2.2.1-L’amélioration de la qualité de vie et de la santé par le sport.

Non classé

Le football, la gymnastique, la natation, le footing, le stretching, bref les sports collectifs ou individuels, en même temps qu’ils participent des activités de loisirs, contribuent à l’amélioration de la santé.

2.2.1.1-Les intérêts généraux des activités sportives.

Depuis la nuit des temps le sport a été une activité, un jeu de société dans l’Egypte ancienne et dans la Grèce antiques98.Il a été à l’origine de la création du PV et participe à sa manière à faire connaître cet espace dont la nature sauvage contribue davantage à son attractivité. Ses fréquentations sans cesse croissantes témoignent de son importance auprès des populations de la cité qui s’y retrouvent pour partager et échanger. Pour généraliser, le sport au PV intéresse autant le sportif lui-même que le simple spectateur.

Le spectateur d’une activité sportive profitera des biens faits du spectacle pour chasser le stress et certaines angoisses. En claire une activité sportive déclenche toujours chez le spectateur des réactions des multiples fonctions biologiques pour remettre en synergie le coeur, le cerveau, les nerfs, etc. pour produire des effets psychiques positifs.

Le sportif pratiquant tire également un grand bénéfice, se fait plaisir et fait l’expérience de nouvelles sensations corporelles :en effet des études montrent que le plaisir est la première motivation chez ceux qui pratiquent le sport et beaucoup plus chez les jeunes ; cela est prouvé scientifiquement puisque le plaisir que l’on prend lors d’une activité physique se traduit physiologiquement par la sécrétion d’endorphines, l’activité physique a donc une activité calmante grâce à ces substances produites par le cerveau.

Au PV, parce que ce sont des activités qui connaissent de brassages de nombreuses personnes (16000 fréquentations hebdomadaires), le sport permet de faire l’expérience de relations sociales différentes. Ce sont d’autant d’occasions d’entrer en contact avec des gens dans un cadre différent de celui habituel, parfois loin de chez soi, et où on peut se sentir plus libre : on rencontre des gens avec qui on a des intérêts communs, on vit des moments d’échange et de partage, et on se fait des amis différents de ceux habituels, de tous les jours.

On découvre des personnes issues de milieux différents, ce qui ouvre l’esprit à d’autres cultures, à d’autres valeurs, à d’autres références que celles qui viennent des parents, voire à d’autres philosophies. Aujourd’hui le sport fait partie intégrante des manifestations populaires qui prennent une place de plus en plus importante et favorisent la convivialité et le partage des valeurs communes. Et on ne vit pas un évènement sportif de la même manière si on pratique un sport.

Faire du sport peut amener à se dépasser soi-même, à faire l’expérience de l’effort, qui peut servir dans la vie tout court(99). Un des esprits du sport étant de participer et de donner le meilleur de soi-même, quel que soit le résultat : c’est un défit qu’on se lance à soi – même et qu’on essaie de relever.

Une bonne condition musculaire s’entretient par des exercices d’endurance comme la randonnée, accompagnés de séances de gymnastique de 20 minutes, intéressant tous les groupes musculaires (épaules, cuisses), deux fois par semaine (associée à un apport protidique de 0,8g/jour).Les contraintes mécaniques engendrées par l’exercice, associées à l’apport en calcium (1g/j), stimulent la formation du tissu osseux. D’où l’intérêt de l’activité physique pour les jeunes en pleine croissance (qui constituent leur capital osseux) et les moins jeunes pour le maintien de leur structure osseuse.

Au PV l’activité physique conserve leur souplesse aux ligaments et tendons, évitant même certaines ruptures par la mobilisation des articulations, ce sont généralement des exercices modérés, ne déclenchant pas l’arthrose comme le fait l’activité intensive (surtout à la suite d’une blessure). Du moins, elle diminue les douleurs et maintient la force musculaire, lorsque l’arthrose s’est installée. L’autre intérêt du sport est de se confronter à d’autres, de gérer les rivalités avec les autres. Dans un sport collectif par exemple on apprendra à trouver sa place dans un groupe, ou à ne pas être démoli quand on perd. Le sport apparaissant donc comme une expérience qui aide à aborder des conflits dans d’autres domaines.

