c) Nécessaire collaboration entre les auteurs et les professionnels du web

Non classé

Cette deuxième catégorie de sujets est beaucoup plus homogène que la première mais aussi beaucoup moins fournie. Au total, seulement une demi-douzaine des productions recensées dans notre typologie correspondent à ce type de narration. L’élaboration d’un récit interactif demande souvent plus de travail qu’un dossier multimédia mais aussi un budget plus conséquent : 65 000 euros pour « The Big Issue, l’Obésité est-elle une fatalité ?(33)», 50 000 euros pour « Le Challenge » contre 30 000 euros pour « Le corps incarcéré » par exemple. Autres caractéristiques de ces web documentaires, ils sont souvent plus longs que les visuels interactifs (plus de 30 minutes en moyenne) et le support vidéo est davantage présent.

Surtout, ils nécessitent un travail important en terme d’interactivité : choix de l’interface, des modes de parcours de l’internaute, liens, graphisme, base de données …« Le principe de l’interactivité, inspiré du jeu vidéo, nécessite l’écriture d’un synopsis extrêmement précis. Un vrai casse-tête ! Car mon matériau, c’est le réel. Il faut donc faire preuve d’imagination sans pour autant le trahir », explique Laetitita Moreau(34), l’auteur de « Le Challenge », sa première expérience dans le web documentaire après la réalisation de plusieurs documentaires « traditionnels ». Pour « Voyage au bout du charbon », les auteurs ont mené une réflexion approfondie sur l’interface avec la société de production Honkytonk et l’agence web 31 Septembre, qui ont depuis fusionné.

Plusieurs tests ont été effectués pour aboutir à la réalisation d’une maquette. Cette collaboration nécessaire avec les professionnels du web n’est pas toujours évidente, comme l’explique Samuel Bollendorff à propos de son travail sur « Voyage au bout du charbon » avec un développeur(35). « C’est compliqué parce que ce n’est pas du tout la même culture. (…) Il était très sympa et très performant mais le problème c’est qu’il faisait du code. Donc moi, à chaque fois que je disais : cette image on pourrait l’afficher une seconde de plus, lui passait 15 minutes à une demi-heure de transcription. C’était extrêmement chronophage ».

33 http://www.curiosphere.tv/ressource/22876-lobesite-est-elle-une-fatalite
34 Interview dans Télérama, 22 février 2010
35 Samuel Bollendorff, Op. Cit.

Page suivante : d) La marque de fabrique Honkytonk

Retour au menu : Création d’une société de production de web documentaires et développement de la collection « Dans les coulisses…. »