3.2.3-La structure même d’un webdoc historique stimule t-elle l’apprentissage ?

Non classé

La structure du web-documentaire historique est source de nouvelles pratiques médiatiques et de représentations particulières de la réception. Cette organisation complexe d’un contenu riche conduit également à penser son impact sur le processus d’apprentissage. Quatre phénomènes sont à l’œuvre : l’actualisation, l’intellection, la récupération et l’expérimentation.

Selon Jean-Louis Wesissberg, l’une des caractéristiques du document médiatique réside dans l’actualisation d’un savoir, d’une donnée, d’un contenu. « Le document devient un interlocuteur, avec plusieurs niveaux d’énonciation depuis l’actuel (l’interaction présente) jusqu’au potentiel (espace de mouvement architecturé par l’auteur, mais qui n’est souvent pas clairement défini par l’interactant.

L’actualisation de cet espace potentiel du document dépendra de l’investissement du lectateur, de ses inclinations et de ses savoir-faire »(133). Le web-documentaire historique est un espace parsemé de potentialités. L’internaute fait advenir un savoir qui n’aurait pas été visible sans son action.

Chaque actualisation du savoir est une découverte, un dévoilement qui participe du processus d’apprentissage. Un tel phénomène est rendu possible par la structure même du web-documentaire historique. La logique du signe passeur implique une multiplicité d’espaces et donc d’actualisations.

Le phénomène d’intellection repose en partie un procédé propre au web-documentaire historique : celui de la frustration. L’internaute consulte de documents, visionne certaines vidéos, explore des cartes. Néanmoins chacune de ces actions se réalise par petits bonds. Il passe de l’un à l’autre sans nécessairement un fil conducteur. Sa lecture est donc saccadée. L’internaute, de par la structure du web-documentaire, est dans un perpétuel état de recherche. Cet état est motivé par ce procédé de frustration. Umberto Eco pense que l’œuvre tente « d’éveiller, par une attente frustrée, notre tendance naturelle à l’achèvement »(134). Quand il y a un état de crise du fonctionnement régulier de l’œuvre, « l’émotion naissante du blocage, la tendance à la bonne forme et le souvenir d’expériences formelles antérieur interviennent pour créer chez l’auditeur des attentes : prévisions de solutions, préfigurations formelles »(135).Il y a un plaisir de l’attente et un plaisir de la solution inattendue. Cette notion de plaisir est essentielle dans le processus d’apprentissage. Plus les solutions sont en rupture avec la règle, plus le plaisir sera grand. Le web-documentaire historique une structure et un dispositif technique qui tentent de faire de la surprise un élément essentiel du parcours de lecture. Les individus sont parfois bloqués face à ces dispositifs. Lorsque la solution apparaît à l’internaute, il en ressent une certaine satisfaction. Certaines personnes observées ont compris tardivement le système de la carte du webdoc 17.19.61. Lorsqu’ils s’en aperçoivent, nous percevons un certain soulagement. Ces situations de blocage ou de confusion font partie du processus d’apprentissage et permettent même de le régénérer.

Par ailleurs, il existe un phénomène de récupération. Alain Lieury évoque dans son article Oubli et traitement de l’information en mémoire, l’expérience d’Endel Tulving(136). Cette expérience consiste à démontrer l’importance des indices de récupération pour la mémorisation et l’apprentissage. Ces indices peuvent être visuels ou textuels. L’image et les photographies sont des indices de récupération performant. Ils sont si essentiels que la « principale cause d’oubli est l’effacement de ces indices »(137) notamment dans la mémoire à court terme.La mémoire a besoin d’être rafraîchie constamment par ces indices de récupération. L’organisation thématique (La nuit oubliée), les différents chapitres accessibles par plusieurs portes (17.10.61), ou encore les propositions de contenu selon les thèmes associés (Adieu Camarades) sont autant de procédés qui mobilisent des indices de récupération. Le web-documentaire Berlin 1989, souvenirs d’un monde d’hier propose une même structure ou mise en scène pour les différents chapitres bien que le graphisme soit modifié. Cette récurrence dans la structure est également un indice de récupération qui impacte le processus de mémorisation et donc d’apprentissage.

Enfin, la pratique de l’Histoire par le biais du web-documentaire est au cœur de la logique d’expérimentation. L’expérience est sensorielle. Vandendorpe soulignait l’importance de séduire l’internaute du fait du risque de lassitude engendrée par la lecture de l’hypertexte. Le webdocumentaire tente de séduire les internautes par le biais de la dimension ludique de son dispositif. Au sein de nombreux web-documentaires historiques, l’expérience sensorielle semble être mise en avant. C’est le cas par exemple du web-documentaire Indépendance Chacha. Cette valorisation du sensoriel s’inscrit dans une logique contemporaine.

« Plus que jamais, le sens de l’expérience est guidé par la recherche de sensations, par l’immersion dans des contextes enveloppants, polysensoriels. Le régime dominant est donc celui de l’esthésie et des émotions sensorielles favorisées par la synesthésie, par coopération des sens »(138).

Le web-documentaire vise à envelopper l’internaute dans un monde particulier. Le principal des sens mobilisés est le toucher. Chacune de ses actions résulte d’un appel à toucher le dispositif.

Viennent ensuite la vue et l’ouïe qui sont les sens de l’intellection. Le goût et l’odorat sont les seuls sens qui ne sont pas activés par le web-documentaire. C’est ainsi une manière particulière d’appréhender l’histoire et donc le savoir. Il s’agit d’un dispositif médiatique qui vise à plonger l’individu dans un environnement. C’est pour cela que chaque webdoc est une page internet particulière. Il constitue un univers à part entière. Dès lors, toute interférence est une menace pour le processus d’immersion et celui d’expérimentation.

Le web-documentaire historique peut ainsi nous enseigner l’Histoire. Nous émettrons plus en aval toutefois une réserve quant à la capacité du web-documentaire à traiter l’ensemble de sujets historiques. En effet, la majorité des web-documentaires historiques se construit autour de témoignages. Par conséquent, les sujets s’en trouvent quelque peu limités puisque le webdoc est dépendant de la présence de témoins qui ont vécu l’époque ou l’évènement qui est au cœur du sujet.

Néanmoins cette valorisation de l’expérience humaine, du témoigne est un élément constitutif du web-documentaire et sert le processus d’apprentissage.

133 WEISSBERG, Jean-Louis, Figures de la lectacture, op cit.
134 ECO, Umberto, L’œuvre ouverte, op cit.
135 Ibid
136 LIEURY, Alain, Oubli et traitement de l’information en mémoire, op. cit. pp.116-119
137 Ibid
138 BOUTAUD, Jean-Jacques et VERON Eliseo, Sémiotique ouverte, itinéraires sémiotiques en communication, Paris, Lavoisier, 2007

Page suivante : 3.3-La valorisation de l'expérience humaine et du témoignage permet une incarnation plus forte de l'évènement

Retour au menu : L’HISTOIRE Á L’HEURE DU MULTIMEDIA : LES ENJEUX DU WEB-DOCUMENTAIRE HISTORIQUE