8-2- Méthodes non invasives (indirectes) :

Non classé

Les méthodes indirectes ont l’avantage de ne pas nécessiter d’endoscopie et d’être des méthodes dites « globales », c’est-à-dire qui explorent la totalité de la muqueuse gastrique. Elles sont sensibles et spécifiques et permettent un suivi de l’infection. Cependant, elles ne permettent pas l’isolement des bactéries.

– Test respiratoire à l’urée marquée :

Cette méthode consiste à mettre en évidence l’activité uréasique de la bactérie en faisant ingérer au patient de l’urée marquée au 13C (isotope non radioactif), puis à détecter le CO2 marqué dans l’air expiré. Le 13CO2 doit alors être dosé par spectrographie de masse.
Si la bactérie est présente dans l’estomac, l’urée se scinde et libère le carbone 13 (ou 12) qui passe dans le sang puis les poumons et se retrouve dans l’air expiré. Ce test, fiable à plus de 98 %, présente l’avantage de rechercher la présence de la bactérie dans la totalité de l’estomac.* (Figure n°13)

Figure 13 Helicobacter pylori  Etude bactériologique des premières souches isolées à l’Hôpital Bologhine Ibn Ziri

Figure n°13: Test respiratoire à l’urée marquée.**

– Sérodiagnostic :

La sérologie consiste à détecter les anticorps anti-H.pylori par des techniques de type ELISA ou Western Blot. (Figure n°14)

Elle permet de définir des profils d’anticorps sériques avec :

– la présence d’anticorps anti-Cag A (116 kD)
– la présence d’anticorps anti-Vac A (89 kD)

Figure 14 Helicobacter pylori  Etude bactériologique des premières souches isolées à l’Hôpital Bologhine Ibn Ziri

Figure n°14: Bandelette ELISA pour le sérodiagnostic. **

Le sérodiagnostic est utile en dépistage mais a l’inconvénient de rester positif de nombreux mois après éradication de la bactérie, les anticorps étant toujours présents dans le sérum des patients.

– Recherche des antigènes fécaux :

Cette méthode récemment proposée, est un test ELISA qui consiste à rechercher les antigènes de Helicobacter pylori sur un échantillon de selles.
Elle est indiquée dans le contrôle de l’éradication à condition de respecter un intervalle de 8 semaines après arrêt du traitement. Il est surtout très performant chez les enfants de tout âge : c’est la méthode non invasive de choix pour ce groupe de patients. (Amir-Tidadini,2003)

Tableau II : Sensibilité et Spécificité des méthodes de diagnostic bactériologique (Amir-Tidadini,2003)

Tableau 2 Helicobacter pylori  Etude bactériologique des premières souches isolées à l’Hôpital Bologhine Ibn Ziri

*: http://bacterioweb.univ-fcomte.fr/bibliotheque/remic/23-Helic.pdf
** : http://www.microbe-edu.org/professionel/diag/helicob.html

Page suivante : 9- Traitement : sensibilité aux antibiotiques :

Retour au menu : Helicobacter pylori : Etude bactériologique des premières souches isolées à l’Hôpital Bologhine Ibn Ziri