Ce rapport montrait la nécessité de créer un interlocuteur unique vis-à-vis des partenaires dans le champ de l’insertion afin de mieux articuler la mission de réinsertion, alors dévolue aux SPIP avec les politiques publiques en matière d’action sociale et d’assurer ainsi une meilleure lisibilité de l’action de l’Administration Pénitentiaire auprès des partenaires institutionnels et associatifs. Ainsi, les SPIP ont vocation à s’inscrire dans la départementalisation de l’Action Sociale et de l’Action Publique. Ils répondent à une demande institutionnelle de clarification des missions des CPAL et des services éducatifs en détention. L’évaluation de l’activité des SPIP est un enjeu central pour l’Administration Pénitentiaire au moment de leur création.

Page suivante : Chapitre 2 : Un contexte juridique et des logiques pénales en profondes mutations

Retour au menu : De la réinsertion à la prévention de la récidive : quel processus de professionnalisation pour les Conseillers Pénitentiaires d’Insertion et de Probation ?