A.4. REPONSE

Non classé

La direction a donc décidé de saisir le Juge de Paix afin qu’un administrateur
provisoire de biens soit désigné, car il s’agit de la « protection des biens de tout
majeur totalement ou partiellement hors d’état de gérer ses biens fut-ce
temporairement ».(120)

J’ai discuté plusieurs fois avec Madame Balbine pour essayer de lui expliquer la
décision prise par la direction et demander son avis. Elle m’a dit être d’accord pour
que cette procédure soit entamée. Je l’ai aussi rassurée par rapport à sa situation et
surtout sur le fait que cette procédure ne fera aucun mal à ses enfants.

Avec la directrice adjointe, j’ai constitué une requête que j’ai adressée par lettre
recommandée au Juge de Paix du canton de Molenbeek Saint-Jean.

Face à la peur de Madame Balbine de se retrouver sans soins ou d’être mise à la
porte, je la vois au moins une fois par jour et je prends du temps pour l’écouter,
discuter avec elle et la rassurer. Ce contact régulier a créé un lien de confiance et lui
permet petit à petit de sortir de son repli sur elle-même.

La procédure a suivi son cours et le vendredi 6 avril 2012, nous avons reçu le Juge
de Paix. En présence des enfants, il a expliqué les raisons pour lesquelles la gestion
des biens de Madame Balbine allait être confiée à un administrateur provisoire de
biens. L’ambiance n’était pas du tout bonne mais les enfants savaient très bien qu’ils
n’avaient plus à décider. Après cette rencontre, nous avons reçu un courrier du Juge
de Paix nous annonçant le nom de l’administrateur provisoire de biens.

120 Marie –Claire THOMAES-LODEFIER : Gestion des biens des personnes âgées en maison de repos, Ed.
Union des villes et communes belges 1992, p 121.

Page suivante : A.5. AUTO-EVALUATION

Retour au menu : Réflexions sur l’utilité du travail social dans les maisons de retraite : Création d’un service social à la Résidence Clos Saint-Rémi