Une forêt protégée des pollutions et autres multiples agressions est un sanctuaire de vie .Alors y pratiquer le sport n’aura que des avantages. Le PV, avec ses lacs, ses rivières et sa petite forêt s’y prêterait abondamment puisqu’on y respirerait un air de moins mauvaise qualité.

2.2.1.2-L’apport du sport sur la santé.

La pratique du sport n’a que des effets bénéfiques pour l’individu. Il est démontré qu’une pratique modérée de sport comme la randonnée renforce les défenses immunitaires. Par une meilleure oxygénation, l’activité physique participe au bon fonctionnement du cerveau : récupération après lésion, lutte contre les maladies dégénératives.

Selon certaines études, il existerait un lien direct entre la qualité de sport effectuée et le niveau de protection vis-à-vis de nombreuses maladies. Une activité physique modérée comme la randonnée renforce l’estime de soi, redonne éventuellement confiance et permet une meilleure intégration dans la vie sociale. Avoir une meilleure qualité de la vie c’est pratiquer le sport pour se sentir davantage bien et être en bonne santé.

Pratiquer une activité physique permet de mieux se protéger contre certaines maladies comme le diabète, l’obésité et les problèmes cardio-vasculaires qui peuvent en découler, et même les maux de dos. Même une demi-heure de marche suffit pour donner au corps une activité physique minimale. En protégeant les vaisseaux, l’activité physique prévient et participe au traitement des maladies cardiovasculaires. Elle diminue :

 le risque de faire un diabète de type 2, de 60%,
 l’angoisse et la dépression, génératrices de maladies cardiovasculaires,
 e taux de triglycérides, de mauvais cholestérol et elle augmente le bon ;
 la tension artérielle de façon modeste mais sensible ;
 la mortalité de 25 à 35% en cas de maladie coronarienne déclarée(100).

Sur autre plan, des milliers d’études prouvent que le sport est bon pour la santé en général, en même temps pour le pratiquant que pour le spectateur. On dira que le sport ne donne pas que la forme, mais les formes physiques, morales, mentales, psychiques, etc.

L’activité physique réduirait sensiblement le risque de cancer du sein ou du colon. L’intérêt du sport pour la santé et en particulier pour protéger contre le cancer du sein s’est récemment vu conforter par une nouvelle étude menée par une équipe de l’INSERM et dont les conclusions ont montré que la pratique régulière d’activités physiques entraînerait une diminution du risque. Par exemple, une femme qui ferait cinq fois du sport par semaine verrait son risque relatif du cancer de sein diminuer de 38%, le bénéfice est moindre pour celle qui se contente de faire le ménage Il reste qu’à raison de 14 heures de sport par semaine, on obtient une réduction du risque de 18%.Pour dire autrement, plus elle se dépense, mieux la femme est protégée(101). Cette relation résiste même à l’influence des autres facteurs de risque : surpoids, traitement hormonal substitutif, génétique. Pratiquée de manière judicieuse, la randonnée devient un atout majeur dans le traitement des bronchites chroniques et l’asthme.

La randonnée ne fait pas maigrir, elle remplace de la graisse par du muscle. Associée à un régime, elle en renforce les effets. L’individu en surpoids actif court beaucoup moins de risques que celui qui a une corpulence normale mais qui reste sédentaire. Faire du sport est bon pour les seins. Le sport contribuerait à la perte de poids, la réorganisation hormonale, et au renforcement des mécanismes de défense immunitaire : un corps plus aguerri, détecte et élimine les petits cancers avec une plus grande efficacité. Au mieux pratiquer le sport dans un environnement naturel sain, accroîtrait les mesures de protection contre certaines maladies, en renforçant les capacités réactives de l’organisme.

Faire du sport est bon pour les seins. Le sport contribuerait à la perte de poids, la réorganisation hormonale, et au renforcement des mécanismes de défense immunitaire : un corps plus aguerri, détecte et élimine les petits cancers avec une plus grande efficacité. Au mieux pratiquer le sport dans un environnement naturel sain, accroîtrait les mesures de protection contre certaines maladies, en renforçant les capacités réactives de l’organisme.

