I.1 LES CONCEPTS DE BASE

Non classé

Pour prévenir tout risque d’interprétation abusive pouvant surgir à l’occasion de la lecture de ce mémoire, il importe de préciser les sens de certains concepts – clés et termes utilisés.

En effet, l’étude titrée : « L’aménagement durable et son impact sur la santé de la population dans la ville de Kinshasa. Cas des Communes de SELEMBAO et BUMBU» ne peut être bien comprise que grâce notamment à la compréhension de plusieurs concepts de base ci dessous.

I.1.1 Aménagement du Territoire

L’aménagement du territoire est une recherche dans le cadre géographique national ou régional d’une meilleure répartition des hommes et des activités en fonction des ressources naturelles et de la conjoncture économique(5).

C’est l’ensemble des mesures décidées pour réduire les déséquilibres sur le territoire. Ainsi donc, l’aménagement du territoire est la correction des déséquilibres (6).

C’est une action volontaire, organisée pour aider au développement d’une région, d’un lieu ou d’un pays (7) en fonction des ressources naturelles.

C’est la transformation volontaire d’espace géographique au bénéfice de la société qui l’occupe(8)

C’est une politique de transformation du territoire national par les pouvoirs publics pour en améliorer l’équilibre et l’efficacité économique (9).

I.1.2 Assainissement

Ile a été défini par un comité d’experts de l’organisation mondiale de la santé comme « l’action visant à l’amélioration de toutes les conditions qui, dans le milieu physique de la vie humaine, influent ou sont susceptibles d’effluer défavorablement sur le bien être physique, mental ou social (10) »

I.1.3 L’aménagement durable

C’est un processus développement qui satisfait les besoins du présent sans compromettre ceux et des générations future et à doter celui-ci d’infrastructures diverses telles que la voirie (primaire et secondaire), le drainage, l’assainissement, les réseaux d’adduction dont le niveau des services correspond à la qualité de sa desserte par les infrastructures et peut donc varier du rudimentaire au confortable (11).

I.1.4 Déchet

Résidus de l’emploi de matière solide, qui peuvent être putrescibles ou non putrescible (12)

Le déchet est tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériaux, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon (13).

I.1.5 Décharge non contrôlée et non aménagée

Par la mise en décharge, on entend le dépôt direct des déchets sur un site sans traitement ni préparation préalable. Ce type de décharge est sans doute le mode d’élimination terrestre le plus couramment appliqué dans les pays en développement (14).

I.1.6 Décharge contrôlée et aménagée

C’est le dépôt des déchets dans des décharges correctement construites et exploitées. Est une méthode d’élimination relativement certaine pour les décharges solide urbaines. La désignation « Décharge contrôlée et aménagée » s’applique à une installation répondant aux conditions, en ce qui concerne la situation, la construction et l’exploitation (15).

I.1.7 Décharge publique

C’est un lieu où, il est admis de déposer les déchets après étude technique préalable de son site, prend en compte son impact sur l’environnement en occurrence vis-à-vis de tous les dangers de pollution et de l’autorisation des autorités administratives (16).

I.1.8 Décharge de transit

Elle est d’abord publique et tenues à accueillir les déchets pour une période moins courte.

I.1.9 Décharge finale

Elle est aussi publique, mais tenue à accueillir des déchets pour un traitement définitif.

I.1.10 Environnement

Ce concept apparaît à partir des années 1970 comme un patrimoine mondial essentiel à transmettre aux générations futures.

Il est défini comme « l’ensemble des éléments biotiques ou abiotiques qui entourent un individu ou une espèce et dont certains contribuent directement à subvenir à ses besoins » ou encore comme « l’ensemble des conditions naturelles (physique, chimique, biologique) et culturelles (sociologiques) » susceptibles d’agir sur les organismes vivants et les activités humaines (17).

Du point de vue écologique, l’environnement est perçu comme cadre de vie, réservoir des ressources et réceptacle des déchets.

I.1.11 Santé

La constitution de l’organisation mondiale de la santé donne la définition suivante : « la santé est un état complet de bien être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infimirté (18).

Etat de quelqu’un dont l’organisme fonctionne bien (19).

5 KAKESE KUNYIMA Cours d’Aménagement rural première licence Aménagement du territoire UNIKIN
6 NZUZI LELO Cours d’Aménagement du territoire deuxième licence Aménagement du territoire UNIKIN
7 Idem
8 Dictionnaire Le petit Larousse illustré 2012, 21, rue Montparnasse 75283 Paris Cedex 06, P 981
9 Idem
10 J. LANOIX et M.L ROY « Manuel de technicien sanitaire » 1976 Genève, p 11
11 Ministère de l’agriculture et de l’enseignement « la voix du Congo profond 2010 »p 174
12 J. LANOIX et M.L ROY « Manuel de technicien sanitaire » 1976 Genève, p 86
13 (2002)(Art. L. 541 – 1 – II), code de l’environnement, (Journal off. 21/09/2000). (Revue Bienvenu au Sénat, France, 2007)
14 www.apps,who.int/medicinedocs/end/d/jwhozi
15 www.apps,who.int/medicinedocs/end/d/jwhozi
16 KALALA WA KASONGO « Aménagement durable et son impact sur la santé humaine à Kinshasa : cas des communes de LIMETE et MAKALA 2010» mémoire de licence p 12
17 www.wikipédia.com
18 J. LANOIX et M.L ROY « Manuel de technicien sanitaire » 1976 Genève, p 11
19 Dictionnaire Le petit Larousse illustré 2012, 21, rue Montparnasse 75283 Paris Cedex 06, P 981

Page suivante : I.2 LA PRESENTATION DU SITE ETUDIE DANS LA VILLE DE KINSHASA

Retour au menu : L’aménagement durable et son impact sur la santé de la population dans la ville province de kinshasa : Cas des communes de Bumbu et SELEMBAO