2. Un éclairage par le prisme de la sociologie

Non classé

Les causes de la violence des supporters

William Nuytens(15) a mené une étude sur le Racing Club de Lens (RCL) qui vise à identifier deux sortes de déterminants liés aux relations qu’entretiennent entre eux les différents acteurs du spectacle sportif. Tout d’abord il s’est intéressé au rôle joué par les forces de l’ordre pendant les matchs (peut-on croire, par exemple, qu’ils participent au désordre public ?). Ensuite il s’est posé la question de savoir si l’histoire, plus ou moins récente des rencontres entres supporters de différentes équipes, laisse surgir des contentieux passés qu’il conviendrait de régler (autrement dit, les groupes de supporters ont-il une mémoire ?).

Son étude s’est faite sur une période allant de 1993 à 1998, soit cinq saisons. Concernant la première question, Williams Nuytens en a conclu qu’il n’y avait pas de dépendances automatiques entre l’état des services d’ordre mobilisés et le nombre de rencontres avec violences durant une saison. En effet il semblerait que l’efficacité du système de sécurité dépende de la collaboration de plusieurs types de services d’ordre. Agents publics et privés doivent donc poursuivre leurs efforts sachant que le moindre relâchement est susceptible d’être exploité par les supporters les plus radicaux. Pour le second déterminant étudié, relatif à la mémoire des groupes de supporters, l’auteur a observé les rencontres où il y avait eu un incident entre supporters lensois et ceux de l’équipe adverse par le passé. Il en est arrivé à la conclusion qu’en dehors du cas particulier des supporters du PSG, aucune situation ne confirme directement le poids des contentieux passés. En effet, aucune série de violences ne s’établit de façon continue sans qu’une saison « morte » ne s’immisce entre deux années troublées.

Une gestion sociopréventive du hooliganisme

Selon Manuel Comeron(16), les mesures policières s’avèrent indispensables et efficaces dans la gestion de l’événement, cependant elles doivent être complétées par des stratégies sociopréventives réalisant un travail de fond visant la résolution du phénomène à long terme. L’auteur a donc pensé un programme nommé fan coaching, qui réaliserait un travail éducatif en profondeur ciblé directement sur les spectateurs à risque et qui assurerait l’encadrement des supporters des noyaux durs durant les matchs. Ce programme s’articule autour de 4 axes principaux : 1. l’encadrement préventif et l’accompagnement physique ; 2. l’organisation d’activité pédagogiques et sportives ; 3. le fan-home situé sur le site du stade accueille les supporters la semaine en soirée et le jour des matchs et enfin 4. la réinsertion sociale des supporters.

Anastassia Tsoukala(17) a étudié la gestion policière du hooliganisme en Angleterre, en Italie et aux Pays-Bas. La logique sécuritaire basée sur un large contrôle de la déviance est selon elle contestable, car, non seulement elle est loin d’assurer une maîtrise satisfaisante du hooliganisme, mais de plus elle a fini par contribuer à son aggravation. Et l’auteur s’est donc intéressé tout particulièrement à l’exemple des Pays-Bas, qui a refusé cette approche sécuritaire. En effet, là-bas, le phénomène est attribué à des facteurs socio-économiques, il est donc perçu différemment par la police. L’adoption de mesures de prévention situationnelle(18) est allée de pair avec l’élaboration d’une politique de prévention primaire avec des spotters qui fréquentent les supporters le plus régulièrement possible, l’objectif étant d’agir sur la violence le plus en amont possible. Et cette politique semble efficace, non seulement à l’intérieur du pays mais aussi à l’étranger. Cependant il faut noter que la police néerlandaise est bien mieux perçue par la population que la police en France par exemple. Ils ne cherchent pas à éliminer le hooliganisme mais à le contenir. Mais cette perception n’exclut pas le contrôle de la déviance.

L’avis des supporters face à ce phénomène

Une enquête menée en Italie(19) entre 1986 et 1987 s’est arrêtée sur l’avis des supporters eux-mêmes vis-à-vis de la violence. Les questions ont été posées à 170 jeunes fans de Rome, Turin et Catane. Pour presque 12 % d’entre eux, les bagarres peuvent être évitées mais très peu blâment le comportement des « hooligans », 25% pensent que la violence fait partie intégrante de l’univers du jeu, 44% estiment qu’il n’y a pas trop de violences dans les stades et 82,5% trouvent que la violence dans les stades est peu importante par rapport à d’autres types de violence. Roland Chatard fait ressortir de ce sondage qu’il y a une certaine acceptation de la violence, soit en tant qu’inhérente au jeu, soit en tant que comportement « compréhensible » dans certaines circonstances.

Nicolas Hourcade met, quant à lui, l’accent sur le fait que certains comportements des supporters peuvent faire doublement débat. En effet, la limite à ne pas dépasser par les supporters est relativement floue. Par exemple, les incitations à la haine sont passibles de sanctions, alors que les insultes sont non seulement fréquentes dans les stades mais socialement considérées comme acceptables, jusqu’à un certain point non précisément défini.

Mais ce qui fait le plus débat est relatif aux engins pyrotechniques et aux banderoles. Les fumigènes sont interdits afin d’éviter tout risque de brûlures ou de jet, mais ils sont considérés par les ultras comme un bon moyen d’animer les tribunes, de mettre de « l’ambiance ».

Beaucoup sont donc utilisés ce qui crée des heurts entre forces de l’ordre et supporters ; un allumage contrôlé des fumigènes a été souhaité par les ultras, mais cela n’a jamais donné suite. Depuis l’affaire de la banderole anti Ch’tis en 2008, la Ligue de football professionnel (LFP) a interdit toute banderole, à l’exception de celles portant les noms des groupes de supporters. Pourtant, les banderoles servent aussi à diffuser des messages sportifs, humoristiques, antiracistes ou contestataires. Alors faut-il interdire toute banderole et bafouer la liberté d’expression sous prétexte que certains en abusent ? Selon Nicolas Hourcade, c’est un moyen pour les forces de l’ordre de se « couvrir » et d’éviter les critiques en cas d’incidents.

15 W. Nuytens, « La violence des supporters autonomes de football : à la recherche de causalités»
in J.-C. Basson (dir.), op. cit, pp. 127-145.
16 M. Comeron, « Pour une gestion sociopréventive du hooliganisme », in J.-C.Basson (dir.), op. cit., pp. 145-159.
17 A. Tsoukala, « La gestion policière du hooliganisme : Angleterre, Italie, Pays-Bas » in J.-C. Basson (dir.), op. cit, pp. 159-175.
18 On entend par prévention situationnelle les modifications des circonstances particulières dans lesquelles des délits pourraient être commis afin qu’ils paraissent difficiles, risqués ou inintéressants pour qui serait tenté de les commettre
19 Voir R. Moscati, A. Roversi, Colloque « le football et ses publics », Villa Schifanoia (Florence), 1989, Italie, « Football Hooliganism » in R. Chatard, op. cit., pp. 29-30.

Page suivante : 3. Le Paris-Saint-Germain et son plan anti-violence

Retour au menu : SÉCURITÉ ET AMBIANCE DANS LES STADES : Un compromis possible ?