II.3.1.d. La thermalité

Non classé

La température de l’eau des piscines varie dans une fourchette de 28 à 35°C sous réserve qu’elles soient affectées à des activités de natation ou des exercices passifs de mobilisation.

A ces températures, l’eau possède des effets antalgiques et myorelaxants. La diminution généralisée du tonus musculaire facilite les mobilisations et permet un meilleur jeu musculo-tendineux et articulaire. C’est dans l’eau que l’on constate un assouplissement et un gain de mobilisation articulaire, ainsi qu’une vasodilatation périphérique induite par l’immersion dans de l’eau chaude [71-73]. Remarque cependant contesté par certains auteurs [74]. En immersion le corps régule sa température interne, si la température augmente, on remarque une perte de poids due à la sudation [75]. On observe une diminution de la FC au repos et même lors d’exercices physiques en fonction de la diminution de la température de l’eau [76]. Une augmentation de la pression systolique ainsi que du débit systolique est observée, cette augmentation est plus importante lors d’immersion à une température de 30°C qu’à 35°C [77]. Les effets thermiques provoquent une diminution généralisée du tonus musculaire ainsi qu’une élévation du seuil de douleur qui autorise la réalisation d’exercices trop agressifs lorsqu’ils sont effectués à sec [78].

L’annexe 3 résume dans un tableau les différents effets de l’immersion sur le corps humain.

Page suivante : II.3.2. Effets de l’immersion sur le corps humain, au repos

Retour au menu : Comparaison de deux modalités de réentraînement à l’effort au sec et en immersion chez des patients en réhabilitation respiratoire