1) Les Soviets

Non classé

La Révolution d’Octobre voit l’accession au pouvoir des bolcheviks, et la fin du gouvernement provisoire d’Alexandre Kerenski, proclamé en Février 1917121. A ce titre, le rôle des Soviets prend ici toute son importance. Le mot d’ordre des bolcheviks, au premier rang desquels Lénine, « Tout le pouvoir aux Soviets ! » , est connu. Les Soviets, nous dit Albert Granger, sont des conseils d’ouvriers, de paysans et de soldats122. Ces conseils fonctionnent selon un système délégataire du pouvoir, et ils sont censés être déconcentrés et décentralisés. Il s’agit là de leur fonction originelle, mais il est à noter que les Soviets ont également un rôle important à jouer dans la conquête du pouvoir par le prolétariat. En effet, les Soviets, nous dit Trotski, sont un instrument de lutte pour la conquête du pouvoir, et, nous venons de le dire, un appareil de pouvoir prolétarien : « Les Soviets sont une organisation de révolution prolétarienne et ont une valeur, soit comme organe de lutte pour le pouvoir, soit comme appareil du pouvoir de la classe ouvrière »123. C’est le Soviet qui, guidé par l’avant-garde prolétarienne, prépare et conduit l’insurrection armée : « Le Soviet, ayant à sa tête un parti révolutionnaire, tend consciemment et en temps utile à s’emparer du pouvoir. Se réglant sur les variations de la situation politique et sur l’état d’esprit des masses, il prépare les points d’appui de l’insurrection, lie les détachements de choc par l’unité du dessein, élabore d’avance le plan de l’offensive et du dernier assaut : cela signifie précisément introduire la conspiration organisée dans l’insurrection des masses »124. Le Soviet a donc deux fonctions : la préparation de la conquête du pouvoir par les masses, et l’organe de pouvoir de ces mêmes masses qu’il devient une fois ce dernier accaparé. Il suit donc toutes les étapes importantes de la lutte, et tend à se confondre avec l’insurrection armée et, plus tard, avec la dictature du prolétariat : « Les Soviets sont les organes de préparation des masses à l’insurrection, les organes de l’insurrection et, après la victoire, les organes du pouvoir »125. Instrument 53

polyvalent, les Soviets sont particulièrement utiles parce qu’ils supervisent l’insurrection armée, et ses tâches sont donc multiples. L’insurrection armée, durant Octobre Rouge, s’accompagne d’une expropriation de tous ceux que les bolcheviks jugent comme étant de grands bourgeois ou des capitalistes. Aussi le Soviet a-t-il une mission d’expropriation de ces dits bourgeois et capitalistes, par exemple les « koulaks », ces paysans riches sur lesquels nous revenons un peu plus loin. Trotski déclare, à ce sujet : « Les Soviets sont un appareil de domination prolétarienne que rien ne peut remplacer, parce que, précisément, leurs cadres sont élastiques et souples, de sortes que toutes les modifications, non seulement sociales, mais aussi politiques qui se produisent dans la position relative des classes, peuvent immédiatement trouver leur expression dans l’appareil soviétique. Commençant par les grandes usines et fabriques, les Soviets font ensuite entrer dans leur organisation les ouvriers des ateliers et les employés de commerce ; de là ils se transportent dans les villages, organisent la lutte des paysans contre les propriétaires fonciers, et soulèvent ensuite les couches inférieures et moyennes du monde paysan contre les paysans riches (les « gros bonnets ») »126. Par conséquent, les Soviets, sont un instrument indispensable entre les mains des bolcheviks, et, une fois le triomphe de la révolution acté, c’est par ces premiers que doit être érigé le socialisme : « S’élargissant -et parfois, se rétrécissant- selon que s’étendent ou se rétrécissent les positions sociales conquises par le prolétariat, le système soviétique reste l’appareil gouvernemental de la révolution sociale dans sa dynamique interne, dans ses fautes et dans ses succès. Lorsque la révolution sociale aura définitivement triomphé, le système soviétique s’étendra à toute la population ; il y perdra dès lors, par le fait même, son caractère gouvernemental et se dissoudra en une puissante coopération des producteurs et des consommateurs »127.

Page suivante : 2) Le Comité militaire révolutionnaire

Retour au menu : La Guerre révolutionnaire dans la pensée trotskiste