2)c. Mise en scène

Non classé

La mise en scène de Miyazaki comporte certaines caractéristiques. Tout d’abord, notons que l’on retrouve dans chaque film des éléments du réel, témoins du souhait d’exactitude du réalisateur, et de son attention aux détails : ainsi par exemple les avions dans Porco Rosso sont tous des reproductions d’originaux, de vrais avions de guerre : même le personnage de l’acteur américain Donald Curtis est inspiré du vrai Donald Curtis, acteur de cinéma des années 50 et 60.

Mais ce sont les scènes d’action qui font preuve de l’art du réalisateur : rapides, fluides, prenantes. Cela réside tout d’abord dans la fluidité de l’animation. En effet, pour rendre les mouvements rapides et recréer une réelle impression de combat, le réalisateur supprime le dessin des mouvements intermédiaires : ainsi lorsqu’un personnage donne un coup d’épée, on aperçoit surtout le scintillement de l’arme et le mouvement est presque imperceptible, mais bien recréé.

D’autres éléments sont communs à chaque film : Miyazaki a en effet intégré certains éléments de la nature dans chacune de ses œuvres, bien que chacune soit différente dans ses thématiques et son style visuel. Ainsi nous retrouvons à chaque fois l’eau, témoin une fois de plus de l’importance de la spiritualité dans les films de Miyazaki. En effet, selon les légendes japonaises, l’eau représente un passage entre le monde des vivants et des morts ; nous pouvons penser que cette thématique devient plus importante dans les derniers films de Miyazaki, peut-être à cause des préoccupations plus accentuées du réalisateur aujourd’hui, âgé de 70 ans. En effet, Ponyo est une histoire qui se déroule presque exclusivement dans la mer.

L’eau est présente sous toutes ses formes : dans Nausicaä, il s’agit d’un lac acide ; dans Mon Voisin Totoro, ce sont des lacs ; dans Kiki, la ville est située en bord de mer ; Porco Rosso se déroule près de la mer Méditerranée ; dans Princesse Mononoké nous retrouvons des rivières et cours d’eau dans la forêt ; enfin Le Voyage de Chihiro et Ponyo se déroulent près de cours d’eau et dans les océans. Le vent est aussi un élément omniprésent, que l’on retrouve dans chacune des œuvres : vent dans les cheveux des protagonistes, vent sur les feuillages, vent sur les hautes herbes, etc.

Nous pouvons également constater qu’un point commun entre chacune des œuvres est que les histoires se situent dans des lieux rêvés : futuristes, comme dans Nausicaä, dans des mondes alternatifs, comme dans le Château dans le ciel ou Kiki la petite sorcière, dans un passé nostalgique, comme dans Mon voisin Totoro, ou alors dans une Europe telle que Miyazaki la rêve, l’idéalise, comme dans Porco Rosso, ou encore Le Château ambulant.

Miyazaki utilise énormément de plans d’ensemble, permettant d’avoir une vue globale de l’environnement de ses histoires : plans d’ensemble sur les villes, ou plus souvent, plans d’ensemble sur des forêts, des paysages naturels. Miyazaki n’hésite pas à utiliser des effets de zooms avant et zoom arrière, insistant sur la présence d’un élément particulier au sein de cet ensemble. Les zoom avant sont souvent employés dans ses films lors de scènes d’action, où il prendra aussi le point de vue d’un des combattants avec l’emploi de gros plans sur la personne opposée, créant ainsi des effets de surprise pour l’audience et une véritable mise en situation du spectateur. C’est par exemple le cas dans Princesse Mononoké, où les scènes d’action fluides, dynamiques, et mises en scène avec efficacité, permettent au spectateur de suivre chaque instant du combat avec intérêt : la caméra n’est jamais fixe lors de ces scènes. Lors du premier combat entre San et Dame Eboshi en particulier, Miyazaki a su utiliser divers éléments de mise en scène afin de ne jamais essouffler l’action : lorsque San apparaît, c’est avec les yeux d’e l’un des gardes que nous l’apercevons ; la caméra la suit lors de sa course ; puis elle réapparaît avec des gros plans et des très gros plans, alternant San et Dame Eboshi lors du duel.

Miyazaki utilise aussi beaucoup d’inserts, focalisant sur certains éléments particuliers, et les très gros plans, pour mettre en valeur des échanges de regard.

Enfin, pour terminer cet aperçu du style de Miyazaki, nous pouvons évoquer l’importance de la musique utilisée dans les films, qui tient un rôle important quant à la mise en place d’une ambiance particulière aux films.

Page suivante : 2)d. La musique

Retour au menu : L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI