4-1) Une vision médiatique des musulmans qualifiée de « stéréotypée », problématique et « négative » :

Non classé

Réalisé entre le dix octobre 2010 et le dix septembre 2011, ce sondage pose onze questions qui ont pour but de cerner le ressenti des musulmans sur la vision que peuvent donner les médias français de leur religion, et des musulmans en général.

Répondant aux critères de la méthode des quotas (NDA : cette méthode consiste à s’assurer de la représentativité d’un échantillon en lui affectant une structure similaire à celle de la population de base), il peut donc être considéré comme représentatif des jeunes musulmans (NDA : tranche d’âge 18/50 ans) français dans leur diversité. Les répondants proviennent des quatre coins de la France, de couches socioprofessionnelles diverses et pratiquent leur religion à des degrés variés (NDA : également respectés autant que possible dans leur proportions sachant que, 41% des musulmans français sont croyants et pratiquants, 34% sont seulement croyants, 25% vont à la mosquée , 71% jeûnent pendant tout le Ramadan et que 32% boivent de l’alcool de temps à autre selon un sondage réalisé par Marianne en mars 2011.)

Les 110 répondants sont exclusivement des musulmans (croyants et/ou pratiquants) de nationalité française. Leur âge moyen étant de 29 ans, et l’âge moyen de la population française étant de 40,1 ans en 2010 (cf. la dernière étude de l’INSEE « Age moyen et âge médian de la population »), l’on peut dire que ce sondage représente plutôt l’opinion des « jeune musulmans français » (tranche d’âge 18/50 ans). Le plus jeune répondant est âgé de 18 ans et le plus vieux de 49 ans.

Les critères de validité pour la représentativité d’un sondage étant la variété géographique et socioprofessionnelle, ainsi qu’un nombre de répondants supérieur à cent, celui-ci peut donc être considéré comme représentatif des musulmans français âgés de 18 à 50 ans.

Toutes les réponses ne seront pas révélées d’emblée ici, puisqu’utilisées au fur et à mesure du mémoire pour en illustrer les propos. Ceci étant, quelques unes illustrent parfaitement la manière dont les musulmans français qualifient, ressentent le regard des médias sur leur religion et ses fidèles.

En effet, à la question « Le regard des médias français sur les musulmans, aujourd’hui, en France, constitue-t-il pour vous un “problème” ? », 74 % des personnes interrogées répondent « oui ». Ensuite, quand on demande si « L’image que véhiculent les médias français sur les musulmans » est plutôt positive ou plutôt négative, 99 % des musulmans interrogés répondent que l’image véhiculée par les médias sur les musulmans est « plutôt négative » et 84 % d’entre eux affirment que « les musulmans de leur entourage pensent en majorité comme [eux] ». On voit donc clairement que le regard que posent les médias français sur l’islam et les musulmans est perçu comme plutôt problématique et négatif par la majorité des musulmans eux-mêmes. Même si ce sondage ne présente pas l’avis de toutes les tranches d’âges des musulmans français, le malaise est perceptible. Quand 99 % des sondés répondent que, pour eux, l’image des musulmans, telle qu’elle est véhiculée actuellement dans les médias français, est négative, on ne peut décemment nier la force de cette impression collective. C’est à cette impression, partagée par les musulmans mais aussi par de nombreuses autres personnes, que ce mémoire fait écho. Le but étant ici de chercher à comprendre comment et pourquoi nous en sommes arrivés là.

D’ailleurs, pour préciser un peu plus cette pensée, 43 % des répondants qualifient « la vision des médias sur l’islam et les musulmans » de stéréotypée, 35 % la trouvent ignorante, 11 % la trouvent raciste et 10 % la trouvent orientée. En revanche, seuls 2 % la trouvent pertinente et 0 % la trouvent juste ou objective. En premier lieu, on constate que, parmi les réponses proposées, ce sont systématiquement les réponses à connotation négative qui sont très majoritairement choisies. Les deux idées qui sont le plus partagées chez les musulmans français âgés de dix-huit à cinquante ans, sont donc que les médias donnent une vision stéréotypée et ignorante des musulmans.

De plus, 45 % estiment que l’influence des médias est forte, voire très forte (39 %). Il y a donc au final 84% des jeunes musulmans français qui pensent que, cette vision négative et stéréotypée de l’islam a, en plus, un impact sur l’opinion publique. Les premiers résultats de ce sondage laissent donc penser que les musulmans français eux-mêmes ont des choses à dire et des reproches à adresser aux médias dans leur façon de couvrir les actualités relatives aux musulmans.

Page suivante : 4-2) Un sentiment d’inégalité et d’aggravation du phénomène :

Retour au menu : Les médias, vecteurs d’une image négative et stéréotypée des musulmans : mythe ou réalité ?