2) Le Comité militaire révolutionnaire

Non classé

Parallèlement, et pour assurer le bon déroulement des évènements révolutionnaires, les bolcheviks créent un Comité militaire révolutionnaire. Le rôle du Comité militaire révolutionnaire est d’assurer la liaison entre les différents acteurs révolutionnaires, et de commander les garnisons rebelles à l’autorité du 54

gouvernement provisoire. Le Comité militaire révolutionnaire, nous dit Trotski, supervise les opérations militaires : « Le Comité militaire révolutionnaire, dès avant l’insurrection, se sentait maître de la situation : il connaissait chaque contingent de la garnison, son état d’esprit, les groupements à l’intérieur ; il recevait quotidiennement des rapports, non falsifiés, mais exprimant ce qui se passait ; il pouvait au moment voulu, à n’importe quel régiment, envoyer un commissaire plénipotentiaire, un motocycliste apportant un ordre, il pouvait appeler par téléphone le Comité exécutif ou bien envoyer un ordre de service à une compagnie. Le Comité militaire révolutionnaire occupait, à l’égard des troupes, la situation d’un état-major gouvernemental et non celle d’un état-major de conspirateurs »128. Par une technique d’infiltration de ses éléments, à savoir des commissaires politiques, au sein des institutions, le Comité militaire révolutionnaire gagne peu à peu en puissance : « Continuant à insérer des commissaires dans les institutions qui n’étaient pas encore tombées sous son contrôle, le Comité militaire révolutionnaire élargissait et consolidait les positions de départ pour l’offensive prochaine »129. Et, les bolcheviks réussissant à triompher, le Comité militaire révolutionnaire finit par s’imposer comme maître de la situation ; il est désormais incontournable, et mène le jeu révolutionnaire : « Le Comité militaire révolutionnaire assurait son immunité avant tout en fortifiant ses liaisons avec la garnison et obtenait par celle-ci la possibilité de surveiller tous les mouvements stratégiques de l’adversaire »130. Nous avons donc là, le vivant schéma d’une révolution réussie, oscillant tour à tour entre conspiration et insurrection armée, et finalement couronnée de succès. Au Comité militaire révolutionnaire, sont attachés les éléments auxiliaires de lutte que sont la Garde rouge et la Conférence permanente de la garnison : « La Garde rouge et la garnison s’alignent désormais ensemble. Bientôt elles seront encore plus étroitement liées par leur subordination commune au Comité militaire révolutionnaire »131. 55

Page suivante : 3) La Garde rouge

Retour au menu : La Guerre révolutionnaire dans la pensée trotskiste