CHAPITRE II : Aperçu général sur les conflits armés en Afrique

Non classé

De toute l’histoire de l’humanité, à l’exemple des guerres des philistins contre les israélites Il y a plus de deux mille ans(27), la guerre est considérée comme un moyen de se positionner en leader mondial, de s’arroger le privilège de la puissance.

Vu comme légitime voire positive, la guerre comme le souligne Michael Howard : « avant 1914, la guerre était presque universellement comme un moyen acceptable voire inévitable ou même désirable de résoudre les différends internationaux(28) ; par cette réflexion, cet historien militaire appuie la pensée d’Emmanuel Kant qui soutient qu’ «une paix prolongée favorise la prépondérance d’un esprit purement marchand, dont découlent un égoïsme, une lâcheté et un manque de visibilité dégradant et tend à souiller la vertu de la nation », ou celle d’Ernest Renan qui en 1871 déclarait que la guerre «[était] une des conditions du progrès, le coup de fouet qui empêch[ait] un pays de s’endormir, contraignant la médiocrité satisfaisante à quitter son apathie.»(29)

La légitimité de la guerre ne saurait perdurer avec la première guerre mondiale qui a crée une attitude de rétractation chez des analystes de la guerre, les politiciens chevronnés qui de moins en moins, se vantent de la guerre comme moyen de s’octroyer le statut de la puissance.

Arnold Toynbee a même qualifié cette volte face de « fin d’une période de cinq mille ans durant laquelle, la guerre avait été une des institutions centrales de l’humanité »(30). Cependant, ce changement d’attitude n’a pas empêché le monde de glisser vers la guerre de 1939-1945. A l’issue de ce conflit, les pays occidentaux vont se désengager de la guerre comme moyen de régler les différends internationaux(31), comme le témoigne Michael Howard en 1991, qu’il était devenu «possible que la guerre, au sens d’un conflit majeur et organisé entre sociétés hautement développées, ne se reproduise plus et qu’un ordre international stable soit établi.»

27- Louis SECOND, Sainte Bible, guerre contre les Philistins, 1 Samuel ch.13.v. 13 et SS.
28– M. Howard, The causes of wars and other Essays, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1984 (2° éd.), p.9.
29- Jean Mueller, retreat from doomsday: the obsolescence of Major War, New York, Basic Books, 1989, Chap.2
30- E- Luard, war in International Society : a Study in International Sociology, New Haven(CT), Yale University Press, 1986, p.365.B.Bradie, War and Politics, New York, Macmillan, 1973,p.30 – A.J. Toynbee, Experiences, New York, Oxford University Press, 1969,p.214. Pour une analyse des raisons du changement d’attitude face à la guerre, voir J.Mueller, the remmants of war, Ithaca(NY), Cornell University Press, 2004 chap.3.
31- Charte des Nations Unies – 26 juin 1945, ch.6, art.33

Page suivante : 2.1. Les traditionnels conflits armés de l'Afrique, cristallisés par des facteurs coloniaux

Retour au menu : LES CONFLITS ARMES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE, UN DEFI POUR LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE