C. Des films similaires. Plagiat ou coïncidence ?

Non classé

Le plagiat consiste à copier une oeuvre ou de fortement s’en inspirer en omettant volontairement de le signaler. Il s’agit de s’approprier tout le travail d’une autre personne et d’en récupérer, parfois, le succès. Durant son histoire, Disney a souvent été accusé d’avoir utilisé cette méthode. Le célèbre studio est certes habitué à faire des reprises de romans, contes et légendes populaires comme Blanche-Neige, Alice au pays des merveilles ou encore La Belle et la Bête. Il n’y a cependant aucune contestation ici. Les droits ont été achetés par la société ou sont tombées dans le domaine public. Personne ne s’est plaint d’avoir été plagié jusqu’à la sortie d’un certain Roi Lion. Supervisé par Jeffrey Katzenberg, le projet n’est pas sans rappelé Le Roi Léo, célèbre manga d’Osamu Tezuka.

La conception du film de Disney est lancée en 1989. Son histoire, basée sur des lions, s’inspire de Hamlet(137). Mais, dès la sortie du film en 1994, de nombreux spectateurs ont découvert que l’oeuvre de Shakespeare n’était pas la seule source ayant servi à l’élaboration du film de Disney(138). Il est vrai que de nombreux éléments semblent avoir été empruntés à l’oeuvre de Tezuka et à sa version télévisée des années 50 bien que Disney nie ces accusations(139). Aucun procès n’a cependant eu lieu contre Disney, ce qui n’est pas le cas de Pixar et DreamWorks. Ainsi, Le Monde de Nemo a été jugé pour cause de trop grandes similitudes avec Pierrot le poisson clown, livre pour enfants de Franck Le Calvez. Des personnages et des situations sont en effet très proches de l’oeuvre de la supposée victime dont les livres ont été enlevés par les libraires par peur de « poursuites de Walt Disney. »(140) L’affaire a finalement été classée en faveur de Pixar et Le Calvez a du verser à ses adversaires 25 000 euros. Même chose pour Là-Haut et sa maison suspendue à des centaines de ballons colorés. Des étudiants français affirmaient être les auteurs de cette idée qu’ils avaient mis en avant dans leur court métrage(141).

DreamWorks n’échappe pas non plus aux accusations et a été attaqué en justice à son tour. Ainsi, Kung Fu Panda serait très fortement inspiré du concept Kung Fu Panda Power d’un dénommé Jayme Gordon dont les personnages ont été enregistrés auprès du Copyright Office en 2000(142). Il aurait ainsi envoyé les personnages qu’il avait créés à Disney à la fin des années 80 puis à DreamWorks à la fin des années 90. Les deux studios, dirigés à chaque fois par Katzenberg, n’ont cependant donné aucune réponse favorable. Il semble pourtant difficile de discerner le vrai du faux dans ces affaires, les petits studios ou créateurs ne pouvant pas faire face à des

Illustration 14 A gauche, les personnages de Jayme Gordon et à droite ceux de DreamWorks

Illustration 14 : A gauche, les personnages de Jayme Gordon et à droite ceux de DreamWorks.

grosses entreprises telles Disney et DreamWorks qui seraient très probablement prêtes à verser beaucoup d’argent afin de ne pas ternir leur réputation. Cela ne s’arrête cependant pas là et d’étranges ressemblances sont apparues entre les productions Pixar et DreamWorks et ce, dès la fin des années 1990.

Illustration 15 Trois couples de films semblables

Illustration 15 : Trois couples de films semblables.

Fourmiz ne rappelle-t-il pas 1001 Pattes ? Gang de requins ne renvoie-t-il pas au Monde de Nemo ? Et les films Madagascar et The Wild, n’ont-ils pas un scénario et des personnages trop proches ? Pendant les premières années de Pixar et DreamWorks, divers de ces étranges couples sont apparus sur les écrans du monde entier faisant passer l’animation sur un ordinateur de travail communautaire à un travail industriel selon John Lasseter(143).

Semblables aux premiers abords, ne se révèlent-ils pas finalement être différents ? S’agit-il d’une simple coïncidence, de plagiat ou de simple vol d’idée ? Quoi qu’il en soit, cette étape est d’une grande importance dans cette bataille entre Disney-Pixar et DreamWorks et permet de voir comment chacun s’y prend pour plaire davantage que son rival et surtout savoir s’ils visent un même public. Ces trois couples de films ont tous reçu des accueils différents(144) et sont donc choisis pour leurs trois représentations différentes de ce phénomène qui touche les films d’animation depuis 1998 et la sortie de Fourmiz, suivie, un mois plus tard de celle de 1001 Pattes.

Ainsi, dans cette première paire, les deux films ont connu un succès plus ou moins important bien que Fourmiz, sorti avant, n’ait pas réussi à couper l’herbe sous le pied de Pixar. 1001 Pattes avait alors fait le double d’entrées. Avec les deux films aquatiques que sont Le Monde de Nemo et Gang de requins, chacun a trouvé son public et nous tenterons de savoir comment ils y sont parvenus. Le dernier couple, pour sa part, sera étudié afin de tenter d’expliquer l’échec de The Wild, production Disney, face à Madagascar. Dans chacun de ces couples, nous nous intéresserons aux personnages, aux thèmes et aux scénarii pour dresser les similitudes apparentes mais aussi d’éventuelles différences. Mais avant cela, il est intéressant de savoir qui est à l’origine de chaque idée et ainsi de savoir qui copie, si copie il y a. Pour cela, il faut remonter à la fin des années 1990, après le succès de Toy Story. A cette époque, John Lasseter et Steve Jobs, alors en pleine production de 1001 Pattes, découvrent avec étonnement et colère que Jeffrey Katzenberg est en train de créer, lui aussi, un film sur les fourmis. « Jeffrey, comment as-tu pu ? »(145) lui demande John Lasseter. Katzenberg, de son côté, réfute, affirmant que l’idée lui a été présentée par un directeur de développement chez DreamWorks. La coïncidence paraît trop grande et personne ne le croit chez Disney, Steve Jobs le premier :

« Quand Jeffrey dirigeait l’animation de Disney, on lui a donné le pitch de 1001 pattes. En soixante ans d’histoire de l’animation, personne n’avait jamais eu l’idée de faire un film sur des insectes, avant John. C’était l’une de ses idées de génie. Et on veut me faire croire que Jeffrey, une fois chez DreamWorks, s’est écrié, pris d’une illumination subite : “Hé les gars, vous savez quoi ?… on va faire un film avec des insectes !” Il prétend ne jamais avoir été au courant de notre projet. Mais il ment. Il ment comme un arracheur de dents. »(146)

La remarque du défunt patron d’Apple pourrait être avérée suite aux tensions Katzenberg et Disney, séparés dans de très mauvais termes sans oublier l’histoire de Roi Lion et du Roi Léo. Il s’agirait de revanche mais également d’un bon moyen de bien lancer son studio fraichement créé. Pourtant, et malgré ces nombreuses contestions, Jeffrey Katzenberg connaissait l’existence de 1001 Pattes comme le concède Penney Finkelman, alors productrice chez DreamWorks : « We knew when we started making Antz that there was a movie called A Bug’s Life, but we didn’t know what part ants might have in it. »(147) Mais dans l’hypothèse où Katzenberg se serait approprié l’idée pour l’adapter, il serait dans son droit, une idée n’appartenant légalement à personne sans enregistrement. De plus, le film dit « copié » sort en second lieu et le public peut penser, dans le cas présent, que 1001 Pattes n’est autre que la copie de Fourmiz. Malheureusement pour DreamWorks, la version de Pixar avait été annoncée bien en amont. Même constat entre Le Monde de Nemo et Gang de requins, qui fait du film de Pixar le premier annoncé mais aussi le premier sorti. La production DreamWorks s’est ainsi installée dans les salles de cinémas un an après et a toutefois rencontré son succès.

Ce n’était pourtant pas le cas de The Wild, victime du succès de Madagascar, sorti lui aussi un an plus tôt. The Wild est une création d’un autre studio de Disney, C.O.R.E. Feature Animation, auteur d’un autre film sur les fourmis sorti en 2006, Lucas, fourmi malgré lui(148), autre échec commercial de ce studio maintenant fermé. Disney semble une nouvelle fois avoir été le premier à plancher sur son film selon le réalisateur de The Wild(149). Et quand on demande à ce même réalisateur ce qu’il pense des comparaisons de son film avec celui de DreamWorks, il insiste bien sur le fait que Madagascar « propose un style très différent »(150) et que son « histoire est différente. »(151) Quelles sont donc les raisons pour lesquelles The Wild n’a pas trouver son public suite à Madagascar alors que Gang de requins s’en était bien sorti face au raz-de-marée Nemo ? Une première piste à explorer serait les personnages.

