1.2. METHODES

Non classé

Les milieux arides ou secs sont extrêmement divers et variés, notamment en fonction des formes de terrain, des sols, de la faune, de la flore, des équilibres hydriques et des activités humaines qui s’y déroulent. Cependant ces mêmes aspects permettent de reconnaître comme tel un espace géographique donné. C’est dans ce contexte que, pour décrire notre cadre d’étude sur le plan physique, afin de vérifier l’hypothèse énoncée ci-dessus, nous nous sommes servi des travaux de Modi, Druilhet, Fontan et Domergue (1997 : 170), de la carte de la situation météorologique de l’Extrême-Nord à partir des données climatiques de Suchel (1986) et de la carte des masses d’air et saisons, pour présenter le contexte météorologique de l’Extrême-Nord.

Pour comprendre la genèse et la typologie des phénomènes qui limite la visibilité, notamment les lithométéores, nous nous sommes servi du Précis de géomorphologie de Derruaux (1995), Manuel des méthodes d’observation et de compte rendu de la portée visuelle de piste de l’Organisation Météorologique Mondiale(OMM) et de Nouaceur (2004). Nous avons également eu recours aux données climatiques (température, précipitations et brume sèche) des stations de Maroua, Kaélé, Mokolo, Kousséri et Yagoua, et à l’Atlas de la Province Extrême-Nord Cameroun. Il nous a alors été possible de construire des diagrammes ombrothermiques. Les données sur l’effectif de la population quant à elles, proviennent de la Délégation Provinciale de l’Extrême-Nord du MINPAT (2002) ; nous les avons complétées grâce aux travaux de Christian Seignobos (1985) et de Tourneux et Iyébi-Mandjek (1994). Cela nous a permis de présenter la composition ethnique de la population et son évolution démographique.

Enfin, nous avons utilisé les statistiques épidémiologiques de la Délégation régionale de la Santé Publique à Maroua, les documents relatifs à la politique sectorielle de santé et les résultats du questionnaire sur la connaissance de la méningite par un groupe de personnes vivant dans la zone d’étude. Ils nous ont permis de présenter le contexte humain et sanitaire de notre étude.

Page suivante : 1.3. RESULTATS ET ANALYSE

Retour au menu : BRUME SECHE ET MENINGITE CEREBRO-SPINALE DANS L’EXTREME-NORD CAMEROUN