II.4. L’accumulation du zinc au niveau des organes des plantes testées

Non classé

II.4.1. L’effet des Phragmites Australis sur l’accumulation du zinc

Certaines plantes sont capables de prélever les éléments traces métalliques par leurs racines ou les absorber par leurs feuilles et tiges (Allaway 1995.,Zayed, et al ,1998 et taylo G ,1983). Les plantes accumulatrices sont caractérisées par une capacité de transporter efficacement les métaux lourds des racines vers les feuilles alors que chez certaines plantes ont globalement tendance à rester en plus grande quantité au niveau des parties souterraines (racine) (Mc Grath et al.,2002).

C’est dans cette perspective que s’inscrit l’objectif de ce chapitre qui est l’évaluation de la tolérance et de l’accumulation du zinc (Zn) chez le Phragmites Australis et le Typha Latifolia.

Ainsi, on pense apporter une contribution sous forme d’une étude comparative des potentialités des deux plantes vis-à-vis du zinc. Le choix de ce métal a été guidé par l’importance de la pollution par ce métal. Les résultats obtenus, en tenant compte de la densité végétale, sont regroupés sur le tableau II.2 et présentés sur la figure II.06.

Tableau II.2 : Accumulation du zinc au niveau des organes des Phragmite Australis

Accumulation du zinc au niveau des organes des Phragmite Australis

Accumulation du zinc au niveau des organes des Phragmite Australis

Figure II.06 : Accumulation du zinc au niveau des organes des Phragmite Australis

Ces résultats montrent que l’absorption de zinc est fortement importante dans la partie aérienne est surtout au niveau des tiges avec une quantité de 468.515 mg de zinc/gramme de matières sèche, comparativement à ceux obtenues au niveau des autres organes sont 337.330 mg de zinc/g et 215.61 mg de zinc/g respectivement pour les racines et les feuilles. Selon (Ghaouch.M.1998) le zinc est accumulé au niveau des racines du Papyrus.

En tenant compte de la densité végétale cette accumulation est diminuée au niveau des 3 organes par rapport au premier cas. Une meilleure élimination est observée les tiges avec un taux de 199.85 mg de zinc/g matière sèche.

II.4.1. L’effet du Typha Latifolia sur l’accumulation du zinc

Le typha, a montré le même comportement que les Phragmite Australis. Avec une meilleure accumulation de zinc au niveau de tiges de l’ordre de 243.38 mg de zinc/g de matière sèche. Une légère variation sur les racines par rapport aux tiges qui est de 208.93 mg de zinc/g. Les résultats obtenus sont présentés sur le tableau II.3 et sur la figure II.07.

Tableau II.3 : Accumulation du zinc au niveau des organes du Typha Latifolia

Accumulation du zinc au niveau des organes du Typha Latifolia

Accumulation du zinc au niveau des organes du Typha Latifolia1

Figure II.07 : Accumulation du zinc au niveau des organes du Typha Latifolia

Avec une densité végétale d2 = 12 pts/m², une légère diminution dans la capacité d’accumulation au niveau des tiges par rapport à la densité d1=8 pts/m².La compréhension et la modélisation des processus de transfert des métaux à partir du réservoir qu’est le sol vers les plantes sont des enjeux importants de connaissance et pour l’amélioration des capacités de phytoremédiation.

Page suivante : II.5.Conclusion

Retour au menu : Etude comparative entre deux plantes (Typha latifolia et Phragmites Australis) à accumuler le zinc (Zn)