4)b. La femme plus sage que l’homme

Non classé

Les femmes de sagesse ont un rôle de médiateur, soit entre le spirituel et les hommes, comme nous l’avons vu précédemment, soit pour excuser le comportement de ces derniers, tout en se rebellant contre leurs décisions.

Elles apparaissent ainsi comme étant plus sages que les hommes, car elles assument la responsabilité des actes, rectifient les erreurs sans que les hommes le sachent ; ces derniers refusant toujours de voir leurs torts. C’est le cas par exemple, lorsque les femmes de Pejite font le bon choix sans l’accord de leurs hommes, ce que nous verrons dans une autre partie.

Elles savent comment obtenir le pardon ; elles en prennent la responsabilité à la place des hommes, et réparent les erreurs de ces derniers. Hii-Sama, dans la scène où elle prie le Dieu Sanglier, demande le pardon à ce dernier et lui demande d’excuser les erreurs commises. Elle lui demande de pardonner les offenses des hommes qui l’ont provoqué et l’ont rendu malade.

Les femmes ont souvent ce rôle, celui d’être responsables des hommes, en demandant le pardon pour eux. Cela montre qu’elles sont montrées comme étant plus sages, plus avisées que les hommes. Elles agissent pour rectifier les erreurs commises par les hommes.

Leur sagesse se perçoit également dans leur capacité à se sacrifier pour une cause plus grande. C’est le cas par exemple de Sheeta, qui se sacrifie pour sauver Pazu, en se laissant utiliser par Muska, l’agent du gouvernement à sa recherche depuis le début du film ; sa noblesse d’esprit lui permettra finalement de le vaincre et de sauver sa vie, celle de Pazu, ainsi que l’île dans le ciel. Nausicaä est également une femme capable de se sacrifier ; cet acte lui permettra d’ailleurs de se révéler comme un être de grande sagesse, plus encore qu’O-Baba, la vieille femme du village. Son sacrifice, en barrant la route des animaux pour sauver son peuple, fait d’elle « l’Etre vêtu de bleu ». Elle devient ainsi un être de sagesse.

Page suivante : 4)c. Altruisme, pragmatisme et capacité à apprendre des erreurs passées

Retour au menu : L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI