2.2.1-Le relief, la végétation et le sol.

Non classé

La superficie du PV flottant entre une plaine et une colline appartient à l’ensemble du relief de la région côtière du Cameroun dominée par une plaine côtière plus ou moins étroite qui n’a pas partout la même ampleur ; une plaine côtière qui est assez remarquable par sa faible altitude et les grandes découpures enroulées de mangroves. L’altitude ne dépasse pas 100mètres.

De l’entrée principale la vaste esplanade plonge le visiteur dans une cour sans façon, qui cache mal la splendeur du paysage au fur et à mesure que l’on longe le circuit du sport. Ce prolongement traverse deux collines d’environ 10 à 15 % de pente séparée par une zone plate .Plus loin, la présentation le trait caractéristique de l’autre versant donne l’impression de l’occurrence d’un mouvement tectonique qui a laissé la place à une faille dont le miroir peut avoisiner près d’un kilomètre de long, avec des hauteurs variables ; mais rien n’exclut que l’action de l’homme soit à l’origine de cette création. Cet ensemble s’arrête brusquement pour donner place à une zone plate qui se poursuit jusqu’au point d’entrée en côtoyant les lacs et les cours d’eaux.

Sur le plan phytogéographie, le PV est partagé entre la savane et la forêt. Des zones boisées, épaisses, sous des arbres de taille moyenne, le PV présente un paysage verdoyant aéré, aux allures pittoresques composé de palétuviers, les parasoliers, les palmiers, etc. C’est une caricature de végétation clairsemée où subsiste des arbres isolés du fait de l’action répétée des feux de brousse.

Les sols sont toujours gorgés d’eau et peu perméables. Ce sont des sols latéritiques argileux, sablonneux épais. Il n’en faut pas plusieurs mètres de profondeur pour atteindre l’eau .Ce sont des sols plus ou moins riches, meubles, plus profonds et contiendraient moins d’herbes concurrentes des cultures. Ce qui a suscité les convoitises de certaines populations qui ont transformé certains endroits en zone de culture.

Page suivante : 2.2.2- Les lacs et la rivière

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.