Avant-propos

Non classé

Comme de nombreuses personnes de ma génération, j’ai vu les changements apportés par les outils de communication dans les pratiques quotidiennes, qu’elles soient personnelles ou professionnelles. A l’époque de mes études secondaires, l’ordinateur pénétrait à peine les domiciles familiaux et les établissements d’enseignements suivaient cette tendance en s’équipant. Outre un intérêt personnel pour ces technologies et pour les modifications qu’elles entraînent, je suis particulièrement sensible aux nouveautés, aux apports de ces outils, mais également aux dérives qui peuvent en découler. Cette vigilance a été renforcée depuis que j’exerce mon métier de Personnel d’Education dans un premier temps, puis de Cadre éducatif. Lors de la validation de ma formation de Cadre Educatif (en décembre 2007), j’ai abordé le thème des nouvelles technologies, sous l’angle de leur intégration dans le milieu scolaire en tentant de mettre en évidences leurs avantages, mais aussi leurs limites et les problèmes que pouvaient engendrer leur apparition dans une entité par dont la réputation est d’être conservatrice. Depuis, je n’ai cessé de m’intéresser au sujet à travers le prisme de son rapport au monde scolaire car si les nouvelles technologies semblent définitivement ancrées dans notre vie quotidienne (téléphonie mobile, ordinateurs portables, tablettes numériques…), il paraît moins évident que ces mêmes technologies aient eu un impact identique au sein de l’Ecole, ou, en tous cas, ses applications s’avèrent moins promptes à en bouleverser les fonctionnements.

Tous les établissements dans lesquels j’ai travaillé (en stage ou en tant que salarié) ont franchi le cap de ces technologies avec plus ou moins de facilité et leur gestion de l’intégration de ces technologies a été pour moi source d’apports, d’analyses, de réflexions sur la manière dont elles sont abordées et utilisées. C’est avec ce bagage que je présente ce mémoire, lequel sera par ailleurs, nourri de références, mais également d’entretiens qui m’ont été accordés par des membres de la Communauté éducative de l’Enseignement Catholique. Enfin, une enquête de terrain menée dans l’Etablissement où je travaille complétera ce travail de recherche.

Page suivante : Introduction

Retour au menu : Les nouvelles technologies en éducation, mariage forcé ou mariage heureux ?