Le Monde de Nemo et Gang de requins proposent des animaux très dissemblables l’un de l’autre. Le film de Pixar repose sur des personnages anthropomorphes alors que celui de DreamWorks met en scène des personnages zoomorphes. De leurs côtés, The Wild et Madagascar utilisent le même type de personnages anthropomorphes. Plus qu’un style, les personnages sont très semblables. Ainsi, chaque film raconte l’histoire d’un groupe d’animaux du zoo de Central Park à New-York dont un lion et une girafe. Pourtant, le parti pris esthétique n’est pas le même et ce pour chacun de ces couples. Quand un studio se sert d’un rendu réaliste, l’autre tend vers l’aspect plus simpliste propre au dessin animé. Lorsque DreamWorks, dans Fourmiz, met en scène des fourmis aux couleurs ternes du haut de leurs six pattes, Pixar donne à ses insectes un côté moins réaliste avec seulement quatre pattes. Au final, les fourmis bleues et roses de Pixar paraissent plus attachantes avec leurs grands yeux et leurs formes arrondies. De ce fait elles sont capables de transmettre plus d’émotion et ainsi de paraître plus sympathique et attachantes aux yeux du public contrairement à celles de Fourmiz qui ont des petits yeux et des traits anguleux. Andrew Stanton, réalisateur et acteur sur le film confirme : « We wanted people to like these characers and not be grossed out by them. »(152)

Même constatation du côté de Madagascar et The Wild. Le premier propose cette fois des personnages d’un style très proches de celui de Tex Avery quand le second crée des animaux photo-réalistes. Madagascar présente des personnages aux aspects plus attachants mais aussi plus drôles et totalement opposés à l’aspect plus réaliste de The Wild. C’est peut être, ici aussi, une des raisons pour lesquelles le public a préféré le film de DreamWorks. Cependant, alors que l’on pourrait en déduire que le design des personnages vient jouer un très grand rôle dans le choix du public, Le Monde de Nemo et Gang de requins viennent infirmer cette hypothèse. En effet, les personnages réalistes se trouvent cette fois dans Le Monde de Nemo, film ayant permis à Pixar d’atteindre des recettes de plus de 867 millions de dollars dans le monde(153). DreamWorks, de son côté, mettait en scène des personnages très cartoon dont les traits étaient empruntés aux doubleurs respectifs des personnages. Gang de requins a dépassé les 300 millions de dollars dans le monde, très bon score mais bien loin de l’engouement suscité par Le Monde de Nemo. Les personnages ne sont donc pas le seul facteur important dans la création, les thèmes et l’univers abordés y ont une grande place afin de faire le film le plus complet et plaisant possible.

Illustration 16 Le lion réaliste vu par Disney (à gauche) et celui plus expressif proposé par DreamWorks (à droite)

Illustration 16 : Le lion réaliste vu par Disney (à gauche) et celui plus expressif proposé par DreamWorks (à droite).

Ainsi, Gang de requins et Le Monde de Nemo abordent des sujets très différents et cela est sous-entendu dès la promotion. Quand la production DreamWorks fait référence au Parrain(154) et autres films de mafia dans son film, on est très loin de la grande quête du poisson Marin parti à la recherche de son fils capturé. Dès lors, la distinction est évidente et le public n’associe plus ces deux films, probablement une autre raison du succès de chacun.

Cependant, cette frontière est beaucoup moins visible dans les deux couples Fourmiz-1001 Pattes et The Wild-Madagascar. Quelle différence voit-on entre des animaux fuyant de leur plein gré un zoo de New-York et un groupe d’animaux fuyant un zoo de New-York afin de retrouver le fils de l’un deux ? A priori aucune. The Wild aurait même pu prétendre être la suite de Madagascar avec son année de retard mais l’aspect des animaux a sans doute rapidement répondu à cette possible interrogation par la négative. Comment Fourmiz et 1001 Pattes s’en sont donc sortis pour attirer le public avec leurs apparences pourtant très proches ?

