective de l’effort [94].

Page suivante : II.3.3.b. Sujets BPCO

Retour au menu : Comparaison de deux modalités de réentraînement à l’effort au sec et en immersion chez des patients en réhabilitation respiratoire