Annexe 20 : Entretien d’observation avec Vincent

Non classé

Entretien-observation Vincent Gerbi – réalisé le 2 juin 2012

Profil :

18 ans – étudiant en classe préparatoire scientifique – utilisateur fréquent d’internet.

Savez-vous ce qu’est un web-documentaire ?

Non, pas du tout. Je n’en ai jamais entendu parler.

Avez-vous une idée de la forme et des fonctions que peuvent avoir les web-documentaires ?

Je pense qu’un web-documentaire pourrait être un documentaire sur internet avec une vidéo qui explique (sur un sujet donné) accompagnée par un texte. Ce texte permettrait de comprendre la vidéo.

Consommez-vous régulièrement des documentaires et notamment des documentaires historiques ?

Je regarde peu de documentaires, à peu près 1 par mois. C’est plutôt parce que je n’ai pas vraiment le temps.

Observation

Il entre dans le web-documentaire en version plein écran. Lecture de la vidéo d’introduction. Il met en pause pour charger la vidéo et surtout pour lire le texte d’introduction. Lecture attentive (main sur le bureau tête avancée). Lance la vidéo puis la met en plein écran. Réaction « humm » au moment où les témoins parlent dans l’introduction des corps balancés dans la seine. Fin de la vidéo de l’introduction.

« Ah d’accord c”est en plusieurs épisodes et ça c’est c’est l’intro ». Il clique sur le ”entrer ds la manif” en haut. Ferme l’encadré de présentation après la lecture puis il lit le texte qui accompagne la vidéo. Cependant, du fait du formatage, il ne parvient pas à lire la suite du texte. « C’est dommage » Lecture de la première vidéo du chapitre. Il passe le curseur sur la vidéo pour regarder combien de temps dure la vidéo.

Au bout de quelques minutes d’observation, on constate que l’individu observé prend ses repères et tente de calquer un modèle connu (celui de séries qui se caractérise par un découpage en épisodes) sur le processus de navigation du web-documentaire.

Lecture attentive de la vidéo. Avant la fin de cette dernière, il pose la main sur le curseur pour prendre connaissance du temps restant puis reprend sa position initiale. Bâillement Lecture complète de la vidéo.

Lecture de la seconde vidéo du chapitre. Son parcours de lecture s’inscrit dans l’ordre suggéré du web-documentaire. Le curseur a été laissé sur le symbole ”pause”. Par conséquent, nous pouvons apercevoir une bande jaune qui s’allonge vers la droite et qui signifie la durée de la vidéo. Cette mise en visibilité du temps qui passe implique une rupture avec la position originale du spectateur.

En effet, il y a une infiltration du temps réel dans le temps du documentaire qui est en principe un temps vécu, un temps subjectif. Lecture complète de la vidéo. Ensuite il lance la troisième vidéo du chapitre. Mais avant il lit le texte d’introduction qui accompagne chaque vidéo. Position d’écoute. Réactions : soupires de réaction de rire jaune. Lecture jusqu’au terme puis lance la vidéo suivante en cliquant sur le portrait à la gauche du web-documentaire. Il lit le texte d’accompagnement de la vidéo. Fait pause sur la vidéo car il y a une image d’archive (journal de l’époque) qui apparaît dans la vidéo. Il a ainsi le temps de prendre connaissance du document. Il s’agit d’une simple action complètement naturalisée sur le média internet. Néanmoins son impact est relativement important du fait que cette action implique un nouveau rapport au temps. La possibilité de maitriser ce temps permet une appropriation plus complète du documentaire. Cette action était possible avant l’apparition du web notamment avec les magnétoscopes mais internet a démocratisé cette pratique de manipulation de la vidéo. Pourtant, malgré cela, les individus observés sont généralement peu à mettre en pause les vidéos visionnées. Ce contrôle du temps s’incarne davantage dans l’action d’avancer la lecture de la vidéo pour éviter des passages qui leur semblent inintéressants. Lecture jusqu’au terme de la vidéo puis lance l’avant dernière vidéo. Avant de la visionner, il lit le texte. Glisse le curseur pour voir combien de temps il reste. Au cours de la lecture, il a un léger bâillement. Le processus se répète pour la dernière vidéo.