Ici, il faut plutôt aller voir du côté de la nouveauté. Toy Story avait suscité un tel engouement de la part de la presse(155) et du public(156) que le prochain film en images de synthèse était surement très attendu par les spectateurs. Une fois la date de sortie atteinte, la ration a été double. Le public qui attendait un film sur les fourmis, pouvait en voir deux, le tout avec seulement un mois d’écart aux États-Unis. Il est également probable que des spectateurs qui pensaient voir le nouveau Pixar soient allé voir Fourmiz. La question est donc de savoir la raison pour laquelle DreamWorks a décidé de sortir son film avant son concurrent et de quelle façon il a pu y arriver. Le phénomène des films doublons n’est pas nouveau dans l’histoire. Le temps a prouvé que parmi ces films, le premier sorti recevait généralement le succès au détriment du second qui se contentait des restes(157). En accélérant la production de son film Katzenberg voulait non « pas seulement battre l’ennemi, mais le prendre par surprise. »(158)

Cette accélération de la production n’a-t-elle pas cependant eu une répercussion sur la qualité graphique du film ? Lors de sa sortie en 1998, Fourmiz était le deuxième film d’animation 3D à voir le jour. Il est donc difficile d’établir une comparaison jusqu’à la sortie de 1001 Pattes.

En effet, Toy Story mettait en scène des jouets faits de matière dure et non organique, aspect plus simple à modéliser, contrairement aux différents insectes. Mais, une fois 1001 Pattes sorti, les différences techniques sautent aux yeux. Les fourmis versions DreamWorks sont plus rigides que leurs consoeurs de chez Pixar. Les animations du studio de John Lasseter sont en effet plus travaillées, plus dynamiques et plus souples.

Il en est de même pour la réalisation. 1001 Pattes propose sont lot de plans larges montrant des décors très riches en détails que seule cette nouvelle technologie pouvait offrir. Un grand pas pour Pixar, sorti de la chambre d’Andy dans Toy Story afin de créer un film entièrement dans la nature avec tous les décors que cela implique. Eau, végétation, multitude de fourmis simultanément sur l’écran sans oublier le travail sur les textures et la lumière. Quelques plans larges apparaissent aussi dans Fourmiz mais, la grande majorité du temps, le spectateur assiste à des plans très rapprochés des personnages, dissimulant un décors peu varié et assez pauvre. Avec chacun de ses films, Pixar apporte son lot de progrès technique démontrant les possibilités offertes par les ordinateurs. Ce fut le cas de la fourrure dans Monstres & Cie, des fond marins alliant réflexions des nombreuses lumières et reproduction très fidèle de tout un écosystème ou encore de la nourriture de Ratatouille. Pixar innove dans la technique quand DreamWorks semble se contenter de ce qui est déjà créé. Pourtant, le studio de Katzenberg démontre aujourd’hui tout son savoir faire avec des animations de haute qualité.

Mais avant d’en arriver là, il fallait prendre la technologie en main. Ainsi, les décors de Gang de requins étaient bien moins travaillés que ceux du Monde de Nemo. Les univers sont tout de même très différents et sont difficiles à mettre en rapport. En effet, Quand Le Monde de Nemo est une reproduction très fidèle des fonds-marins, Gang de requins fait de ceux-ci une ville sous-marine avec bâtiments, accessoires et autres vêtements. Ce point n’est pourtant pas sans rappeler un certain Monstres & Cie avec ces créatures vivant dans un monde parallèle au notre avec habitations, véhicules et vie sociale. Les requins faussement méchants de Gang de requins ne se seraient-il pas inspirés du précédent succès de Pixar ? Cela serait fort probable et l’aspect doublon serait donc étendu vers d’autres films.

Toutes ces différences et similitudes entre les films permettent d’employer le terme de faux jumeaux plutôt que doublons. Les films se ressemblent à première vue, proviennent parfois d’une même idée mais se révèlent très différents, surtout dans leur forme. Mais qu’en est-il dans le fond et plus particulièrement au niveau du scénario, ADN du film ?

Généralement, chaque studio nous raconte l’histoire d’un personnage qui voit sa vie se transformer en aventure unique. On pourrait qualifier cette description comme appartenant au registre épique avec un héros qui va accomplir de grandes choses pour mener à bien une quête qui va le transformer physiquement ou mentalement. C’est le cas dans chaque couple de films. Ainsi, Tilt, la fourmi maladroite de 1001 Pattes, quitte sa colonie afin de ramener de l’aide. Même chose pour Z, personnage principal de Fourmiz qui abandonne sa colonie avec la princesse Bala afin de rejoindre Insectopie. Le constat est le même pour les animaux de The Wild et Madagascar. Suite au départ de l’un d’eux, volontaire dans la production DreamWorks et forcé dans la création de Disney, une bande d’animaux quitte le zoo de Central Park pour le sauver et se retrouve dans un monde totalement inconnu à leurs yeux, de la ville de New-York aux paysages africains. C’est la disparition de son fils qui pousse Marin, père de Nemo, à parcourir des centaines de kilomètres dans les eaux tropicales de la Grande Barrière de corail. L’histoire est totalement différente de celle d’Oscar, poisson nettoyeur, qui, suite à une erreur, est pris pour celui que l’on appelle le tueur de requins. Le Monde de Nemo et Gang de requins ne jouent pas dans la même cour, ce qui ne semble pas être le cas des duos Fourmiz/1001 Pattes et Madagascar/The Wild une nouvelle fois.

En effet, le fil rouge semble être approximativement le même. Suite à leur périple mouvementé, Tilt et Z rentrent chez eux et sauvent leur colonie respective, devenant des héros aux yeux des leurs mais surtout dans le coeur de la princesse. La base est la même et peut être expliqué par la volonté pour Katzenberg de faire de l’ombre à Disney mais aussi par sa connaissance du pitch du film de Pixar. Qu’en est-il du côté de Madagascar et The Wild ? La sortie tardive de ce dernier en fait-elle la copie de Madagascar ? DreamWorks voyant un certain potentiel s’est-il empressé de boucler son film ? Cela correspondrait au choix graphique plus simpliste. Cependant, il peut aussi s’agir d’un étrange hasard. Personne ne s’est prononcé sur ce cas et le doute reste présent quant à savoir si Madagascar est une copie ou si tout cela n’est qu’une étrange coïncidence. Quoiqu’il en soit, les films sont différents contrairement aux apparences. The Wild est plus proche des anciennes productions Disney dans son déroulement alors que Madagascar joue dans son registre comique et décalé. Finalement, Madagascar a été préféré par le public face à son concurrent passé presque inaperçu. Malgré ces histoires de copies et autres similitudes, l’échec de The Wild prouve une chose : un film n’est apprécié que s’il répond aux attentes du public. Il existe un public familial qui va voir les productions des deux studios, sans vraiment les différencier et un autre public plus ou moins fidèle à chaque studio.

Pixar et DreamWorks disposent chacun d’une partie du public à cause de leurs univers différents et c’est peut être pour cela qu’ils ont su s’imposer dans le domaine de l’animation. Ils ont su proposer leur style sans réutiliser celui laissé par Disney. De son côté, C.O.R.E. Feature Animation, n’a pas trouvé sa voie hésitant entre l’ancienne méthode Disney et les nouvelles approches de Pixar et DreamWorks. Peut-être que Disney aurait du annuler son projet après la sortie de Madagascar afin d’éviter de lourdes pertes financières. Pixar n’a pas risqué cette erreur et a annulé Newt. Il s’agit du premier projet avorté par la société. Annoncé en avril 2008(159) pour une sortie fixée en été 2011, le film a été annulé l’année 2011 alors qu’il était à un stade de développement bien avancé(160), laissant sa place à Cars 2. Pourquoi cette soudaine annulation ? Deux films d’animation en seraient la cause : Rango et Rio(161). Ainsi, le héros du film Rango est un caméléon et aurait était trop proche du personnage principal de Newt, une salamandre. C’est au niveau du scénario que Newt aurait été trop similaire par rapport à Rio. En effet, dans ce dernier, deux oiseaux qui ne s’entendent pas, un male et une femelle, doivent se reproduire afin que leur espèce perdure. L’histoire était la même dans le film de Pixar. Ici, le studio n’a pas pris le risque de passer après ces films, peut-être par peur d’échec ou par crainte de proposer une histoire que le public avait déjà vu et dont les accusations de similitudes entre les films auraient sans doute été sur de nombreuses lèvres.

Pixar a peut-être évité son premier échec commercial, l’équipe de John Lasseter n’ayant eu, jusqu’à présent, que des succès.

