A.3. PERCEPTIONS

Non classé

J’ai plusieurs fois discuté avec Madame Balbine et je me suis rendu compte qu’elle
perçoit la situation autrement que moi. Elle se dit que ses enfants sont gentils envers
elle et qu’ils ne sont pas des voleurs. « S’ils ont utilisé mes revenus, c’est parce qu’ils
ont eu eux-mêmes beaucoup de problèmes et qu’il n’y avait personne pour les aider.

Ce n’était pas dans le but de me faire du mal… » Selon elle, il n’y avait pas une
mauvaise intention de la part de ses enfants. Mais elle commence à réaliser dans
quelle situation elle se trouve. Elle a peur de ce qui pourrait lui arriver.

En ce qui me concerne, je trouve que les enfants de Madame Balbine ont tout
simplement profité de la situation de leur maman. Chacun à son tour a eu des
problèmes et s’est servi. Le premier fils, Monsieur Jalon, en plus de la faillite de sa
société, a perdu sa femme polonaise qui n’avait aucune couverture de mutuelle et le
corps devait être rapatrié en Pologne. Au moment où le deuxième fils a pris en main
la gestion des revenus de sa maman sous le regard de sa soeur, cette dernière a
divorcé et a perdu son salon d’esthétique. Ils ont non seulement puisé dans les
revenus de leur mère, mais ils ont aussi vendu un bien immobilier appartenant à
cette dernière. Maintenant, ils donnent tous à leur mère l’impression de peiner pour
payer ses factures, pourtant à la fin, rien n’est payé ou du moins payé au comptegouttes.

La direction, quant à elle, est révoltée par cette situation. Elle dit avoir donné toutes
les chances aux enfants pour s’occuper de leur maman. Et comme le résultat est
négatif, c’est le moment de réagir sinon les intérêts du Clos St Rémi sont menacés.

Page suivante : A.4. REPONSE

Retour au menu : Réflexions sur l’utilité du travail social dans les maisons de retraite : Création d’un service social à la Résidence Clos Saint-Rémi