2.4. La collaboration entre nous

Non classé

Toutes les deux avons choisi d’œuvrer ensemble sur ce travail de recherche car nous avons effectué notre formation en emploi dans la même classe et avons l’habitude de collaborer.

Nous nous sommes aperçues que nous étions complémentaires dans la rédaction des divers travaux de groupe. En effet, Roseline ayant plus d’aisance avec les concepts théoriques et Rachel avec la pratique.

Le choix de notre sujet s’est fait au fil du temps, durant nos nombreuses discussions à refaire le monde dans un lieu mythique de la rue de Carouge « La Sportive » autour d’un verre de vin blanc.

Au départ, nous avons eu des divergences pour savoir sous quel angle nous allions aborder le thème. Pour finir, nous avons su nous mettre d’accord en alliant nos envies, nos craintes et nos doutes.

Au début du processus, nous étions animées de motivations puis au fil du temps, nous avons eu par instant des moments de relâchement. Cependant, il y en avait toujours une qui avait l’énergie pour motiver l’autre. Nous savions que nous pouvions nous reposer l’une sur l’autre dans ces moments-là.

Dans un premier temps, nous avons même pu accorder nos temps de travail pour libérer une plage horaire pour travailler sur le mémoire.

Dans un deuxième temps, à cause des contraintes liées à nos emplois, nous n’avions plus les mêmes plages horaires pour nous rencontrer. Nous avons donc par la force des choses dû étudier chacune de notre côté et ceci a ralenti l’avancement de ce travail. Mais il était important et indispensable de nous rencontrer au moins une matinée toutes les deux semaines pour mettre en commun les fruits de nos écrits.

Par moment, nous avons eu des mots, mais nous savions à quel instant nous devions nous taire. Nous avons su respecter nos moments de silence et nous avons profité aussi de longs moments de fous rires.

Ce fut un réel bonheur de collaborer ensemble.

Page suivante : 2.5. Evolution dans le corpus théorique

Retour au menu : Vie pénitentiaire, liens sociaux et affectivité : Comment les personnes vivent-elles leur vie affective dans un milieu carcéral fermé ?