Avec les flots d’informations diverses relatant les catastrophes dans de nombreuses régions du globe, les crises financières qui n’en finissent pas, le chômage, les faillites des entreprises, les délocalisations plongeant au passage les Hommes dans le chômage, l’angoisse, la peur, dont les effets directs sur la santé entraîneraient entre autres le stress, le sport récréatif serait un bon palliatif. Le PV peut jouer également un rôle de milieu naturel de foisonnement de recherche biologique et autre.

98 Dans l’Egypte antique le sport était une pratique régulière : lutte, saut, tir à l’arc, aviron…, mais aussi des jeux d’adresse étaient pratiqués comme l’attestent les tombes. Certains pharaons furent célèbres pour leurs exploits sportifs qui grandissaient leur aura et plus encore leur dimension divine, en particulier Aménophis II. Les nobles, pratiquaient la chasse pour se divertir. La plus périlleuse d’entre elle, était la chasse à l’hippopotame. Pharaon chassait aussi le lion, le taureau sauvage, l’antilope. De nombreux témoignages (décorations des tombes, des vases, ostraca, etc.) laissent à penser que les activités sportives occupaient une part importante des loisirs des jeunes égyptiens de l’Antiquité. Bien que certaines activités(notamment les activités martiales) soient plutôt réservées aux aristocrates, il semble que les gens de toutes classes s’adonnaient à la pratique d’une multitude de sport :Athlétisme, boxe, course de chars(sport de combat avec des cannes),lutte, sports nautiques(Nil oblige), tir à l’arc. Dans la Grèce antique, le sport fut et l’est encore de nos jours l’une des caractéristiques de la civilisation grecque antique. Le premier livre des Macchabées appelle « usages des gentils »le fait de s’exercer au gymnase .Le bâtiment apparaît partout où les Grecs s’installent : Dion Chrysostome le cite comme l’une des caractéristiques de la cité grecque avec l’agora, le théâtre et la stoa. Pour le philosophe barbare ANACHARSIS, «il y a dans chaque cité grecque un endroit où, chaque jour, la folie s’empare des grecs-le gymnase ».Les jeux sportifs occupent une place importante pour les Grecs. Ils apparaissent dans leurs deux premiers textes littéraires, L’Iliade et l’Odyssée : ce sont les jeux funéraires organisés par Achille après la mort de Patrocle et les jeux organisés par le roi Alcinoos pour honorer Ulysse. Ils sont étroitement liés à un culte religieux :les jeux olympiques ont pour but d’honorer Zeus, de même que les jeux pythiques célèbrent Apollon et les jeux Isthmiques Poséidon et dont les disciplines les plus en vue ou du moins les plus pratiquées sont celles qui figurent au programme des concours sportifs, essentiellement les sports gymniques :courses à pieds, saut en longueur lancer du disque, lancer du javelot, lutte, boxe et pancrace, la course montée introduite aux jeux olympiques en 680 av JC et à Delphes en 586 av JC, la nage, le hockey, les jeux de balle et de ballon, dont Hérode attribue l’origine aux Lydiens. L’activité physique regroupe à la fois les exercices pratiqués dans la vie quotidienne (tâches domestiques, trajets pour se rendre au travail…) et les activités sportives de loisir ou de compétition. Son intensité (faible, modérée ou soutenue) engendre une dépense énergétique en rapport. Elle doit être pratiquée pendant une durée minimale, qui peut être fractionnée au cours de la journée, sans être inférieure à 10 minutes (au-dessous de 10 minutes, elle ne compte pas sur le plan physiologique).
99 Il est souvent organisé des marches sur près de 15 km à travers les artères d’Akwa Nord, l’exploitation des espaces des quartiers riverains pour des exercices, les montées des escaliers dans le cadre du sport au PV.
100 Pour prévenir une récidive de la maladie, on recommande une pratique modérée, régulière et progressive : 30 minutes 5 fois par semaine, avec 2 séances de 20 minutes de renforcement musculaire sous couvert de l’accord du cardiologue.
101 Confère Maxi sciences : quelques conseils pour réduire le risque de cancer de sein, http/www. Yahoo actualité.com

Page suivante : 2.2.2-Le PV comme lieu récréatif et milieu de recherches éducatifs.

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.