1.2. Le conflit asymétrique

Non classé

Au moment où l’action militaire connaît une évolution face à la multiplicité des CA, la capacité de nuisance d’une armée devient de plus en plus objet à débats. Toutes interventions militaires quelles qu’elles soient, d’où qu’elles viennent ont pour finalité, la stabilisation de la paix. Ce principe qui s’inscrit au cœur de tout engagement militaire, impose de nouvelles formes d’opérations et influe sur les méthodes et les moyens à mettre en œuvre.

Le conflit asymétrique (C.AS) a jalonné la période guerrière de l’humanité. Toutes les forces armées ont connu cette réalité qui est mise à jour lors de la guerre du golfe de 1991 et les attentats contre le Pentagone et le Wall Trade Center dix ans après.

Apparue officiellement pour la première fois en 1995 aux États Unis d’Amérique (USA), cette expression décrite par Steven Metz, a été baptisée en 1997 par la « Quadrennial Defense Review » (Revue quadriennal de la Défense)(23) comme synonyme de « non conventionnel ».

Par cette réflexion, les experts militaires veulent démontrer l’intelligence qui anime l’ennemi à ne plus affronter une armée puissante de manière frontale mais d’exploiter sa faiblesse et, de porter un coup sur son moral afin d’ affaiblir sa volonté, sa liberté et sa capacité d’action24. « Encore essentiellement organisées dans le cadre de conflits entre les forces de même nature, les armées occidentales sont aujourd’hui confrontées à la montée d’une asymétrie…..ne pouvant espérer vaincre qu’autrement, leurs adversaires mettant l’accent sur la disponibilité de nature des moyens et des modes d’action qui leur permettent de mettre en valeur leurs propres facteurs de supériorité. »(25)

Dans les C.AS les combattants misent sur leur capacité intrinsèque, leur courage et détermination pour affronter l’adversaire avec des moyens limités. Cet affrontement armé qui met en prise une force gouvernementale, conventionnelle avec un groupe armé, non conventionnel, se déroule souvent sur le territoire d’origine des combattants.

Cette expression d’insatisfaction d’une partie de la population qui se voit victime d’injustice sociale, politique ou économique de la part du pouvoir central, est marqué par un caractère révolutionnaire et, a pour base de revendication, la conquête du pouvoir. Cependant, le C.AS dont les forces en présence n’ont pas la même capacité militaire, finit par des pourparlers ; les acteurs finissent par s’asseoir pour se parler et trouver un compromis politique.

Les combats qui mettent en prise les groupes armés locaux non conventionnels aux forces gouvernementales, ne peuvent être gérés que dans la dynamique de la stratégie de guerre, telle recommandée par la méthode employée dans ce type de conflits, celle décrite par le premier traité de stratégie militaire.(26)

23- Steven Metz and Douglas V. Johnson M, Asymmetry and US military strategy: definition, background and strategic concepts, janvier 2001
24- L’Asymétrie dans les conflits contemporains – Cahier du CEREM N°5, mai 2008, p.3 – 8
25- Les forces terrestres dans les conflits d’aujourd’hui et de demain. Edition Economia, 2007
26- SUN TZU, l’art de la guerre, les treize articles, traduit par le père Amiot, éd. Ebooks, libres et gratuits.p.8-31. www.ebooksgratuits.com/sun_tzu_art_de_la_guerre

Page suivante : CHAPITRE II : Aperçu général sur les conflits armés en Afrique

Retour au menu : LES CONFLITS ARMES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE, UN DEFI POUR LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE