I.2.2. Aménagement du territoire : une affaire d’origine ancienne

Non classé

L’aménagement du territoire est une expérience ancienne. En effet l’homme a toujours aménagé l’espace au gré de ses besoins. Au début il s’agissait de domestiquer la nature et de la dominer. La répartition des activités sur le territoire était perçue comme un phénomène naturel. Mais les incidences de ces pratiques furent désastreuses car elles ont donné lieu à la dégradation des ressources naturelles. Par la suite, les Etats modernes ont senti la nécessité de procéder à l’aménagement consciente et réfléchi du territoire en tant qu’acte volontariste et non spontané.

En Europe, la fin du 20ième siècle a vu progressivement émerger la question du paysage comme enjeu sociétal de gestion de l’environnement et d’aménagement du territoire. Dans le même temps s’est développée une demande sociale et politique pour une plus grande participation de la population à la gestion du paysage et de son cadre de vie en général, ce qui a entraîné de nouvelles exigences.

En effet, le paysage est encore trop souvent appréhendé à travers des définitions disciplinaires (le paysage comme structure expressive du territoire en géographie, l’éco-paysage fonctionnel en écologie, le paysage comme l’objet de composition en architecture du paysage, etc.…) qui rendent difficile une conception pluridisciplinaire de sa gestion.

Pour se généraliser, la question du paysage a eu la contribution de la mobilité des personnes, la démocratisation du tourisme et la diffusion de la photographie. Ainsi le paysage est depuis convoqué dans divers discours touristique, politique, scientifique, etc., pour parler de lieux sous un nouvel angle de vue.

En Afrique et particulièrement au Cameroun, le développement des villes s’est fait sans prise en compte véritable des enjeux de l’aménagement du territoire. Pour les uns et les autres les constructions des villes guidées par le hasard, sous les séquelles de la colonisation, s’est faite en absence d’une politique d’urbanisation, la politique d’aménagement urbain n’a pas intégré des aires de loisirs des parcs d’attractions et les aires ou sites protégés, des espaces verts, etc. qui participent par leur implantation réfléchie à l’attractivité du territoire.

Dans les années 1960, le constat alarmant des scientifiques a contribué certes à modifier les us et les coutumes des uns et des autres. , au point où de nos jours la gestion durable et efficace de l’environnement nécessite une planification impliquant les notons de révisions et d’anticipation, gestion qui utilise des outils classiques appropriés à l’aménagement du territoire.

Page suivante : I.2.3. Le paysage, un enjeu de gestion de l’environnement et d’aménagement du territoire.

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.