II.2.1 – Etude de cas : stations de Remada et de Tunis Carthage

Non classé

En Tunisie, il y a une forte variabilité thermique entre le sud et le nord. Elle s’explique par l’apparence et l’intensité des fortes chaleurs. Pour bien évaluer et identifier le terme de chaleur dans un concept régional et local et mettre en évidence la résistance, et la perception et l’adaptation de l’homme face à la chaleur, nous avons choisi deux stations différentes, la station de Tunis Carthage dans le nord et la station de Remada dans le sud.

Les données présentées ici sont celles de températures (TX et TN) du moi de Juin, Juillet et Aout pour deux années dites chaudes (1999 et 2003).

Le seuil utilisé pour définir la forte chaleur est la moyenne de TX et TN pour les trois mois estivaux de 1999 et 2003. Il s’écrit sous la forme suivante :
Seuil de température diurne = Σ TX estivale /n
Seuil de température nocturne = Σ TN estivale /n

Avec n est le nombre des jours estivaux (92 jours)

Tableau 2 : la moyenne estivale de TX et TN de la station de Tunis Carthage et la station de Remada pour 1999 et 2003(seuil annuel pour une forte chaleur)

Tableau 2 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : élaboration personnelle a partir des données sur le site http://www.wunderground.com

A partir de ce tableau, nous remarquons que pour la station de Remada, si pendant trois jours consécutifs TX estivale > 38,8 °C et TN estivale > 25,5 °C cette période est considérée comme vagues de chaleur pour l’année 1999. En 2003 la vague de chaleur a été observée si TX estivale > 37,2 °C et TN estivale > 25,5 °C pour l’année 2003.

Tableau 3: Les périodes de forte chaleur dans la région de Remada en 1999 et 2003

Tableau 3 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : élaboration personnelle à partir des données sur le http://www.wunderground.com/

La station de Remada est localisée dans le sud tunisien et est influencée généralement par le Sahara. L’apparence des fortes chaleurs est très remarquable. A partir de tableau 3, nous avons observé 4 périodes de grande chaleur pour l’année 1999 prolongeant sur 23 jours pendant la saison estivale. Chaque mois a connu une période chaude, la plus longue ne dépasse pas 8 jours (tableau 3).

En 2003, il y a 4 périodes (31 jours) de forte chaleur qui s’étendent sur toute la saison d’été.

Nous remarquons ainsi que la chaleur est bien fréquente et son apparence est régulière sur toute la saison de l’été.

-Pour la station de Tunis Carthage, nous avons observés : si pendant trois jours consécutifs TX estivale > 33,5 °C et TN estivale > 22,8 °C, cette période est considérée comme vagues de chaleur pour l’année 1999. En 2003 la vague de chaleur a été observer si TX estivale > 35,5 °C et TN estivale > 23,5 °C pour l’année 2003.

Tableau 4: Les périodes de forte chaleur dans la région de Tunis.C en 1999 et 2003

Tableau 4 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : Elaboration personnelle à partir des données sur le site : http://www.wunderground.com

Pour la station de Tunis Carthage, on distingue 3 périodes des fortes chaleurs pour l’année 1999, observées seulement dans le moi d’Aout. Le nombre des jours chauds (22jours) explique l’intensité du phénomène thermique. En 2003, on observe 3 périodes des fortes chaleurs, la première apparait à la fin de juin et au début de juillet, les deux autres dans le mois de juillet, du 28/06 /2003 jusqu’au 28/07/2003.

L’abondance des jours des fortes chaleurs traduit une tendance à l’augmentation remarquable pour la station de Tunis Carthage. La fréquence de l’apparition des fortes chaleurs a connu une stabilité.

L’intensité de chaleur s’explique non seulement par le degré de température, mais aussi par le taux d’humidité. Lorsqu’on combine les températures avec l’humidité relative observée pendant la même période de forte chaleur, on remarque que la chaleur est plus intense dans la station de Tunis Carthage que celle de Remada.

L’humidité aggravante pour le corps humain qui doit fournir beaucoup plus d’efforts pour s’adapter. C’est pourquoi l’usage des climatiseurs est très courant, surtout dans les villes de grand Tunis de 14%.

Figure 8: humidité maximale (Hmx) et humidité minimale (Hmn) en relation avec la température maximale (Tx) et minimale (Tn) pour deux périodes chaudes à la station de Tunis en 1999.

a)

Figure 8 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

b)

Figure 8' L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : élaboration personnelle à partir des données de site : http://www.wunderground.com

La sensation de la chaleur diffère d’une région à l’autre. En effet, la chaleur dépasse le 40 °C dans un environnement sec, (Remada) est plus supportable qu’une température de 32 °C dans un environnement humide.

Figure 9: humidité maximale (Hmx) et humidité minimale (Hmn) en relation avec la température maximale (Tx) et minimale (Tn) pendant deux périodes des fortes chaleurs à la station de Remada en 1999

a)

Figure 9 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

b)

Figure 9' L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

source : élaboration personnelle à partir des données de site : http://www.wunderground.com/

Page suivante : II.2.2 - Variation de la gravité des fortes chaleurs

Retour au menu : L’adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie: Cas des fortes chaleurs