Au terme de la dernière vidéo, il clique sur l’onglet en haut ”2. Les coulisses” et lit le texte d’introduction.

Il va ensuite visionner l’ensemble des vidéos dans l’ordre suggéré et selon le même processus qui a guidé sa lecture au cours du premier chapitre du web-documentaire : lecture du texte qui introduit la vidéo, lecture de la vidéo, vérification quelque fois du temps restant de visionnage.

A la quatrième vidéo (celle sur Maurice Papon) il veut surligner le texte car il est peu visible.

Ensuite il souhaite lire la vidéo d’archive que l’on retrouve dans ce dossier sur Maurice Papon. Tout comme la vidéo d’introduction générale, il souhaite la visionner en plein écran. Ainsi il met la vidéo en pause et dirige son curseur sur l’icône lui permettant d’effectuer cette action.

Au cours du troisième chapitre, son parcours de lecture est entravé par des vidéos dont les liens sont désormais inactifs.

Lecture de la vidéo d’archive sur la date de décembre 1958 : il vérifier la durée de cette dernière et met ensuite en plein écran. Grâce au curseur il fait défiler la bande signifiant le temps afin d’avance la lecture de la vidéo.

Puis il visionne l’allocution du Général De Gaulle. Une nouvelle fois, il avance la vidéo : « il parle pendant 20 minutes » Puis il parvient jusqu’à l’interview de Louis Joxe à laquelle il sera attentif. Il clique ensuite sur la date du 18 mars. Passe rapidement et va sur celle du 05 juillet (la vidéo ne marche pas).

Quant au dernier chapitre, il ne s’attardera pas beaucoup après la lecture de l’encadré d’introduction. Cela s’explique notamment par le temps passé à visionner les deux premiers chapitres du webdocumentaire. Il y a une certaine lassitude et une fatigue qui se sont installées. Cela se traduit par des bâillements de plus en plus fréquents ou des mouvements de redressement du corps. Cette fatigue est moins liée à l’intérêt porté au web-documentaire (puisque l’individu s’est montré enthousiaste à la lecture des vidéos : « c’est très intéressant et bien fait. ») qu’au temps extrêmement long du programme si l’on souhaite visionner l’ensemble des vidéos.

Finalement, tu estimes que c’est très différent de ce que tu pensais ? Ou es tu surpris par la forme du webdoc ?

Je savais pas du tout que c’était comme ça. C’est super bien fait, c’est assez interactif = c’est pas monotone. Les témoignages sont super mais les vidéos de l’ina sont un peu longues

Qu’est ce que t’apportent les textes qui accompagnent les vidéos ?

Permet de connaître le témoin et de se mettre dans l’ambiance des vidéos.

Pourquoi avez vous suivi l’ordre des vidéos ?

Parce que je me suis dit que c’était logique. Je l’ai ressenti dans la lecture de la vidéo.

Quelle différence avez vous perçues entre les vidéos (celles de chaque chapitre) ?

Ce qui m’intéresse le plus ce sont les témoignages parce que les interviews sont bien réalisées et ne durent pas trop longtemps. De plus, il y a différents points de vue. Les vidéos d’archive sont trop longues.

En ce qui concerne le sujet, aviez vous connaissance de cet événement ?

Oui, je connaissais bien cette histoire mais le webdoc m’a appris beaucoup de choses nouvelles. Ça m’a permis de me souvenir de certaines choses oubliées.

Page suivante : Annexe 21 : Entretien d'observation avec Murielle

Retour au menu : L’HISTOIRE Á L’HEURE DU MULTIMEDIA : LES ENJEUX DU WEB-DOCUMENTAIRE HISTORIQUE