III.3.2– Les compagnies d’assurance

Non classé

En plus de ceux cités ci-dessus on a les compagnies d’assurance, qui en contrepartie des primes encaissées, se doivent d’effectuer des versements dont le montant et l’échéance ne sont pas connus avec certitude. Ces versements futurs sont comptabilisés au passif des compagnies d’assurance (dont ils sont la composante principale) au titre des réserves techniques : réserves mathématiques et réserves primes et sinistres. Les réserves mathématiques correspondent aux contrats d’assurances vie souscris par les ménages, souvent dans le but de percevoir un capital ou une rente à l’échéance du contrat (complément de retraite par exemple). Cette épargne collectée par les compagnies d’assurance leur sert principalement à investir sur les marchés boursiers et obligataires. En ce sens, l’activité des compagnies d’assurance est très proche de celle des OPCVM ; ce sont des IFNB.

Cette fonction de mobilisation de l’épargne conduit les assureurs à jouer un rôle essentiel dans l’essor de l’économie, participant de ce fait, d’une part au développement des entreprises qui ont besoin d’émettre des titres pour financer leur croissance ou leurs plans d’adaptation, d’autre part au financement des mesures de relance des pouvoirs publics. Globalement, l’une des vocations majeures du secteur de l’assurance est d’offrir un large soutien financier à l’activité économique. Ce rôle d’investisseur est favorisé par l’assurance vie et capitalisation dont il convient de rappeler qu’elle sert à protéger ses proches ou soit même en cas de décès ou en cas de vie au terme de la période contractuelle à se constituer un capital, ou à préparer sa retraite. Mais de façon générale, le secteur de l’assurance est encore peu développer au Cameroun et n’a participé en 2011 qu’à 2% du PIB du pays confirme le secrétaire de l’association des sociétés d’assurance du Cameroun (ASAC). La participation des assureurs aux opérations de la Douala stock exchange (DSX) n’ont concerné que trois opérations du seul compartiment obligataire de la DSX.

Page suivante : III.4– LE DUALISME BANQUES COMMERCIALES ET EMF

Retour au menu : ACTIVITE D’OCTROI DE CREDIT ET RENTABILITE DES BANQUES COMMERCIALES AU CAMEROUN