1.1. INTRODUCTION

Non classé

Située entre les 10° et 13° de latitude nord et les 14° et 16° de longitude est, la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun est occupée par une grande plaine qui s’étend des pieds des Monts Mandara au sud-ouest jusqu’au lac Tchad dans le nord, les bourrelets de berge du fleuve Logone en formant la limite est. Elle fait partie d’une vaste unité géomorphologique et bioclimatique que l’on retrouve également au Nigeria, au Niger et au Tchad. Les Monts Mandara à l’ouest, la plaine d’inondation du Logone et sa zone d’impact sont depuis des siècles habitées par une multitude de communautés ethniques et culturelles qui vivaient initialement de la pêche, de l’élevage, de l’artisanat, du tourisme et des cultures de décrue. Les flux que génèrent les activités socio-économiques amplifient les risques climatopathologiques.

Dans ce chapitre, nous présentons notre contexte d’étude sur le plan physique et humain en partant de l’hypothèse que les caractéristiques morphoclimatiques et le contexte humain conditionnent le développement de la méningite cérébro-spinale. Aussi ce chapitre s’articule-t-il autour de la présentation de l’Extrême-Nord, des conditions de genèse des lithométéores, des caractéristiques du climat dominé par la brume sèche, ainsi que des traits généraux de la population, de la politique de santé des stratégies de lutte contre la méningite cérébro-spinale.

Page suivante : 1.2. METHODES

Retour au menu : BRUME SECHE ET MENINGITE CEREBRO-SPINALE DANS L’EXTREME-NORD CAMEROUN