4)a. L’importance des paroles de la femme de sagesse

Non classé

Dans Nausicaä de la vallée du vent, O-Baba, sage du village de la Vallée du vent, personne la plus âgée des habitants, tient le rôle de conteuse de légendes. Vieille aveugle, elle est pourtant clairvoyante, éclairant les héros et ennemis de l’histoire de ses paroles sages. Elle prend même le rôle de prédicatrice à la fin du film : en effet, c’est elle qui nomme Nausicaä comme étant l’être vêtu de bleu, le sauveur. Lorsque O-Baba parle de cette légende pour la première fois dans le film, scène située dans la chambre du roi Jhil, nous comprenons l’importance de ce type de personnage. En effet, la mise en scène et la construction du dialogue mettent en valeur les paroles de cette femme de sagesse.

Dans cette scène, les plans que nous avons d’O-baba mettent en valeur cette image spirituelle, mystérieuse, de savoir, avec des jeux de clair-obscur, des ombres sur son visage. Le plan durant lequel elle raconte la légende de l’Etre vêtu de bleu révèle l’importance de ses paroles : commençant avec un plan rapproché sur Nausicaä, dès qu’O-Baba commence à parler et que le regard de Nausicaä se tourne vers cette dernière, la caméra effectue un panoramique de la droite vers la gauche. La caméra suit en réalité la direction du regard de Nausicaä, dirigé vers O-Baba. Cette mise en scène met en valeur le fait que les paroles de cette dernière sont importantes. La caméra montre qu’à ce point précis, quand O-Baba parle, chaque personne dans la pièce l’écoute.

Figure 36 L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Nous pouvons ainsi souligner l’importance qu’ont les avis de certaines femmes dans les films. Par exemple, Hii-Sama, chamane du village dans Princesse Mononoké, n’est pas seulement une femme spirituelle, lien entre les esprits et les hommes ; elle est également vue comme quelqu’un d’extrêmement sage, et dont la parole est très importante. Elle prend ainsi des décisions capitales pour son village, celles qu’un chef de village prendrait normalement, comme celle de bannir un villageois, par exemple.

La seconde scène où nous voyons ce personnage est celle se situant juste après la lutte d’Ashitaka avec le Dieu devenu Démon, Nago. Les hommes importants du village sont réunis avec Hii-Sama autour d’Ashitaka, pour tenter de comprendre ce qui est arrivé lors de cette attaque. Nous remarquons qu’Hii-Sama est la seule femme présente, car son rôle est le plus important : donner les réponses, car elle est proche du Spirituel.
Dans les deux premiers plans, nous découvrons le lieu de la réunion : une grande pièce d’une cabane posée contre les rochers. La vue générale situe les personnages dans l’espace, les hommes en rang à gauche, Hii-Sama face à Ashitaka.

Figure 37 L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Figure 38 L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Figure 39 L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Dans le troisième plan de cette scène, nous avons un plan moyen montrant Hii-Sama lisant les pierres. Les regards sont tous sur elle et chacun écoute ses paroles pendant qu’elle explique qui était ce Dieu/Démon.

Le quatrième plan montre Ashitaka, en point de vue objectif, de profil. Ces deux derniers plans sont vus en légère plongée, comme si la caméra était située au-dessus des hommes à leur droite. Ashitaka écoute attentivement les paroles de la vieille femme, le discours s’adresse à lui. Elle lui demande de montrer son bras, là où le Démon l’a touché.

Lorsqu’Ashitaka s’éxécute, nous avons alors un insert sur son bras, montrant clairement les dégâts causés par le Démon.

Le sixième plan montre alors un plan moyen des hommes, paniqués par cette vision. L’un d’eux se tourne directement vers Hii-Sama. Ces hommes savent que cette dernière est la seule à pouvoir leur apporter des réponses.

Un gros plan d’Hii-Sama permet de mettre en valeur son discours. Ce gros plan révèle l’importance de ses paroles. Miyazaki alterne alors ce passage avec des gros plans et des plans plus éloignés, montrant à la fois la personne que nous écoutons avec attention, ainsi que les autres protagonistes de la scène, tous tournés vers elle : la caméra est en effet placée au-dessus des hommes, que nous voyons de dos, montrant Hii-Sama en plongée, afin de mettre en avant les gestes qu’elle effectue avec les pierres. Nous voyons également ainsi que les hommes ne bougent pas, sont subjugués par ses paroles.

Le neuvième plan est un insert sur la main d’Hii-Sama, montrant aux autres personnages un objet d’importance, la balle de fer qui a rendu le Dieu fou, et qui provoque le sort d’Ashitaka, hanté par le mal du Démon. Dans le dixième plan, nous voyons Ashitaka en gros plan, écoutant les paroles d’Hii-Sama, tandis que celle-ci lui énonce son destin.

Le onzième plan montre Hii-Sama en plan rapproché, filmée du point de vue d’Ashitaka, celui-ci étant assis en face d’elle. Nous remarquons qu’elle est située exactement au centre du cadre : sa coiffure, ses épaules, sa posture, s’alignent parfaitement avec le décor autour d’elle. Cette mise en scène montre bien l’importance du personnage et de ce qu’elle dit. Cet ordre donne également la sensation de sagesse, de calme qui émane de ce personnage.

Enfin, le douzième plan montre un plan général situé derrière Hii-Sama, de façon à montrer chaque personnage de la scène, tout en mettant en valeur le départ d’Ashitaka. Nous sommes situés derrière Hii-Sama afin de voir l’exil, comme étant surveillé par cette dernière, tandis qu’elle lui ordonne calmement de partir.

Page suivante : 4)b. La femme plus sage que l’homme

Retour au menu : L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI