1. L’Egypte

Non classé

En Egypte ancienne, les scorpions abondent dans la vallée du Nil, ils semblent apprécier la chaleur dispensée par le soleil du désert, ainsi que l’humidité qu’ils trouvent sous les pierres et dans les interstices des murs; les habitants le redoutaient tout autant que ceux de l’antiquité.

Le scorpion jaune était un insecte très redouté bien qu’il n’attaque pas, il pique celui qui le touche par mégarde et sa piqûre peut être mortelle ; amulettes et formules magiques étaient utilisées pour se protéger contre les piqûres scorpioniques et les guérir (Guy Rachet 1998).

Dés la fin de la pré dynastie, on trouve des représentations de scorpions, puis quelques amulettes aux formes de scorpions (fig.38).

Figure 38 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

fig. 38 : Antiquités égyptiennes (4000- 3100 av, J.C.)

Divinisé, l’insecte devient le symbole de la déesse Selkis (Selket) (fig. 39). (Noblecourt 1999)

Figure 39 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

fig.39 : Selkis protégeant le coffre entièrement doré de la tombe de Toutankhamon (Egypte).

Une des quatre divinités guérisseuses et magiciennes, entités bienveillantes, la déesse Selkis transmet son pouvoir à ses médecins magiciens qui soignent les piqûres scorpioniques.

Déesse protectrice des mortels contre les morsures et piqûres diverses, veillant dans l’au-delà sur les défunts, souvent en compagnie d’Isis, Nephtys et Neith, elle est invoquée dans les formules ou remèdes des piqûres de scorpion lesquels pullulaient jadis comme de nos jours.

Représentée sous les traits d’une femme coiffée d’un animal en lequel on a reconnu un scorpion (fig. 40), quoiqu’une étude plus attentive révéla qu’il s’agit d’une nèpe ou scorpion d’eau, insecte inoffensif qui vit dans les mares. Au contraire, la nèpe emblème de la déesse guérisseuse est appariée au scorpion comme sa contre partie positive. Ils sont apparentés par une analogie morphologique assez étroite (qui pus induire en erreur de fort éminents égyptologues) et un comportement opposé (Philibert 1998, Vercoutter, Franco, Lessing, Noblecourt D. C. 1999).

Figure 40 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

fig. 40: Une des déesses patronnes de la Nubie au front de laquelle se trouve un scorpion.

(D’après la photographie de Alain Guilleux « Promenade Egyptienne »)

La déesse guérisseuse nomme chaque scorpion pour les dominer et prononce une formule magique qui neutralise le poison en administrant conjointement un onguent fait de pain d’orge, d’ail et de sel. Ainsi, les égyptiens l’ont mystifié par une statuette divine ayant la tête royale et le corps scorpionique (fig. 41).

Figure 41 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

fig. 41 : Statuette de la déesse scorpion au musé du Louvre

Les égyptiens prêtaient aux amulettes des vertus apotropaïques. Les vivants les portaient en pendentif pour se protéger contre le mauvais sort, les maladies, les dangers divers, et chaque amulette avait une fonction particulière.

Les grands prêtres et prêtresses d’Egypte portaient de nombreuses pierres précieuses sur le corps et les mains afin d’en tirer de la force et de pouvoir la retransmettre aux malades pour leur permettre de guérir ; la couleur de la pierre jouait un très grand rôle dans la guérison (le bleu et le grenat étaient utilisés contre les envenimations).

A l’aube de la civilisation pharaonique, le scorpion servit à nommer l’un des tout premiers souverains qui, blessé par une flèche trempée dans le venin de scorpion, survécut à l’empoisonnement avec l’aide d’une sorcière ; désormais dans son sang circule le venin. Le roi Scorpion est passé à l’immortalité grâce à un hiéroglyphe représentant l’animal (fig. 42) (Rachet).

Figure 42 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

fig. 42 : La massue du roi pré dynastie « scorpion » (Vandier 1952)

Tout au long de l’époque pharaonique, ce hiéroglyphe est redouté, car il serait utilisé en magie pour jeter des sorts à ses ennemis. (Laroche 1998, Vercouter)

Page suivante : 2. La Grèce

Retour au menu : Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc : cas de la province de Khouribga