II.3.1 Amener un nouveau public dans les musées

Non classé

Selon les chiffres clés 2013 du Ministère de la Culture et de la Communication(27), la France compte 1218 musées, 44 060 monuments historiques classés et inscrits, enregistrant en tout près de 68 millions d’entrées. Malgré cette relative(28) bonne santé, établie en partie sur une demande forte et un soutien public régulier, il reste de nombreuses actions à mener notamment en faveur des personnes handicapées.

II.3.1.1 Permettre aux personnes sourdes d’accéder à la culture

Depuis 2001, le Label “Tourisme et Handicap”(29) récompense les efforts des professionnels du tourisme en matière d’accessibilité et d’accueil des visiteurs en situation de handicap. C’est un moyen de sensibiliser et de motiver les structures culturelles à agir en faveur des visiteurs handicapés, et cela constitue à la fois une garantie pour ces derniers.

Le guidage en LSF s’inscrit donc dans cette volonté d’améliorer l’accès à la culture des personnes sourdes. En effet, on considère souvent comme aménagements les plus urgents les aménagements matériels comme des rampes d’accès pour les personnes en fauteuil roulant. Sans vouloir entrer dans une “guerre des handicaps”, les sourds, une fois de plus minoritaires, se sentent parfois délaissés en terme de moyens déployés pour eux.

Il est vrai qu’au-delà des moyens techniques qui peuvent être mis en place (comme le prêt de boucles magnétiques par exemple), la demande de la communauté sourde porte principalement sur une offre plus importante de visites guidées en LSF. Mais comme nous l’avons souligné précédemment, la France manque d’interprètes. L’effort ici n’est donc pas forcément à faire du côté du gouvernement et des structures culturelles mais bien des guides, qu’il faudrait pouvoir mobiliser sur l’apprentissage de la LSF.

Cet apprentissage pourrait par contre être financé par les musées eux-mêmes, comme un investissement non seulement éthique mais également commercial, car cette nouvelle clientèle a véritablement un pouvoir d’achat non négligeable.

II.3.1.2 Participer à l’économie du secteur culturel

Favoriser l’accès aux personnes sourdes, et aux personnes handicapées en général, c’est aussi une manière pour les structures culturelles de mettre en avant un avantage concurrentiel important sur le plan national, mais aussi européen et même international. En effet, bénéficier du label “Tourisme et Handicap” par exemple constitue un réel atout supplémentaire pour un musée.

De plus, on peut remarquer que de nombreux aménagements effectués en vue d’obtenir ce label sont également utiles à d’autres publics :

- une rampe d’accès installée pour les personnes en fauteuil roulant est un élément de confort pour les personnes âgées et les parents avec poussette,
- un meilleur éclairage et une signalétique plus claire pour les personnes en situation de handicap mental bénéficient à l’ensemble des visiteurs,
- le surtitrage ou l’utilisation de boîtiers électroniques à destination des personnes sourdes sont très appréciés des visiteurs étrangers,
- les documents en gros caractères pour les personnes malvoyantes seront volontiers utilisés par les personnes éprouvant des difficultés de lecture ou les dyslexiques.

Il en va de même pour les visites contées bilingues qui, très imagées et en mouvement, plaisent beaucoup aux enfants.

Cette démarche engagée à l’encontre des personnes en situation de handicap permet donc d’amener de nouveaux publics, souvent néophytes en matière culturelle, à fréquenter les musées. De plus, elle touche également leur entourage, qu’il soit familial, structurel ou institutionnel, accroissant ainsi sensiblement la fréquentation de l’établissement culturel.

Enfin, elle permet aux acteurs de cette démarche de s’engager de manière citoyenne et politique dans la question de l’accessibilité.

27 Consultables en ligne sur le site http://www.culturecommunication.gouv.fr.
28 Pour réellement définir si le secteur culturel est en bonne santé il faudrait effectuer des calculs en fonction du budget qui lui est alloué, soit 4 milliards d’euros, mais ceci n’est pas notre propos.
29 Les conditions d’attribution de ce label ont sont formalisées par le Ministère délégué au Tourisme.

Page suivante : II.3.2 S'engager politiquement

Retour au menu : Quels sont les enjeux du guidage en langue des signes ?