Illustration 17 Newt (au centre), reptile abandonné à cause des oiseaux de Rio (à gauche) et du caméléon Rango (à droite)

Illustration 17 : Newt (au centre), reptile abandonné à cause des oiseaux de Rio (à gauche) et du caméléon Rango (à droite).

Ces films doublons, malgré leurs ressemblances, ne sont pas vraiment les mêmes. Ils adoptent un style et une vision très différents l’un de l’autre. Chacun a sa méthode et son univers qui marque bien la différence entre Pixar et DreamWorks. Quoiqu’il en soit et malgré les grosses similitudes qui subsistent entre ces films, le public n’est clairement pas perdant dans cette histoire. Chacun, au vu de l’offre proposée, peut choisir le film qui lui correspond le mieux, des plus jeunes aux moins jeunes. Depuis l’avènement de Pixar et DreamWorks mais aussi d’autres studios d’animation importants comme Blue Sky et sa tétralogie à succès L’Age de Glace(162), par exemple, l’offre est de plus en plus élevée devant une demande qui semble toujours plus forte au vu des recettes enregistrées par ces sociétés. Il existe cependant un risque venant principalement des studios adoptant cette méthode qui peuvent aussi bien y perdre que gagner. Ce phénomène de films doublons semble cependant disparaître pour laisser place à plus de créativité et plus de suites destinées à toucher un public toujours plus large. Chacun tente de réussir en se démarquant de l’autre et en misant sur la promotion, étape essentielle pour vendre un film au public et espérer approcher le succès.

137 http://animatedviews.com/2011/lion-kings-roger-allers-and-rob-minkoff-2d-for-a-3d-hit/. Consulté le 29 avril 2012.
138 http://www.imdb.com/name/nm0856804/bio. Consulté le 16 mars 2012.
139 Michael J. Ybarra, « Anime instinct », Los Angeles Times, 6 juin 2007.
140 http://lci.tf1.fr/economie/2004-02/nemo-poisson-clone-4876520.html. Consulté le 10 février 2012.
141 http://www.dailymotion.com/video/x2oe23_above-then-beyond_news. Consulté le 18 avril 2012.
142 http://latimesblogs.latimes.com/entertainmentnewsbuzz/2011/02/illustrator-sues-dreamworks-animationover-
fun-loving-panda-character.html. Consulté le 18 Avril 2012.
143 Leslie Iwerks et al., To infinity and beyond !: the story of Pixar Animation Studios, p. 134.
144 Annexe A.2 : Graphique 4.
145 Op. cit., David A. Price, The Pixar Touch : the making of a company, p. 171.
146 Walter Isaacson, Steve Jobs: a biography, p. 470.
147 David Hochman, « Epic and Insects », Entertainment Weekly, 20 novembre 1998. Traduction proposée :
« Nous savions, quand nous avons commencé le développement de Fourmiz, qu’il existait un film du nom de
1001 Pattes, mais nous ne savions pas quelle part les fourmis auraient dans ce film. »
148 John A. Davis, Lucas, fourmi malgré lui, 2006.
149 Jérémie Noyer, Entretien avec un empire, rencontres avec les artistes Disney Vol.2,p. 112.
150 Idem ibidem.
151 Ibid. p. 113.
152 Op. cit., David Price, The Pixar Touch : the making of a company, p. 162.
153 http://boxofficemojo.com/movies/?id=findingnemo.htm. Consulté le 15 avril 2012.
154 Francis Ford Coppola, Le Parrain, 1972.
155 http://www.metacritic.com/movie/toy-story. Consulté le 18 avril 2012.
156 http://www.rottentomatoes.com/m/toy_story/. Consulté le 18 avril 2012.
157 Annexe B.
158 Op. cit., Nicole Laporte, The Men who would be king, p. 180.
159 Michelle Nichols, « Disney animation going 3-D », Los Angeles Times. 8 avril 2008.
160 http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18601694.html. Consulté le 16 février 2012.
161 Carlos Saldanha, Rio, 2011.
162 http://www.the-numbers.com/movies/series/IceAge.php. Les trois premiers épisodes ont rapportés plus de 1,9 milliards de dollars et le quatrième film viendra très probablement rajouter quelques centaines de millions de dollars à cela. Consulté le 19 avril 2012.

Page suivante : II. La promotion

Retour au menu : PIXAR ET DREAMWORKS : UNE GUERRE ANIMÉE