I.1.1.L’homme, la nature et la technique.

Non classé

En réalité les rapports entre l’homme et la nature ont connu une certaine évolution culturelle qui passe d’une totale dépendance de ce dernier à la nature par les fruits et la crainte des aléas climatiques pour les tributs de chasseur-cueilleur, à l’apparente indépendance de l’homme moderne par l’exploitation des ressources naturelles. Ce dernier a cru pouvoir totalement s’affranchir de son milieu en le transformant, en le domestiquant, voire en l’asservissant, grâce au développement d’idéologies, grâce aux progrès techniques.

De ce point de vue l’environnement devient ce qui est au tour et nécessaire à l’humain, ce qui lui est étranger et par un glissement de sens, ce sur quoi l’homme ne peut agir. Comme nous l’avons dit plu haut, n’est-il pas illusoire de croire que l’activité humaine n’interagit pas avec l’environnement ? Source et débouché de l’activité économique, la nature existe avec l’espèce humaine et non pas malgré l’homme. En s’excluant de la nature, l’humain fausse sa perception, sa pensée, ses valeurs, son rôle, son analyse de la situation et perturbe profondément l’habitat.

Page suivante : I.1.2.Objectif de l’économie de l’environnement.

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.